Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 14 décembre 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2015/12/14

Q : La Chine et la République de Corée tiendront le premier tour des négociations sur la délimitation maritime le 22 décembre à Séoul en République de Corée. Pourriez-vous le confirmer ?

R : Lors de la visite du Président Xi Jinping en République de Corée en juillet 2014, les deux pays ont annoncé dans leur déclaration commune le lancement des négociations sur la délimitation maritime en 2015. Pour mettre en œuvre ce consensus dégagé par leurs dirigeants d’État, les deux parties ont convenu de tenir le premier tour des négociations sur la délimitation maritime le 22 décembre à Séoul en République de Corée. Le Vice-Ministre des Affaires étrangères Liu Zhenmin se rendra en République de Corée en qualité de chef de la délégation chinoise pour les négociations gouvernementales sur la délimitation maritime Chine-République de Corée et aura un entretien avec le Deuxième Vice-Ministre des Affaires étrangères de la République de Corée Cho Tae-yul.

Le règlement équitable et raisonnable de la délimitation maritime entre la Chine et la République de Corée par la voie des négociations et des consultations revêt une signification importante pour préserver la tranquillité et la stabilité dans les eaux entre les deux pays et pour consolider et développer leurs relations de coopération d’amitié. Cela traduit pleinement la position et la proposition auxquelles la Chine s’en tient depuis toujours, celles de résoudre les différends concernés avec les pays directement impliqués par les négociations et les consultations sur la base du respect des faits historiques et en vertu du droit international. Nous espérons que les deux pays pourront régler de manière équitable et raisonnable le chevauchement des revendications sur leurs droits et intérêts maritimes à travers des consultations amicales, et donner un bon exemple aux pays de la région pour la résolution des problèmes similaires.

Q : Lors de la visite en Inde du Premier Ministre japonais Shinzo Abe, le Japon et l’Inde ont signé plusieurs accords de coopération dont un sur le nucléaire civil. Le Japon construira un chemin de fer à grande vitesse pour l’Inde. L’Inde a accepté la participation du Japon aux exercices militaires de Malabar alors qu’auparavant la Chine avait exprimé ses préoccupations à ce sujet. Dans leur déclaration commune, les deux parties ont également évoqué la question de la Mer de Chine méridionale, soulignant l’importance des voies maritimes en Mer de Chine méridionale pour la sécurité énergétique et le commerce de la région, et appelant les différentes parties à s’abstenir d’entreprendre d’acte unilatéral susceptible de conduire à des tensions. Elles ont également mentionné la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Comment la Chine voit-elle la visite en Inde de Shinzo Abe et quels sont vos commentaires sur les accords concernés ?

R : En ce qui concerne la coopération nucléaire entre le Japon et l’Inde, la Chine est toujours d’avis que les différents pays ont le droit d’utiliser l’énergie nucléaire à des fins pacifiques et de mener la coopération internationale en la matière à condition de remplir les obligations internationales sur la non-prolifération nucléaire. La coopération concernée doit être favorable à la préservation de l’autorité et de l’efficacité du régime international de non-prolifération.

Quant à la coopération Japon-Inde dans le secteur des chemins de fer à grande vitesse, ces dernières années, beaucoup de pays asiatiques œuvrent à promouvoir la construction des infrastructures dans le but de faire progresser un développement national, il s’agit là d’un phénomène très courant. La Chine coopère aussi avec l’Inde dans le domaine des chemins de fer à grande vitesse. Nous entendons travailler ensemble avec la partie indienne pour faire progresser la coopération dans le domaine concerné.

Sur le contenu lié à la question de la Mer de Chine méridionale de la déclaration commune signé lors de cette visite, je tiens à souligner que la Chine respecte depuis toujours la liberté de navigation et de survol en Mer de Chine méridionale dont jouissent les différents pays conformément au droit international, que les travaux de construction sur les îles et atolls habités en Mer de Chine méridionale se font parfaitement dans le cadre de la souveraineté chinoise et sont justifiés, légitimes et légaux et que ces travaux ne visent aucun pays et n’influence pas la liberté de navigation et de survol en Mer de Chine méridionale. Nous espérons que les pays hors de la région respecteront les efforts des pays de la région visant à préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale, au lieu de faire le contraire.

S’agissant de la participation du Japon aux exercices militaires concernés, la position de la Chine est très claire. Pour certains pays, il vaut mieux ne pas provoquer la confrontation, ni créer intentionnellement la tension dans la région.

Q : Hier, la Chine a tenu à Nanjing un hommage national pour commémorer les victimes du massacre de Nanjing. Selon les médias japonais, les arrangements pertinents de la partie chinoise laissent une marge de manœuvre pour l’amélioration des relations entre le Japon et la Chine. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Et quels seront les impacts sur les relations entre le Japon et la Chine ?

R : Ce qui est d’une importance primordiale dans le traitement des relations sino-japonaises, c’est de tirer la leçon de l’histoire et de se tourner vers l’avenir. Face à l’histoire, personne ne peut nier les faits ni ne se blanchir. C’est seulement sur cette base que les relations sino-japonaises peuvent se développer de manière saine et régulière.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer