Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 9 mars 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2016/03/09

Sur l'invitation du Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie Sergueï Lavrov, le Ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi effectuera une visite en Russie les 10 et 11 mars.

Q : Les États-Unis prévoient de déployer des bombardiers à long rayon d'action en Australie pour préserver la liberté de navigation et de survol en Mer de Chine méridionale. Comment réagissez-vous à cela ? Estimez-vous que ce geste exacerbera la tension dans la région ?

R : Nous exprimons nos préoccupations vis-à-vis des informations concernées. À l'heure actuelle, la recherche de la paix, de la coopération et du développement constitue une tendance générale dans la région et une aspiration commune de ses peuples. La coopération entre les pays concernés doit se concentrer sur la préservation de la paix, de la stabilité et du développement dans la région. Aucune coopération bilatérale ne doit compromettre les intérêts d'une tierce partie.

Q : Selon un sondage secret mené par les États-Unis en Australie, environ 90% des Australiens ont des doutes à l'égard de la prise à bail du port Darwin par la partie chinoise, estimant qu'il impacterait la sécurité nationale. Quelles sont vos réactions à cela ?

R : À mon avis, le public australien n'a pas la peine d'avoir ces doutes. La coopération économique et commerciale Chine-Australie met en évidence les importantes opportunités offertes par le développement de la Chine à l'Australie. Nous entendons travailler avec la partie australienne à renforcer la coopération mutuellement avantageuse pour réaliser le développement partagé et la prospérité commune. Les activités concernées des entreprises chinoises en Australie sont des opérations commerciales normales menées conformément aux principes du marché, aux règles internationales et aux lois nationales australiennes. Ayant procuré d'immenses profits à nos deux pays, elles ont été bien accueillies par le gouvernement et le peuple australiens. Nous espérons que les différents milieux du côté australien pourront voir de manière objective et rationnelle la coopération entre les entreprises chinoises et australiennes. Nous avons constaté que le Premier Ministre australien Malcolm Turnbull avait fait savoir, au sujet du sondage concerné, que les autorités australiennes de défense et de sécurité ne pensent pas que cette coopération constitue une menace pour les intérêts nationaux de l'Australie.

Q : Selon des reportages, la Chine est en train d'appliquer la résolution du Conseil de Sécurité relative à la RPDC et elle interdira l'entrée des bateaux de la RPDC dans les ports chinois à partir du 10 mars. Pourriez-vous nous préciser l'application par la Chine de la résolution concernée du Conseil de Sécurité ?

R : Le Conseil de Sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 2270 relative à la RPDC. En tant que membre permanant du Conseil de Sécurité et membre responsable de la communauté internationale, la Chine applique toujours de manière stricte les résolutions concernées du Conseil de Sécurité. Cette fois-ci aussi, nous l'appliquerons intégralement et sérieusement.

Dans le même temps, je tiens à souligner que non seulement la résolution 2270 prévoit des sanctions contre la RPDC, mais aussi elle appelle les parties concernées à reprendre les pourparlers à six dans le but de régler les problèmes concernés par le dialogue et les négociations et de préserver la paix et la stabilité dans la Péninsule coréenne. Nous espérons que les différentes parties pourront appliquer cette résolution de façon intégrale et équilibrée.

Q : Des photos récemment publiées par la RPDC montrent que des camions lourds fabriqués par la Chine ont été utilisés dans le nouveau système d'artillerie mobile de la RPDC. Comment réagissez-vous à cela ?

R : La Chine applique toujours sérieusement les résolutions concernées du Conseil de Sécurité et s'acquitte effectivement de ses responsabilités internationales y relatives. Nous continuerons à contrôler strictement les articles interdits par les résolutions du Conseil de Sécurité.

Q : Quels sont les sujets à aborder lors de la rencontre entre le Ministre Wang Yi et son homologue russe ?

R : Les deux Ministres des Affaires étrangères auront des discussions approfondies sur les relations actuelles sino-russes pour les porter à un niveau plus élevé. La situation internationale traversant de profonds changements, les deux Ministres procéderont de manière approfondie à des échanges de vues sur les questions internationales et régionales d'intérêt commun, de sorte à promouvoir la coordination stratégique bilatérale et à défendre la paix, la sécurité et la stabilité dans la région et dans le monde.

Q : Aujourd'hui, le Ministre Wang Yi a eu un entretien téléphonique avec le Secrétaire d'État américain John Kerry au sujet de la situation de la Péninsule coréenne. Pourriez-vous nous en dire plus ? Ont-ils discuté d'autres sujets ?

R : Ce matin, le Ministre Wang Yi a eu une conversation téléphonique avec le Secrétaire d'État américain John Kerry. Ils ont eu un échange de vues sur les relations sino-américaines et la situation de la Péninsule coréenne.

Indiquant que la situation actuelle est très tendue dans la Péninsule coréenne, le Ministre Wang Yi a appelé les différentes parties à garder le sang-froid, à faire preuve de retenue et à éviter de se provoquer l'une l'autre dans ce contexte.

Le Ministre Wang Yi a également souligné que face à la situation actuelle de la Péninsule coréenne, les préoccupations et les intérêts raisonnables et légitimes en matière de sécurité stratégique de la Chine ne doivent pas être endommagés.

Q : La République de Corée a annoncé le 8 mars ses sanctions unilatérales contre la RPDC. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La résolution 2270 du Conseil de Sécurité des Nations Unies a été adoptée et la Chine va l'appliquer de manière intégrale et stricte. En même temps, nous estimons que les sanctions unilatérales ne constituent pas la solution à la question et qu'elles ne doivent pas compromettre les intérêts légitimes de la Chine. Dans un contexte où la situation de la Péninsule coréenne est complexe et sensible, nous espérons que les parties concernées pourront agir avec prudence et sang-froid, afin d'éviter une escalade des tensions de la situation.

Q : Selon des reportages, un cargo de la RPDC aurait été refusé d'accéder au port de Rizhao, dans la province du Shandong en Chine. Est-ce une pratique de l'application par la Chine de la résolution du Conseil de Sécurité vis-à-vis de la RPDC ? Est-ce que cette pratique sera appliquée à tous les cargos de la RPDC ?

R : Je ne suis pas au courant des détails. Comme je l'ai affirmé tout à l'heure, la Chine va appliquer la résolution 2270 des Nations Unies de manière intégrale et stricte.

Q : Le leader suprême de la RPDC Kim Jong-un a déclaré que son pays avait réussi à miniaturiser les ogives nucléaires pour les monter sur les missiles balistiques. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La position chinoise sur la question nucléaire de la Péninsule coréenne est très claire. Nous poursuivons fermement nos efforts visant à dénucléariser la Péninsule coréenne, à défendre la paix et la stabilité de la Péninsule et à régler les questions concernées par le dialogue et les négociations. Nous espérons que dans un tel contexte, les différentes parties pourront agir davantage en faveur de la paix et de la stabilité dans la Péninsule coréenne.

Q : Le 8 mars, l'équipe d'enquête internationale sur le vol Malaysia Airlines MH 370 a publié une déclaration provisoire, en affirmant que l'équipe travaille toujours sur les zones éventuelles où l'accident aurait eu lieu. Et selon la déclaration faite par le Premier Ministre malaisien Najib Razak le même jour, les opérations de recherche prendront fin plus tard cette année, et si la recherche en océan Indien échouait, la Malaisie, l'Australie et la Chine se réuniraient pour déterminer les actions à suivre. Quels sont vos commentaires sur cette déclaration provisoire et l'évolution de l'enquête ? Comment évaluez-vous les travaux de la recherche du vol MH 370 ?

R : Depuis l'accident du vol MH 370, la Chine reste en étroite communication et coopération avec la Malaisie, l'Australie et d'autres parties concernées et prend une part active à la recherche de l'avion et à l'enquête sur l'accident. Nous avons noté la deuxième déclaration provisoire publiée par l'équipe d'enquête internationale le 8 mars. Nous espérons que l'équipe pourra continuer à faire tout son possible dans l'enquête pour tirer au clair la cause de l'accident et donner une réponse responsable aux familles de tous les passagers à bord.

La recherche en eau profonde conduite par l'Australie est toujours en cours. En janvier dernier, le gouvernement chinois a envoyé un navire spécialisé dans le sud de l'océan Indien pour se joindre à l'opération de recherche dans cette zone. La partie chinoise restera en étroite communication et coopération avec les pays concernés dans l'opération de recherche.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer