Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 1er mars 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2016/03/01

Q : Selon des ressources d'information, les Ambassadeurs des États-Unis, du Canada, d'Allemagne, du Japon et de l'UE en Chine ont écrit à la partie chinoise pour exprimer leur préoccupation à l'égard de la Loi anti-terroriste, ainsi que du projet de la Loi sur la cybersécurité et du projet de la Loi sur la gestion des organisations non gouvernementales étrangères. Comment y réagissez-vous ?

R : Fin 2015, le Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (APN) a examiné et adopté la Loi anti-terroriste. Légiférer sur la lutte contre le terrorisme est une pratique courante dans les pays du monde. Au moment où la lutte anti-terroriste internationale fait face à une situation complexe et grave, tous les pays s'investissent davantage dans la prévention et la lutte contre le terrorisme, et l'adoption d'une loi en la matière constitue une mesure importante. Les autres lois ont également été élaborées pour répondre aux exigences de sécurité nationale et de développement social.

Dans le processus législatif, la Chine a étudié attentivement les lois et règlements des pays concernés et les pratiques internationales comme une source d'inspiration, l'objectif étant de protéger ce qui est légal et de prévenir ce qui ne l'est pas. Les dispositions pertinentes n'entraveront pas les activités légales des entreprises, ni les droits et intérêts légitimes des citoyens et des organisations. Nous espérons que les pays concernés pourront respecter la souveraineté judiciaire de la Chine et voir ses activités législatives de manière positive et objective. Nous entendons rester en communication avec les différentes parties sur la base du respect mutuel et de la coopération d'égal à égal.

Q : L'accord sur la cessation des hostilités en Syrie a officiellement pris effet. Actuellement, l'accord est appliqué dans son ensemble, malgré quelques violations sporadiques. L'Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la question syrienne Staffan de Mistura a affirmé envisager de relancer les négociations de paix en Syrie le 7 mars. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : L'accord sur la cessation des hostilités en Syrie est officiellement entré en vigueur. Ce qui s'est passé ces derniers jours permet de dire que l'essentiel de l'accord est effectivement appliqué par les parties au conflit. La Chine s'en félicite, espérant que les parties concernées pourront tenir réellement compte de l'avenir du pays et des intérêts fondamentaux du peuple, appliquer strictement la résolution 2254 du Conseil de Sécurité et les décisions de la 4e réunion des Ministres des Affaires étrangères du Groupe international de soutien à la Syrie, et réaliser effectivement la cessation des hostilités et l'arrêt de la violence. Tous les membres de la communauté internationale, en particulier les pays de la région, doivent y jouer un rôle actif et constructif.

La Chine est toujours d'avis que l'option militaire n'aboutit à rien, et que seules les négociations donnent l'espoir. Le dialogue et les négociations constituent la solution fondamentale et unique de la crise syrienne. Nous soutenons la reprise au plus tôt des négociations de paix à Genève pour la question syrienne, et appelons le gouvernement syrien et l'opposition syrienne à chercher un terrain d'entente par-delà les divergences et à avancer dans la même direction pour trouver une solution politique prenant en considération les préoccupations légitimes des différentes parties. La Chine entend travailler ensemble avec la communauté internationale pour continuer à jouer tout son rôle en faveur du règlement politique de la question syrienne.

Q : Une résolution de sanctions à l'encontre de la RPDC passera au vote au Conseil de Sécurité des Nations Unies. La Chine va-t-elle voter pour ? En cas d'adoption de la résolution, est-ce que la Chine diminuera l'importation de charbon en provenance de la RPDC ?

R : Nous estimons que l'essai nucléaire et le lancement de satellite récemment menés par la RPDC sont en violation avec les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité, et qu'il est nécessaire pour celui-ci d'adopter une nouvelle résolution pour endiguer les capacités de la RPDC en matière de développement nucléaire et balistique. Dans le même temps, cette résolution doit également encourager les différentes parties à travailler ensemble pour remettre rapidement la question nucléaire de la Péninsule coréenne sur la voie du dialogue et des négociations, et relancer les pourparlers à six. Nous entendons rester en étroite communication avec les autres pays. En cas d'adoption de ladite résolution, la Chine l'observera strictement.

Q : La 19e session du Comité permanent de la 12e APN a adopté récemment la Loi de la République populaire de Chine sur l'exploration et l'exploitation des ressources dans la zone des fonds marins et de leur sous-sol, première du genre en Chine. Quel est l'intérêt d'une telle loi ?

R : Conformément à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM), les fonds marins internationaux et leur sous-sol, ainsi que les ressources qu'ils recèlent constituent un patrimoine commun de l'humanité. L'exploration et l'exploitation de ces ressources sont régulées par l'Autorité internationale des fonds marins. Les États parties à la CNUDM ont le devoir d'établir des lois concernées pour assurer la conformité des activités de leurs citoyens et organisations dans cette zone avec la CNUDM et les dispositions de l'Autorité. En tant que participant actif aux affaires liées aux fonds marins internationaux et à leur sous-sol, la Chine a adopté la Loi sur l'exploration et l'exploitation des ressources dans la zone des fonds marins et de leur sous-sol dans le but de remplir les obligations internationales prévues dans la CNUDM, de mieux encadrer les opérations d'exploration et d'exploitation des ressources dans cette zone, de promouvoir l'utilisation durable des ressources et la protection de l'environnement dans les fonds marins et leur sous-sol, et de préserver les intérêts communs de toute l'humanité.

Q : Le Ministre thaïlandais des Transports a affirmé que la Chine devait assumait la plupart du financement du projet de chemin de fer Chine-Thaïlande, puisque la Chine en serait bénéficiaire. Comment y réagissez-vous ? Deuxième question, où en est aujourd'hui le projet sino-indonésien de train à grande vitesse Jakarta-Bandung ?

R : Concernant votre première question, la Chine et la Thaïlande sont pays voisins liés par d'étroites relations d'amitié. Elles travaillent constamment à faire avancer leur coopération pragmatique dans différents domaines sur la base des avantages mutuels et de la coopération gagnant-gagnant. Le ferroviaire est un important volet de la coopération sino-thaïlandaise. Le futur tronçon de chemin de fer sur le territoire thaïlandais favorisera le développement économique et social de la Thaïlande, fera de ce pays un centre régional d'interconnexion, et contribuera au développement de la Péninsule indochinoise et même de la région de l'ASEAN. Nous entendons travailler ensemble avec la partie thaïlandaise pour une mise en œuvre rapide du projet, au plus grand bénéfice des populations des deux pays et de toute la région.

S'agissant de votre deuxième question, le chemin de fer à grande vitesse Jakarta-Bandung est un projet important que la Chine et l'Indonésie montent en commun. La réalisation du projet contribue au développement économique et social de l'Indonésie et à la coopération pragmatique entre les deux pays. Nous sommes en étroite communication avec la partie indonésienne pour la construction du projet.

Le Ministère des Affaires étrangères et le gouvernement populaire de la région autonome des Hui du Ningxia tiendront, le 2 mars à 10 heures à Lanting, une réunion placée sous le thème « Une Chine ouverte : du Ningxia au monde », la première d'une série d'activités promotionnelles pour les provinces, régions autonomes et municipalités chinoises. Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi prononcera à cette occasion un discours, suivi d'une allocution du Secrétaire du Comité régional du PCC pour le Ningxia Li Jianhua et d'une présentation de la Présidente du Ningxia Liu Hui. Des représentants du corps diplomatique ainsi que des experts, chercheurs et représentants du monde des affaires de la Chine s'exprimeront et échangeront avec l'auditoire. Nous avons déjà adressé notre invitation aux amis de la presse. Soyez les bienvenus.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer