Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 7 janvier 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/01/07

Q : Récemment, les pays tels que l’Arabie saoudite, le Bahreïn, le Soudan et Djibouti ont rompu ou réduit leurs relations diplomatiques avec l’Iran, ce qui a aggravé la tension dans la région. La Chine a-t-elle eu des contacts avec les parties concernées de la région pour faire apaiser les tensions entre les pays de la région ?

R : Nous avons exprimé à maintes reprises nos préoccupations à l’égard de la situation actuelle au Moyen-Orient. La Chine espère que les parties concernées feront preuve de sang-froid et de retenue et régleront adéquatement leurs divergences par voie de dialogue et de pourparlers.

La Chine travaille depuis toujours à promouvoir la paix et la stabilité au Moyen-Orient. À l’heure actuelle, le Vice-Ministre des Affaires étrangères Zhang Ming est en visite en Arabie saoudite et il se rendra aussi en Iran. Il aura des échanges de vue approfondis avec les deux parties. Nous avons aussi eu des échanges avec des pays concernés à Beijing. Nous espérons que la situation régionale évoluera dans le sens de l’apaisement.

Q : Selon des informations, le Ministère chinois des Affaires étrangères a convoqué hier soir l’Ambassadeur de RPDC en Chine. Pourriez-vous le confirmer ?

R : Hier, le gouvernement chinois a présenté, à travers la déclaration du Ministère des Affaires étrangères, sa position sur le nouvel essai nucléaire mené par la RPDC. Le responsable du Ministère chinois des Affaires étrangères a aussi exposé de manière plus détaillée la position chinoise au responsable de l’Ambassade de RPDC en Chine.

Q : Suite à l’essai nucléaire de la RPDC, le Président américain s’est entretenu au téléphone avec son homologue de la République de Corée sur la situation de la péninsule coréenne. La République de Corée a exprimé son souhait d’obtenir des armes stratégiques des États-Unis. La Chine est-elle préoccupée par le déploiement par les États-Unis et la République de Corée des armes stratégiques dans la péninsule coréenne qui pourrait entraîner une exacerbation des tensions ? Certains pays estiment que la Chine joue un rôle crucial pour résoudre la question nucléaire de la péninsule coréenne et espèrent que la Chine pourra persuader la RPDC de renoncer à son programme nucléaire. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous avons pris note de la réaction forte de la communauté internationale suite au nouvel essai nucléaire mené par la RPDC. Nous sommes attentifs à l’évolution de la situation et préoccupés par les développements de l’affaire.

Comme je l’ai dit hier, la Chine déploie depuis toujours des efforts actifs pour obtenir la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Nous persisterons dans cet objectif de dénucléarisation et demeurerons attachés au cadre des Pourparlers à Six pour régler le dossier nucléaire de la péninsule coréenne.

La question nucléaire de la péninsule coréenne ne date pas d’hier et est complexe. La Chine est toujours d’avis qu’il faut résoudre les préoccupations légitimes des différentes parties dans le cadre des Pourparlers à Six et par voie de dialogue, afin de réaliser la dénucléarisation de la péninsule coréenne et d’y instaurer une paix durable. De même qu’il faut être deux pour danser le tango, les Pourparlers à Six nécessitent les efforts conjugués des six parties. La dénucléarisation de la péninsule coréenne et la réalisation de la paix et de la stabilité en Asie du Nord-Est correspondent aux intérêts des différentes parties, représentent une responsabilité commune de toutes les parties concernées et exigent des efforts communs de tous. Les parties concernées doivent garder à l’esprit la paix et la stabilité de la région et revenir dans la bonne voie du règlement de la question nucléaire de la péninsule coréenne à travers les Pourparlers à Six.

Q : À l’heure actuelle, les États-Unis, le Japon ainsi que d’autres parties concernées réclament de nouvelles sanctions contre la RPDC. Si cette question est abordée au Conseil de Sécurité, comment la Chine y réagira-t-elle ? Est-ce que la Chine soutient les sanctions ?

R : Le 7 janvier, le Conseil de Sécurité a tenu des consultations d’urgence pour examiner la question de l’essai nucléaire effectué par la RPDC et a publié une déclaration du Président à la presse. La Chine a participé de manière constructive aux discussions. Membre permanent du Conseil de Sécurité, la Chine participera aux discussions de la prochaine étape du Conseil de Sécurité et œuvrera ensemble avec les différentes parties concernées à la dénucléarisation de la péninsule coréenne, à la non-prolifération nucléaire et à la préservation de la paix et de la stabilité en Asie du Nord-Est.

Q : Les Premiers Ministres indien et pakistanais ont eu un entretien téléphonique le 5 janvier au sujet de l’attaque terroriste perpétrée contre une base aérienne de l’Inde. La partie pakistanaise a fait savoir qu’elle allait prendre des actions rapides et fermes à l’égard des organisations et individus soupçonnés d’avoir orchestré l’attentat. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous avons pris note des informations concernées. La Chine salue toute initiative de nature à favoriser l’amélioration des relations Pakistan-Inde et soutient le renforcement par les deux pays de leur coopération antiterroriste. Pays voisin et ami à la fois du Pakistan et de l’Inde, la Chine souhaite sincèrement que les deux parties puissent résoudre le problème concerné avec sang-froid et de manière appropriée par le biais de dialogue et de coopération, maintenir la dynamique de l’amélioration de leurs relatons bilatérales et œuvrer en commun à la stabilité et au développement de la région.

Q : La Chine préconise toujours la reprise des Pourparlers à Six, alors que la RPDC a déclaré la fin des Pourparlers à Six après son troisième essai nucléaire en 2013. Croyez-vous que les Pourparlers à Six restent toujours valables ?

R : Ces dernières années sont marquées par des soubresauts dans le dossier nucléaire de la péninsule coréenne et la suspension des Pourparlers à Six. La situation actuelle ne fait que souligner l’importance, l’impératif et l’urgence pour les différentes parties de faire reprendre, avec les efforts conjugués, les Pourparlers à Six. Les faits ont montré que les Pourparlers à Six sont la seule plate-forme et la seule voie efficaces et pratiques pour apporter une solution à la question nucléaire de la péninsule coréenne. Nous appelons de nos vœux la conjugaison des efforts des différentes parties pour continuer à œuvrer fermement à régler les préoccupations légitimes de part et d’autre à travers les Pourparlers à Six et trouver une solution fondamentale qui permette de réaliser la dénucléarisation de la péninsule coréenne et d’y instaurer une paix durable.

Q : Premièrement, la RPDC n’a pas informé la Chine avant son essai nucléaire d’hier. Est-ce la première fois dans les quatre essais nucléaires de la RPDC ? Deuxièmement, quels seront les impacts de cet essai nucléaire sur les relations Chine-RPDC et les échanges bilatéraux de haut niveau ?

R : Concernant votre première question, la RPDC n’a pas informé cette fois-ci la Chine de son essai nucléaire.

Concernant votre deuxième question, s’en tenir à la dénucléarisation de la péninsule coréenne, telle est une position constante et claire de la Chine. Nous nous opposons aux essais nucléaires de la RPDC. Les agissements de cette dernière vont à l’encontre du développement régulier des relations Chine-RPDC.

Q : La politique chinoise à l’égard de la RPDC est critiquée par certains en Occident. Par exemple, Donald Trump a déclaré hier que la Chine aurait dû faire davantage d’efforts. À ma connaissance, la frontière entre la Chine et la RPDC est toujours ouverte et tout fonctionne normalement. La Chine continue à accorder des aides en nourriture et en énergie à la RPDC et la plupart de ces aides restent inconnues du public. Il est donc facile pour le gouvernement chinois de punir la RPDC. Si le gouvernement chinois veut vraiment sanctionner la RPDC, pourquoi il maintient toujours le commerce avec cette dernière ?

R : Je ne partage pas votre point de vue.

Comme je l’ai dit hier, la Chine n’a ménagé aucun effort en acte, en parole ou sur le plan des politiques pour le règlement adéquat du dossier nucléaire de la péninsule coréenne ainsi que la paix et la stabilité en Asie du Nord-Est. Les efforts de la Chine sont constructifs et reconnus par tous. La question nucléaire de la péninsule coréenne est ancienne et complexe. Il est nécessaire que les différentes parties concernées trouvent des réponses aux préoccupations légitimes de part et d’autre dans le cadre des Pourparlers à Six et par voie de dialogue et de consultations et une solution fondamentale à la question nucléaire de la péninsule coréenne pour réaliser une paix durable. J’ai dit tout à l’heure qu’il faut être deux pour danser le tango, les Pourparlers à Six nécessitent les efforts conjugués des six parties. Pour résoudre une question aussi complexe que le dossier nucléaire de la péninsule coréenne, il faut que toutes les parties concernées travaillent ensemble. Ceux qui critiquent le manque d’engagement du gouvernement chinois doivent s’interroger sur ce qu’ils ont fait de constructif en faveur du règlement de la question. Dans la situation actuelle, les différentes parties doivent travailler dans le même sens et, dans le souci de préserver la paix et la stabilité de la région, remettre la question sur les rails des Pourparlers à Six. La Chine continuera à s’acquitter de ses obligations internationales et à œuvrer ensemble avec la communauté internationale pour promouvoir la dénucléarisation de la péninsule coréenne.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer