Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 16 novembre 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2015/11/16

La 4e Réunion des dirigeants de la Chine et des pays d'Europe centrale et orientale se tiendra à Suzhou les 24 et 25 novembre. Sur l'invitation du Premier Ministre du Conseil des Affaires d'Etat Li Keqiang, les dirigeants de l'Albanie, de la Bosnie-Herzégovine, de la Bulgarie, de la Croatie, de la République tchèque, de l'Estonie, de la Hongrie, de la Lettonie, de la Lituanie, de l'Ex-République yougoslave de Macédoine, du Monténégro, de la Pologne, de la Roumanie, de la Serbie, de la Slovaquie et de la Slovénie y participeront. La Chine et les pays d'Europe centrale et orientale procéderont à des échanges de vues approfondis sur le renforcement de leur coopération. Après la réunion, le Président Xi Jinping rencontrera ces dirigeants à Beijing.

Q : Selon la déclaration conjointe publiée le 14 du mois courant à l'issue de la deuxième réunion des ministres des Affaires étrangères sur la question syrienne, les participants se sont mis d'accord sur le calendrier de la transition politique et la réalisation rapide du cessez-le-feu en Syrie. Les différentes parties syriennes instaureront un gouvernement de transition dans un délai de six mois, des élections seront organisées et une nouvelle constitution sera rédigée dans un délai de 18 mois. Quel est votre commentaire sur les résultats de la réunion ?

R : La deuxième réunion des ministres des Affaires étrangères sur la question syrienne a publié une déclaration conjointe et dégagé un consensus sur le processus politique et le cessez-le-feu. La Chine salue les résultats obtenus qui sont d'une signification importante. Le Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères Li Baodong a participé à la réunion et présenté les initiatives et propositions concrètes de la Chine pour le règlement politique de la question syrienne. La Chine est d'avis que dans le contexte international actuel, l'urgent est d'élargir sans cesse le consensus entre les parties et de traduire étape par étape le consensus dans des actes concrets, avec l'accent mis sur les cinq domaines suivants : premièrement, les différentes parties syriennes doivent arrêter les hostilités et les violences ; deuxièmement, des solutions politiques concrètes doivent être trouvées sous l'égide des Nations Unies et conformément à l'esprit du Communiqué de Genève ; troisièmement, la synergie est nécessaire pour combattre toutes formes de terrorisme et il faut faire jouer pleinement le rôle de coordinateur du Conseil de Sécurité des Nations Unies ; quatrièmement, l'assistance humanitaire doit être renforcée ; cinquièmement, il convient de planifier rapidement la reconstruction économique. La Chine poursuivra une position juste et objective et continuera de travailler ensemble avec la communauté internationale pour faire progresser à pas assurés le processus de règlement politique de la question syrienne et le faire aboutir.

Q : La partie chinoise a exprimé sa volonté de renforcer la coopération antiterroriste avec la communauté internationale. Quelles demandes concrètes avez-vous à l'égard de la communauté internationale, y compris les pays occidentaux, dans le domaine de la lutte antiterroriste ?

R : Le terrorisme est le défi commun posé à toute l'humanité. La Chine est victime du terrorisme et un acteur important dans les opérations antiterroristes internationales. Nous nous opposons à toute forme de terrorisme et soutenons les efforts de la communauté internationale dont la France pour lutter contre le terrorisme et préserver la sécurité et la stabilité.

La Chine préconise que, dans la lutte contre le terrorisme, il faut réunir les efforts de tous, s'attaquer tant aux manifestations qu'aux racines du mal, et rejeter le double critère. Et il faut faire pleinement jouer le rôle leader des Nations Unies et former un front uni contre le terrorisme.

Ces dernières années, les forces terroristes du « Turkestan oriental » et notamment le « Mouvement islamique du Turkestan oriental » constituent une menace grave non seulement pour la sécurité de la Chine, mais aussi pour la sécurité de la communauté internationale. La lutte contre les forces terroristes du « Turkestan oriental » doit être une composante importante de la lutte antiterroriste internationale.

Q : Le soutien de la Chine à la France dans ses efforts pour lutter contre le terrorisme signifie-t-il que vous soutenez les opérations de frappes aériennes d'ampleur contre les organisations terroristes en Syrie ?

R : La Chine s'oppose depuis toujours au terrorisme sous toutes ses formes. Elle entend travailler en commun avec la France et la communauté internationale pour renforcer la coopération en matière sécuritaire et lutter ensemble contre le terrorisme avec une approche globale et intégrée en s'attaquant tant aux manifestations qu'au fond du problème, afin d'assurer la sécurité de tous les peuples du monde.

Q : Première question, le Président Barack Obama a fait savoir qu'il ferait de la question de la Mer de Chine méridionale un sujet de discussions de la 23e Réunion des dirigeants des Entités économiques de l'APEC. Quel est votre commentaire à cet égard ? Deuxièmement, compte tenu de la volonté de la Chine de renforcer la coopération internationale contre le « Mouvement islamique du Turkestan oriental », possédez-vous des preuves de l'existence et des actes du « Mouvement islamique du Turkestan oriental » ?

R : Concernant la première question, ces derniers jours, nous avons réitéré à plusieurs reprises la position chinoise. L'APEC est le plus grand forum de coopération économique et commerciale en Asie-Pacifique. Elle n'est pas une enceinte appropriée pour discuter de la question de la Mer de Chine méridionale et ne doit pas fournir des facilités ou des conditions pour l'introduction des questions sensibles politico-sécuritaires. Les Philippines, pays hôte, ont déjà affirmé clairement que la réunion de l'APEC ne traiterait pas les questions sensibles politico-sécuritaires. Nous espérons que tous les membres de l'APEC pourront préserver ensemble la nature de l'APEC en tant que forum économique et commercial et se concentrer sur le développement et la coopération afin de créer un climat favorable à la réunion et d'en assurer le succès.

Concernant la deuxième question, au cours des dernières années, les forces terroristes du « Turkestan oriental » et notamment le « Mouvement islamique du Turkestan oriental » ont perpétré de nombreuses attaques terroristes en Chine, faisant de nombreux morts et blessés. Ils représentent un danger clair et évident. Pour la communauté internationale, le « Turkestan oriental » constitue également une menace sécuritaire de plus en plus sérieuse. Nous avons fourni des documents et preuves probants pour attirer l'attention de la communauté internationale sur la dangerosité des forces terroristes du « Turkestan oriental ». Le « Mouvement islamique du Turkestan oriental » utilise Internet pour diffuser des idées religieuses extrémistes, planifier et perpétrer des attaques terroristes violentes et recruter des extrémistes et terroristes sur le territoire chinois. Il les envoie illicitement à l'étranger participer au soi-disant « djihad » en Syrie et en Iraq et s'entraîner dans les camps terroristes. Leur retour en Chine pose un grave danger pour la sécurité nationale de la Chine et menace la sécurité et la stabilité dans les pays et régions concernés. La lutte contre les forces terroristes du « Turkestan oriental » et notamment le « Mouvement islamique du Turkestan oriental » doit donc être une composante importante de la coopération internationale contre le terrorisme.

Q : Le candidat du Parti républicain à la présidentielle américaine Ben Carson a indiqué que la Chine est militairement impliquée en Syrie. Comment y répondez-vous ?

R : Le bureau de campagne de Ben Carson a publié une déclaration samedi dernier, reconnaissant que la Chine n'était pas militairement impliquée en Syrie. Veuillez consulter cette déclaration.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer