Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 29 septembre 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2015/09/29

Q : Lors de sa participation aux sommets célébrant le 70e anniversaire de la création de l'ONU, le Président Xi Jinping a annoncé une série d'initiatives majeures pour soutenir les opérations de maintien de la paix de l'ONU. Qu'est-ce qui pousse la Chine à faire ainsi ? Veuillez nous présenter des informations sur la participation de la Chine aux opérations de maintien de la paix de l'ONU.

R : Le 28 septembre, lors de sa participation aux sommets célébrant le 70e anniversaire de la création de l'Organisation des Nations Unies, le Président Xi Jinping a avancé une série d'initiatives majeures pour appuyer l'optimisation et le renforcement des opérations de maintien de la paix de l'ONU. Selon le Président Xi Jinping, la Chine participera au nouveau système de préparation des capacités de maintien de la paix de l'ONU (PCRS), et décide, à cet effet, de mettre sur pied en premier des unités de police constituées permanentes pour le maintien de la paix et une force en attente de 8 000 casques bleus. La Chine envisagera activement d'envoyer, sur demande des Nations Unies, plus de personnels d'ingénierie, de transports et médicaux aux opérations de maintien de la paix. Dans les cinq ans à venir, la Chine formera pour les autres pays 2 000 personnes de maintien de la paix, et mettra en œuvre dix programmes d'aide en matière de déminage en proposant formation et équipements. Elle accordera, pour les cinq prochaines années, une aide militaire désintéressée de 100 millions de dollars US à l'Union africaine en vue de soutenir la construction de la Force africaine en attente et les Capacités de l'Afrique pour une réponse immédiate aux situations de crise (ACIRC). La Chine déploiera sa première force d'hélicoptères pour les opérations de maintien de la paix de l'ONU en Afrique. Elle utilisera une partie des actifs du Fonds Chine-ONU pour la paix et le développement pour soutenir les opérations de maintien de la paix.

Ce sont des mesures importantes prises par la Chine en vue d'assumer plus de responsabilités internationales pour la préservation de la paix et de la sécurité dans le monde, et elles illustrent la détermination inébranlable de la Chine pour défendre la paix mondiale et son soutien ferme aux opérations de maintien de la paix de l'ONU.

Depuis l'envoi en 1990 des premiers observateurs militaires aux opérations de maintien de la paix, la Chine a envoyé au total plus de 30 000 casques bleus aux 29 opérations. Actuellement, plus de 3 100 militaires et policiers chinois sont en poste dans dix zones de mission pour sauvegarder la paix, faisant de la Chine le premier contributeur de casques bleus parmi les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité. En accomplissant remarquablement les différentes tâches qui leur sont assignées, ils apportent une contribution extraordinaire au rétablissement de la paix et de la stabilité du pays d'accueil et à la sécurité des populations locales et de leurs biens, ce qui leur vaut une haute appréciation de la part de l'ONU et des pays concernés. À l'avenir, nous continuerons d'appliquer fermement le multilatéralisme, de soutenir les opérations de maintien de la paix de l'ONU et d'y prendre une part plus importante afin d'apporter une contribution plus active et plus grande à la paix et à la sécurité dans le monde.

Q : Premièrement, hier, aux Nations Unies, les Présidents américain et français ont demandé le Président syrien à quitter le pouvoir, affirmant que la Syrie ne retrouverait pas la stabilité s'il restait au pouvoir. Comment y réagissez-vous ? Deuxièmement, le Président russe Vladimir Poutine propose la création d'une large coalition antiterroriste en appelant les pays musulmans à y jouer un rôle leader. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Jugez-vous possible la création d'une telle coalition ? Appuyez-vous l'initiative de la Russie ?

R : Concernant la première question, nous sommes depuis toujours d'avis qu'il faut s'en tenir aux moyens politiques pour régler la question syrienne, au choix autonome du peuple syrien pour décider de l'avenir de son pays, à la promotion du processus politique inclusif, à la réalisation de la réconciliation et de l'unité en Syrie, et au déploiement des aides humanitaires en Syrie et dans les pays voisins. La Chine poursuivra ses efforts dans ce sens avec la communauté internationale.

Quant à la deuxième question, nous nous opposons fermement à toute forme de terrorisme, et estimons que la communauté internationale doit former des synergies, prendre des mesures globales, s'attaquer à la fois aux symptômes et aux racines du mal, bien appliquer les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité, et mener les actions concernées conformément aux buts de la Charte des Nations Unies et aux règles fondamentales régissant les relations internationales. Nous entendons continuer à renforcer les consultations et coordinations dans ce domaine avec la Russie et d'autres membres de la communauté internationale.

Q : Comment appréciez-vous la présente visite du Président Xi Jinping aux États-Unis ainsi que ses résultats et son influence sur les relations sino-américaines ?

R : La présente visite d'État du Président Xi Jinping aux États-Unis est une visite historique effectuée à un moment crucial de l'établissement d'un nouveau type de relations entre grands pays auquel œuvrent fermement les deux parties. À la lumière de ce consensus, cette visite a remporté des fruits abondants, enregistré de nouveaux progrès importants en matière d'investissement, d'échanges humains, de lutte contre le changement climatique, de coordination et de coopération dans les affaires multilatérales, et émis au monde un signal actif de renforcement de la coopération entre la Chine et les États-Unis et de leur réponse commune aux défis. Nous entendons travailler ensemble avec la partie américaine pour ouvrir sans cesse de nouveaux horizons aux relations sino-américaines au plus grand bénéfice des peuples des deux pays et du monde entier.

Q : Une délégation gouvernementale indonésienne a fait savoir, lors de sa visite au Japon, que l'Indonésie accueillerait favorablement le projet chinois de train à grande vitesse. Comment y réagissez-vous ?

R : La Chine possède de riches expériences dans la construction et l'exploitation des trains à grande vitesse, et se distingue par des avantages notables en termes de modalités de coopération, de conditions de financement, de transfert de technologies et de délai de construction. Le gouvernement chinois soutient les efforts des entreprises chinoises performantes visant à développer une coopération active et fructueuse avec la partie indonésienne.

Tous grands pays en développement, la Chine et l'Indonésie ont de larges perspectives de coopération. Nous espérons travailler de concert avec la partie indonésienne pour élargir et approfondir la coopération pragmatique en matière d'infrastructures et de capacités de production, afin d'apporter plus de bénéfices tangibles aux deux pays et aux deux peuples.

Q : Hier, le Président vietnamien a déclaré à la presse que les activités de construction de la Chine sur les îles et atolls de la Mer de Chine méridionale violaient le droit international et menaçaient la sécurité maritime. Comment y réagissez-vous ?

R : Les îles Nansha font partie intégrante du territoire chinois depuis l'antiquité, nous possédons d'amples preuves historiques et juridiques sur ce sujet. Les activités de construction et d'entretien des installations entamées par la Chine sur certains îles et atolls des îles Nansha où elle est stationnée sont légales, justifiées et raisonnables, elles n'affectent ni ne visent aucun pays. La Chine procède à la construction sur ces îles et atolls principalement pour fournir des produits et services publics internationaux concernés et assumer les responsabilités de grand pays qui lui incombent, aidant ainsi à préserver davantage la liberté et la sécurité de la navigation en Mer de Chine méridionale. Nous espérons que les parties concernées pourront avoir une juste interprétation à cet égard.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer