Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 8 janvier 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/01/08

Plusieurs événements sont prévus du 16 au 18 janvier à Beijing pour célébrer l'inauguration de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII). Pour la journée du 16, le matin, le Président Xi Jinping assistera à la cérémonie d'inauguration et y prononcera un discours. Dans l'après-midi, le Premier Ministre Li Keqiang assistera à la conférence inaugurale du Conseil de la BAII et y prononcera un discours.

Q : Le Secrétaire d'État américain John Kerry a fait savoir, lors d'une conversation téléphonique qu'il a eue hier avec le Ministre Wang Yi, que la partie américaine respectait l'approche adoptée par la partie chinoise sur la question nucléaire de la Péninsule coréenne, et qu'il ne fallait pourtant plus faire comme d'habitude. Pourriez-vous dire davantage sur cette conversation téléphonique ?

R : Le Ministre Wang Yi a présenté la position chinoise de manière intégrale lors de la conversation téléphonique qu'il a eue avec le Secrétaire d'État John Kerry à la demande de ce dernier. Il a affirmé que la partie chinoise, partant de la préservation du régime international de non-prolifération nucléaire, entendait travailler avec les différentes parties pour faire face ensemble à la nouvelle situation apparue suite à l'essai nucléaire de la RPDC. La position fondamentale de la partie chinoise consiste à œuvrer fermement pour la dénucléarisation et la sauvegarde de la paix et de la stabilité dans la Péninsule coréenne, quel que soit le changement intervenu. La partie chinoise exhorte la RPDC à tenir son engagement de dénucléarisation et à cesser les actes susceptibles d'aggraver la situation. Dans le même temps, les autres parties doivent aussi garder le sang-froid, rester attachées à une solution pacifique, et éviter d'exacerber les tensions et de provoquer l'escalade de la situation.

Q : Selon les médias, le Secrétaire d'État John Kerry aurait estimé que la politique et l'approche chinoises envers la RPDC ne marchent plus. Quel est votre commentaire ?

R : La Péninsule coréenne est notre voisine immédiate. Tant pour préserver la paix et la stabilité en Asie du Nord-Est que pour nous assurer un bon environnement régional, nous nous en tenons à l'objectif de la dénucléarisation de la Péninsule, et cela est dans l'intérêt de tous. En effet, nous avons toujours considérablement travaillé dans ce sens.

La Chine n'est ni l'origine ni le nœud du dossier nucléaire de la Péninsule coréenne, et encore moins la clé à la solution du problème. Malgré cela et dans l'intérêt général de la sauvegarde du régime international de non-prolifération nucléaire et de la préservation de la paix et de la stabilité en Asie du Nord-Est, nous avons toujours préconisé et œuvré pour le dialogue et les consultations dans le cadre des pourparlers à six, ainsi que pour le règlement adéquat des préoccupations légitimes des parties concernées, afin de trouver une solution définitive permettant une paix et une sécurité durables dans la Péninsule.

Q : Première question, est-ce que la RPDC a déjà expliqué les raisons de l'essai nucléaire aux dirigeants chinois ? Deuxième question, comment voyez-vous le souhait de la RPDC de signer un accord mettant officiellement fin à la Guerre de Corée ?

R : Nous avons déjà présenté clairement notre position sur cet essai nucléaire.

La position chinoise sur la question de la Péninsule coréenne est claire et constante. Nous préconisons de travailler à la lumière de l'esprit de la Déclaration conjointe du 19 septembre des pourparlers à six afin de trouver une réponse équilibrée aux préoccupations légitimes des différentes parties et de réaliser une paix durable dans la région.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer