Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 15 septembre 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2015/09/15

La 12e Expo Chine-ASEAN et le Sommet d’affaire et d’investissement Chine-ASEAN se tiendront du 18 au 21 septembre à Nanning, au Guangxi. Le Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d’État Zhang Gaoli et des dirigeants de pays membres de l’ASEAN seront présents à la cérémonie d’ouverture et à d’autres activités importantes.

Comme convenu par les deux parties, la 7e session de dialogue économique et financier sino-britannique aura lieu le 21 septembre à Beijing. Le Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d’État Ma Kai coprésidera le dialogue avec le Premier Secrétaire d’État britannique et Chancelier de l’Échiquier George Osborne. Des fonctionnaires de haut niveau des deux pays dans les secteurs économique et financier y seront présents. Les deux parties procéderont à des discussions sur la conjoncture et la politique macroéconomiques, l’approfondissement de la coopération sur le commerce et l’investissement, la stabilité financière et le développement du marché financier.

Demain (16 septembre) à 14 heures se tiendra au Ministère des Affaires étrangères le 14e Forum Lanting. Le Ministre Wang Yi y participera et prononcera un discours. Soyez les bienvenus pour assister au Forum sur invitation et le couvrir. La Conférence de presse sera suspendue demain.

Q : Selon des sources d’information, le responsable de l’Administration nationale du Développement aérospatial de la RPDC a fait savoir que les recherches sur un nouveau satellite d’observation de la Terre entraient dans la phase finale et que celui-ci serait lancé à l’heure et à l’endroit décidés par le Comité central du Parti de Travail de Corée. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Pensez-vous que cela aggravera la tension dans la Péninsule coréenne ?

R : Nous avons pris note des informations concernées. En tant que pays souverain, la RPDC a droit à l’utilisation pacifique de l’espace extra-atmosphérique. Mais, à l’heure actuelle, son droit dans ce domaine est limité par la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU. La résolution concernée doit être effectivement mise en œuvre. Nous espérons que les parties concernées pourront agir avec prudence et s’abstenir de tout acte susceptible de créer la tension dans la Péninsule coréenne ainsi que dans la région.

Q : Aujourd’hui, la RPDC a affirmé avoir redémarré le réacteur nucléaire de Yongbyon. Pensez-vous que ce qu’a fait la RPDC a violé la résolution concernée du Conseil de Sécurité de l’ONU ?

R : Nous suivons de près les informations concernées. La position de la Chine est constante et claire. Nous estimons qu’il faut s’attacher à la dénucléarisation de la Péninsule coréenne, au maintien de la paix et de la stabilité dans la Péninsule et au règlement des questions concernées par dialogue et concertation. Nous espérons que les parties prenantes, face à la situation actuelle, pourront agir davantage en faveur de la paix et de la stabilité de la Péninsule et de la région.

Q : Le 14 septembre, la 69e Assemblée générale des Nations Unies a adopté par consensus une résolution sur les négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de Sécurité. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Le 14 septembre, se référant aux pratiques du passé, la 69e Assemblée générale des Nations Unies a décidé de reporter techniquement les négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de Sécurité à la prochaine session. Cela montre que les différentes parties souhaitent toutes, malgré des divergences sur la réforme du Conseil de Sécurité, poursuivre le dialogue et la concertation et s’en tenir aux principes de base des négociations selon lesquels les négociations intergouvernementales doivent être conduites par les États membres et se fonder sur leurs positions et propositions.

La Chine est d’avis qu’il faut, par la réforme, permettre au Conseil de Sécurité de mieux accomplir ses devoirs assignés par la Charte des Nations Unies et augmenter la représentativité des pays en développement, notamment des pays africains. Touchant à l’avenir des Nations Unies et aux intérêts communs de tous les États membres, la réforme nécessite une large consultation pour trouver une solution globale acceptable par tous. Nous espérons que les négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de Sécurité ouvriront une nouvelle page au cours de la 70e session de l’Assemblée générale et reviendront sur la bonne voie qui est conduite par les États membres.

Q : Vous organiserez le 18 septembre un symposium pour le 10e anniversaire de la publication de la Déclaration conjointe du 19 septembre 2005 des pourparlers à six. Pourriez-vous nous en présenter le programme ? Quelle est votre position sur la reprise des pourparlers à six ?

R : Les 18 et 19 septembre, l’Institut des études internationales de Chine organisera à la Résidence des Hôtes d’État Diaoyutai, à Beijing, un séminaire international commémorant le 10e anniversaire de la publication de la Déclaration conjointe du 19 septembre 2005 des pourparlers à six. À ma connaissance, l’organisateur du séminaire a déjà lancé l’invitation aux pays membres des pourparlers à six, aux experts et universitaires de certains pays, et aux diplomates en Chine des pays membres aux pourparlers. Les chefs adjoints des délégations de la Russie et de la République de Corée aux pourparlers à six y particeperont à titre personnel. Le Ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi y prononcera une allocution.

Pays hôte des pourparlers à six, la Chine entend, par l’organisation de cette commémoration, inviter les différentes parties à se rappeler l’importance de la Déclaration conjointe du 19 septembre 2005 et son rôle pilote dans le futur processus de dénucléarisation de la Péninsule, à continuer à s’en tenir aux buts et principés énoncés dans la Déclaration et à œuvrer à intégrer de nouveau la question nucléaire coréenne au processus de règlement par dialogue et consultation, en vue d’une reprise rapide des pourparlers à six.

Q : Selon des sources d’information, la Chancelière allemande Angela Merkel envisage d’effectuer prochainement une visite en Chine pour faire progresser les relations sino-européennes et sino-allemandes. Veuillez le confirmer et nous en donner des détails. Qu’attendez-vous du développement des relations sino-allemandes ?

R : Ces dernières années, les fréquents échanges de haut niveau sino-allemands ont donné une grande impulsion au développement sain et rapide des relations Chine-Allemagne et Chine-UE. Nous serons heureux d’accueillir de nouveau la Chancelière Angela Merkel d’ici la fin de l’année. Les deux parties sont en contact à ce sujet. Très attachés aux relations sino-allemandes, nous sommes convaincus que les étroits échanges de haut niveau entre les deux pays permettront de consolider et d’approfondir sans cesse les relations bilatérales et la coopération dans tous les domaines et joueront un rôle important dans le développement des relations sino-européennes.

Q : Vous venez d’exprimer le souhait de la Chine de reprendre les pourparlers à six. Dans le contexte actuel, comment voyez-vous la possibilité de la reprise des pourparlers ?

R : Bien que les pourparlers à six sur la question nucléaire coréenne soient en stagnation pendant un certain temps, les différentes parties ont toujours travaillé activement pour les reprendre. Il est dans l’intérêt commun de toutes les parties de régler la question nucléaire coréenne par voie de dialogue, de réaliser la dénucléarisation de la Péninsule coréenne et d’y préserver la paix et la stabilité. La partie chinoise entend travailler ensemble avec les différentes parties pour une reprise rapide des pourparlers à six.

Q : Dimanche dernier, les éléctions locales ont eu lieu en Russie. Quels sont vos commentaires sur les résultats de ces élections ?

R : Il s’agit là des affaires intérieures de la Russie. Nous espérons que la Russie remportera plus de succès dans le développement économique et social du pays.

Q : La Maison Blanche a déclaré que lors de la visite aux États-Unis du Président Xi Jinping, le Président Barack Obama lui exprimerait de vive voix ses préoccupations sur les cyberattaques en provenance de Chine. Quels sont vos commentaires sur ces propos ?

R : Comme ce que nous avons toujours souligné, la Chine et les États-Unis sont tous deux grands pays d’Internet. Dans le contexte actuel caratérisé par des problèmes saillants de cybercriminalité et des défis communs dans ce domaine pour les deux pays, il est dans l’intérêt commun des deux parties et de la communauté internationale de mener des dialogues et coopération bilatéraux pour lutter ensemble contre la cybercriminalité.

Nous sommes prêts à travailler ensemble avec les États-Unis et toutes les parties concernées pour discuter de l’instauration de règles internationales pertinentes et bâtir un cyberespace pacifique, sécurisé, ouvert et coopératif.

Depuis toujours, nous nous opposons fermement aux cyberattques et aux cyberespionnages commerciaux commis en Chine et les combattons confomément à la loi. Tous ceux qui entreprennent de tels actes en Chine seront poursuivis.

Q : Le 14 septembre, le Ministre australien des Communications Malcolm Turnbull a battu le Premier Ministre sortant Tony Abbott lors d’un vote du chef du Parti libéral et devient le nouveau chef du gouvernement australien. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Que pensez-vous de Tony Abbott ? Qu’attendez-vous des perspectives des relations sino-australiennes ?

R : Nous félicitons Monsieur Malcolm Turnbull pour son élection au poste de Premier Ministre australien. Actuellement, les relations sino-australiennes affichent une bonne dynamique. Nous avons la certitude que, avec les efforts communs des gouvernements chinois et australien et des personnalités de tous les milieux des deux pays, les relations Chine-Australie enregistreront sans cesse de nouveaux progrès au grand bénéfice des deux peuples.

Monsieur Tony Abbott a apporté une contribution active au développement des relations sino-australiennes au poste du Premier Ministre. Nous en exprimons notre appréciation.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer