Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 4 décembre 2015 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/12/04

Sur l'invitation du Conseiller du Premier Ministre pakistanais sur les Affaires étrangères Sartaj Aziz et du Ministre afghan des Affaires étrangères Salahuddin Rabbani, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi se rendra du 8 au 10 décembre à Islamabad au Pakistan pour participer à la 5e réunion des Ministres des Affaires étrangères du Processus d'Istanbul sur l'Afghanistan.

Q : Quelles sont les questions inscrites à l'ordre du jour de la prochaine réunion des Ministres des Affaires étrangères du Processus d'Istanbul sur l'Afghanistan ? Et quelles seront les propositions de la Chine ?

R : La 5e réunion des Ministres des Affaires étrangères du Processus d'Istanbul sur l'Afghanistan se tiendra le 9 décembre à Islamabad au Pakistan et aura pour thème « Renforcer la coopération pour répondre aux menaces sécuritaires et promouvoir l'interconnexion économique ».

Membre du Processus d'Istanbul, la Chine attache depuis toujours une haute importance et prend une part active à la coopération dans le cadre dudit processus. Lors de la prochaine réunion, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi présentera les vues et les propositions de la Chine sur l'Afghanistan, les efforts déployés par la Chine pour accompagner l'instauration de la paix, la reconstruction et la réconciliation nationale en Afghanistan et les mesures actives prises par la Chine depuis la dernière réunion des Ministres des Affaires étrangères à Beijing visant à faire progresser la coopération régionale liée à l'Afghanistan ainsi que les mesures à prendre pour la prochaine étape. La Chine entend travailler ensemble avec les différentes parties concernées pour mettre à profit le Processus d'Istanbul sur l'Afghanistan en faveur de la réalisation de la paix et de la stabilité ainsi que de la promotion de la coopération régionale.

Q : Hier, le Président russe Vladimir Poutine a prononcé son discours annuel devant l'Assemblée fédérale de la Russie dans lequel il a plaidé pour la création d'un front commun international contre le terrorisme ainsi que la tenue de consultations entre les pays membres de l'Union économique eurasiatique (UEEA) et les pays membres de l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) en vue d'établir des partenariats économiques entre eux. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous avons pris note du discours annuel du Président Vladimir Poutine.

Le Président Vladimir Poutine a appelé à créer un front commun contre le terrorisme sous la direction de l'ONU. La position de la Chine sur la lutte contre le terrorisme est constante et claire. Nous nous opposons au terrorisme sous toutes ses formes, nous sommes contre la pratique du deux poids deux mesures sur la question de la lutte antiterroriste et nous sommes d'avis que la communauté internationale doit coopérer dans la lutte antiterroriste dans le respect des buts et principes de la Charte des Nations Unies et des autres normes fondamentales régissant les relations internationales universellement reconnues. Les différentes parties doivent renforcer leur communication et leur coordination, aplanir leurs divergences, prendre des mesures intégrées et créer une synergie contre le terrorisme. La communauté internationale doit mettre en œuvre effectivement les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et intensifier la coopération efficace dans les divers domaines tels que l'assèchement du financement du terrorisme.

Les Chefs d'État chinois et russe sont déjà parvenus à d'importants consensus en matière d'association de la construction de la Ceinture économique de la Route de la Soie et de la construction de l'UEEA, il s'agit là d'une mesure stratégique majeure en faveur de la coopération économique régionale, du bénéfice mutuel et du développement et de la prospérité partagés des pays de la région. Les différentes parties concernées sont en train de travailler activement à la mettre en œuvre. La Chine entend travailler ensemble avec la Russie et les autres pays de la région à travers la plate-forme de l'OCS pour faire progresser la coopération régionale basée sur l'égalité, le bénéfice réciproque, la consultation mutuelle et le gagnant-gagnant pour que les fruits de coopération puissent bénéficier à davantage de pays et de peuples.

Q : Vous avez souligné le rôle du Conseil de Sécurité de l'ONU dans la lutte contre le terrorisme. Est-ce que cela signifie que la Chine juge injustifiées les opérations antiterroristes en Syrie menées par la Russie ou les États-Unis et leurs alliés ? La Chine est-elle d'avis que ces pays doivent cesser les opérations concernées, chercher à prendre des décisions collectives et à agir de manière concertée dans le cadre de l'ONU ?

R : La position de principe de la Chine que je viens de présenter n'est pas en contradiction avec la question que vous évoquez. La Chine soutient les efforts des différents pays, y compris de la Russie, visant à préserver la sécurité nationale. Quant aux opérations antiterroristes actuellement menées par la Russie en Syrie, la Chine a noté que la Russie avait déclaré que les opérations russes répondaient à la demande du gouvernement syrien dans le but d'aider ce dernier à combattre les forces terroristes et extrémistes dans le pays. La Chine comprend et appuie les opérations antiterroristes qui soient conformes au droit international et approuvées par le pays concerné, et exhorte la communauté internationale à conjuguer ses efforts dans la lutte contre le terrorisme et à renforcer la communication et la coordination. Les différentes parties doivent mettre en œuvre effectivement les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité, faire valoir le rôle directeur de l'ONU et travailler dans le même sens. Au fait, le Président Vladimir Poutine, dans son discours annuel, a aussi plaidé pour la création d'un front commun antiterroriste sous la direction de l'ONU.

Q : La Chine et le Japon ont convenu d'organiser dans la deuxième moitié de cette année en Chine le 4e tour de consultations de haut niveau sur les affaires maritimes. Pourriez-vous nous présenter la date et les sujets précis de ce tour de consultations ? Qu'attend la Chine de ces consultations ?

R : Comme convenu des deux parties, la Chine et le Japon tiendront le 4e tour de consultations de haut niveau sur les affaires maritimes les 7 et 8 décembre à Xiamen, au Fujian. Elles réuniront les représentants des départements chargés des affaires étrangères, de la défense nationale, de l'application de la loi en mer et de l'administration maritime des deux parties.

Les consultations de haut niveau sur les affaires maritimes entre la Chine et le Japon constituent un mécanisme de communication et de coordination général sur les affaires liées à la mer. À travers ce tour de consultations, la Chine souhaite avoir un échange de vues ample avec le Japon sur les questions maritimes d'intérêt commun et renforcer la connaissance mutuelle et la confiance réciproque entre les deux parties.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer