Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 4 février 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2016/02/04

Q : Le Représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires de la Péninsule coréenne Wu Dawei est rentré à Beijing aujourd'hui. Quels sont les officiels de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) qu'il a rencontrés ? Pourriez-vous présenter les détails de leurs rencontres ?

R : J'en ai présenté les informations générales hier. Du 2 au 4 février, le Représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires de la Péninsule coréenne Wu Dawei a été en visite en RPDC pour mener des négociations. Durant son séjour à Pyongyang, il a rencontré le Ministre des Affaires étrangères de la RPDC Ri Su-yong et le premier Vice-Ministre des Affaires étrangères de la RPDC Kim Gye-gwan, et s'est entretenu avec le Vice-Ministre des Affaires étrangères de la RPDC Ri Yong-ho. Plus précisément, d'un côté, ils ont discuté des affaires liées aux relations Chine-RPDC dans différents domaines, de l'autre côté, bien sûr, ils ont échangé des vues sur la situation actuelle sur la Péninsule coréenne ainsi que d'autres questions d'intérêt commun.

Q : Selon des médias russes, l'Ambassadeur russe en Chine Andrei Denisov a déclaré récemment que le Président russe Vladimir Poutine comptait venir en Chine au courant de l'année et que le Premier Ministre chinois Li Keqiang effectuerait aussi une visite en Russie dans les derniers mois de l'année. Pourriez-vous présenter le programme des visites de haut niveau de cette année entre la Chine et la Russie ? Quelles sont vos attentes du développement des relations Chine-Russie pendant cette année ?

R : Les échanges de haut niveau fréquents constituent une illustration importante de l'excellence du partenariat de coordination stratégique global sino-russe. Comme nous le savons, les Chefs d'État des deux pays ont une tradition de visiter l'autre pays chaque année et les Premiers Ministres des deux pays tiennent tous les ans une rencontre régulière entre eux. Quant au programme des visites de haut niveau de cette année, les deux parties restent en étroite communication.

Une chose est sûre, c'est que dans l'année 2016, les deux parties continueront à travailler ensemble pour mettre en œuvre sur tous les plans les consensus de coopération importants dégagés par les deux Chefs d'État, y compris ceux sur la célébration commune du 15e anniversaire de la signature du Traité sino-russe de bon voisinage, d'amitié et de coopération, sur la coopération approfondie en matière de synergie entre la construction de la Ceinture économique de la Route de la Soie et celle de l'Union économique eurasiatique et sur la tenue d'une année croisée des médias chinois et russes, ce pour renforcer encore davantage la coopération dans les affaires internationales. Toutes ces initiatives ont pour objectif de traduire les avantages des relations politiques bilatérales de haut niveau en un plus grand nombre de fruits de la coopération pragmatique et de la coopération internationale, de promouvoir un plus grand développement des relations bilatérales, d'apporter plus de bénéfices à la région et à la communauté internationale ainsi que de contribuer à la paix, à la stabilité et au développement dans la région et dans le monde.

Q : Comment la Chine voit-elle les perspectives de l'économie russe et de la coopération économique sino-russe de cette année? L'année dernière, le volume d'échanges entre la Chine et la Russie a chuté de 30%, est-ce que la Chine s'inquiète de la situation économique de la Russie ?

R : La Russie est un pays voisin ami et un partenaire important de la Chine. Ces dernières années, les relations économiques et commerciales entre les deux pays ont connu un développement très rapide. En ce qui concerne la situation que vous avez mentionnée, il y a eu, l'année dernière, une chute de la valeur totale des échanges commerciaux dans le monde entier, ce qui affecte non seulement le commerce entre la Chine et la Russie, mais aussi le commerce entre la Chine et d'autres pays. C'est dû principalement à la fluctuation des prix des matières premières, et il n'y a pas de signe clair de déclin en termes de quantité d'échanges. La Chine et la Russie sont toutes les deux économies émergentes et dotées de grandes potentialités de développement, et la coopération entre les deux parties est très prometteuse. Certes, certains domaines de la coopération pourraient être influencés par la morosité de l'économie mondiale. Mais dans le contexte de la reprise économique mondiale et avec des efforts concertés de la communauté internationale, nous sommes pleinement confiants dans le développement respectif de la Chine et de la Russie et dans leur coopération économique, tant que nous pouvons travailler en commun et mettre pleinement en valeur les potentiels de coopération, notamment dans le domaine du renforcement de la synergie entre la construction de la Ceinture économique de la Route de la Soie et celle de l'Union économique eurasiatique que je viens de mentionner.

Q : Hier, le gouvernement canadien a confirmé qu'une des 11 personnes dont la peine avait été réduite au Xinjiang était citoyen canadien Huseyin Celil. Le gouvernement chinois a-t-il autorisé le gouvernement canadien à lui rendre visite ? Si non, pourquoi ?

R : J'ai dit hier que toutes ces 11 personnes, y compris la personne que vous avez mentionnée en alléguant les mots de la partie canadienne, sont citoyens chinois. Et puisqu'ils sont Chinois, ils doivent observer scrupuleusement les lois chinoises.

Q : Selon des sources d'information, l'Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Syrie a annoncé le 3 janvier à Genève la suspension temporaire des négociations de paix sur la question syrienne. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Deux ans après leurs dernières négociations, le gouvernement syrien et l'opposition syrienne sont retournés à la table des négociations, ce qui marque un début constructif. La question syrienne a duré plusieurs années et s'avère très compliquée. Le démarrage des négociations n'est que le premier pas et les négociations ne seront pas à l'abri des difficultés. Mais la Chine est toujours d'avis que les négociations de paix sont la seule issue réaliste à la question syrienne, et que les différentes parties doivent travailler en commun pour maintenir l'élan des négociations. Nous voulons aussi voir les deux parties de Syrie prendre des mesures en faveur de la confiance, émettre des signes de bonne volonté, agir dans le même sens et coordoner les efforts de médiation de l'Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Syrie en vue de faire progresser le processus politique en Syrie et d'obtenir au plus tôt des résultats positifs.

Q : Le Président américain Barack Obama a invité les dirigeants des pays de l'ASEAN à participer au Sommet États-Unis-ASEAN qui se tiendra bientôt en Californie. Est-ce que la Chine craint que ce sommet ne la vise ou que la mention des sujets ne porte sur elle, comme la question de la Mer de Chine méridionale par exemple ?

R: La Chine se félicite du développement des relations entre les États-Unis et les pays de l'ASEAN. Nous espérons que ces relations pourront favoriser effectivement la paix, la stabilité et le développement dans la région, mais nous souhaitons particulièrement que les États-Unis fournissent des assistances substantielles aux pays de la région pour leur développement durable.

Quant à votre question de savoir si la Chine craint que ce sommet ne la vise, peut-être que vous avez noté qu'un haut responsable de l'administration américaine avait déclaré publiquement hier que ce sommet ne serait pas contre la Chine. Nous espérons que cette déclaration pourra se faire justifier par les reportages des médias après le sommet, pour prouver que cela ne vise vraiment pas la Chine.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer