Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 21 mars 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/03/21

Q : Le Président américain Barack Obama a signé, le 18 mars, un projet de loi du Congrès et du Sénat demandant au Secrétaire d'État d'élaborer une stratégie sur l'obtention du statut d'observateur pour Taiwan au sein d'Interpol. Quels sont vos commentaires sur ce sujet ?

R : Interpol est une organisation intergouvernementale internationale composée d'États souverains, dont le Statut est très clair sur l'éligibilité de ses membres. C'est toujours sur la base du principe d'une seule Chine que la Chine traite la question de la participation de Taiwan aux activités des organisations internationales, et cette position est claire et constante. En réalité, la partie continentale de la Chine et les parties concernées ont des arrangements pragmatiques pour que Taiwan participe à la coopération d'Interpol en matière de lutte contre la criminalité. Et l'efficacité de ces arrangements est prouvée dans la pratique.

La question de Taiwan relève des affaires intérieures de la Chine. Nous exhortons la partie américaine à respecter scrupuleusement le principe d'une seule Chine et les principes énoncés dans les trois communiqués conjoints sino-américains, à s'abstenir de plaider pour la participation de Taiwan aux activités des organisations internationales concernées, afin de ne pas perturber le développement des relations inter-détroit et des relations sino-américaines.

Q : Le Président américain Barack Obama est en visite à Cuba. D'après vous, l'amélioration des relations américano-cubaines aura-t-elle des impacts sur les relations sino-cubaines ?

R : Nous avons pris note de la visite du Président Barack Obama à Cuba, et nous nous félicitons de la promotion du processus de normalisation des relations américano-cubaines, qui est une bonne chose. Cela fait plus d'un demi-siècle que Cuba vit sous le blocus américain. Aujourd'hui, les deux pays engagent entre eux des dialogues et des échanges, ce qui correspond aux intérêts des deux peuples et profite à la paix, à la stabilité et au développement dans la région. Nous espérons que les deux parties continueront de consolider cette dynamique favorable. Dans le même temps, nous appelons la partie américaine à lever rapidement et complètement son blocus contre Cuba.

Nous constatons que ces derniers temps, certains discours ont fait le lien entre les relations sino-cubaines et les relations américano-cubaines. J'aimerais indiquer que les relations internationales de notre époque privilégient les bénéfices mutuels et le gagnant-gagnant. La Chine et Cuba sont liés par des relations d'amitié et de coopération mutuellement bénéfiques de longue date. Nous continuerons d'approfondir nos relations avec Cuba, qui ne viseront aucune partie tierce et ne seront affectées par aucune partie tierce.

Q : Le gouvernement indonésien a aujourd'hui convoqué l'Ambassadeur de Chine, se plaignant qu'un garde-côte chinois était entré dans les eaux indonésiennes en intervenant dans un conflit opposant un navire de pêche chinois aux garde-côtes indonésiens. Pourriez-vous nous dire le garde-côte chinois était dans les eaux indonésiennes ou chinoises au moment des faits ?

R : L'affaire a eu lieu dans une zone de pêche traditionnelle chinoise où des navires de pêche chinois effectuent des activités normales. Le 19 mars, quand le navire de pêche concerné a été attaqué et harcelé par un navire indonésien armé, un garde-côte chinois est allé à son secours, sans entrer dans les eaux indonésiennes. Nous avons demandé dès les premières heures à la partie indonésienne de libérer immédiatement les pêcheurs chinois détenus et de garantir leur sécurité. Nous espérons que la partie indonésienne pourra garder à l'esprit l'intérêt général des relations entre les deux pays et gérer adéquatement cette affaire.

L'Indonésie n'a pas formulé de revendication territoriale sur les îles Nansha de Chine. Les îles Natuna appartiennent à l'Indonésie, la Chine n'a pas d'objection à cet égard. Concernant les différends maritimes entre les deux parties, il convient de les régler adéquatement par voie de consultations bilatérales.

La coopération en matière de pêche est une composante importante de la coopération mutuellement avantageuse entre la Chine et l'Indonésie. Nous sommes depuis toujours contre la pêche illégale et préconisons que les deux parties développent leur coopération en matière de pêche avec une attitude constructive, y compris dans les domaines de l'encadrement du secteur et de l'application de la loi, afin de régler adéquatement leurs divergences. Ces deux derniers jours, les deux pays étaient en contact étroit pour traiter adéquatement les questions actuelles sur la pêche.

Q : Le Premier Ministre népalais qui est actuellement en visite en Chine aura des rencontres et entretiens avec des dirigeants chinois et une série d'accords sera signée durant son séjour. Pourriez-vous nous en dire plus ?

R : Sur l'invitation du Premier Ministre Li Keqiang, le Premier Ministre népalais Khadga Prasad Sharma Oli effectue une visite officielle en Chine et participe à la conférence annuelle du Forum de Boao pour l'Asie. Ce matin, il s'est entretenu avec le Premier Ministre Li Keqiang, et il sera reçu par le Président Xi Jinping cet après-midi. Nous publierons en temps opportun des informations y relatives.

Q : Le 19 mars, un attentat suicide à la bombe s'est produit au centre-ville d'Istanbul, en Turquie, faisant un lourd bilan humain. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Y a-t-il des ressortissants chinois parmi les victimes ?

R : Nous condamnons vivement cet attentat et nous exprimons nos condoléances aux victimes. Nous nous opposons à toute forme de terrorisme et nous préconisons une coordination renforcée au sein de la communauté internationale pour combattre ensemble le terrorisme.

Tout de suite après l'attentat, l'Ambassade de Chine en Turquie et le Consulat général de Chine à Istanbul ont déclenché le dispositif d'urgence. Jusqu'ici, aucun cas de blessé ou de décédé n'a été recensé chez les ressortissants chinois. Le Ministère des Affaires étrangères et les missions diplomatique et consulaires de Chine en Turquie ont émis une alerte, déconseillant aux ressortissants chinois de se rendre ces temps-ci en Turquie et recommandant aux Chinois en Turquie de limiter leurs déplacements au strict minimum et d'éviter les zones sensibles et les lieux à forte affluence.

Q : La RPDC a lancé cet après-midi plusieurs missiles au large des côtes orientales de la péninsule coréenne. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous exprimons notre préoccupation sur la situation dans la péninsule coréenne. Nous espérons que la RPDC s'abstiendra d'agir en violation des résolutions du Conseil de Sécurité et que les parties concernées pourront faire preuve de sang-froid et de retenue et éviter les actes susceptibles d'accentuer l'affrontement et les tensions.

Q : Aujourd'hui, la partie taiwanaise a fait savoir que le rétablissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Gambie avait pour objectif d'exercer une pression sur Tsai Ing-wen. Est-ce bien l'intention de la partie continentale de la Chine ?

R : Mon collègue a déjà répondu à cette question la semaine dernière. La date du rétablissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Gambie a été fixée par concertation bilatérale. Cela fait longtemps que la Gambie n'a pas de soi-disant « relations diplomatiques » avec Taiwan. Et le rétablissement de ces relations ne vise personne.

J'aimerais également souligner ceci : il n'y a qu'une seule Chine au monde, la partie continentale et Taiwan appartiennent à la même et unique Chine, et la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine sont indivisibles. Le gouvernement chinois s'en tient toujours à développer des relations d'amitié et de coopération avec les différents pays sur la base des Cinq principes de la Coexistence pacifique et du principe d'une seule Chine. Nous traitons constamment la question des échanges de Taiwan avec l'étranger conformément au principe d'une seule Chine, et nous nous opposons à toute activité visant à créer « deux Chine » ou « une Chine et un Taiwan ».

Q : Selon des sources d'information, le 18 mars, les États-Unis et les Philippines ont tenu leur dialogue stratégique annuel entre les officiels des affaires étrangères et de la défense, et les deux parties sont parvenues à un consensus sur l'accès des navires et aéronefs militaires américains aux cinq bases militaires philippines prévu par l'Accord de défense renforcé, dont une « proche de la Mer de Chine méridionale ». Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : J'ai noté les reportages concernés. La coopération américano-philippine ne doit pas viser une partie tierce, et encore moins porter atteinte à la souveraineté et aux intérêts sécuritaires des autres pays et affecter la paix et la stabilité dans la région.

J'aimerais également faire remarquer ceci : alors que l'armée américaine ne cesse de faire un grand tapage autour de la soi-disant militarisation de la Mer de Chine méridionale ces derniers temps, qu'elle nous dise si le renforcement continu du déploiement militaire en Mer de Chine méridionale et dans les régions avoisinantes constitue ou pas un acte de militarisation ?!



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer