Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 27 mai 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/05/27

Q : Le 27 mai, le sommet du G7 a publié une déclaration dans laquelle a été évoquée la question de la Mer de Chine méridionale. Selon certains, ce sommet du G7 est une farce montée à l'initiative du Japon contre la Chine, mais qui a échoué à cause de la divergence des parties. Quel est votre commentaire là-dessus ? Le Japon a aussi invité 7 autres pays pour une réunion « 7+7 ». Qu'en pensez-vous ?

R : Les activités de la Chine en Mer de Chine méridionale relèvent totalement de sa souveraineté. Elles sont légitimes, légales et irrépréhensibles. La Chine défend toujours avec détermination la liberté de navigation et de survol en Mer de Chine méridional. Mais la liberté de navigation n'est pas la liberté de faire n'importe quoi. Nous nous opposons fermement à ce que certains pays noircissent l'image de la Chine au nom de la liberté de navigation. En réalité, de plus de plus de pays et organisations comprennent et soutiennent les efforts de la Chine pour régler les différends en Mer de Chine méridionale à travers les négociations et consultations avec les pays concernés en vertu des accords bilatéraux et des consensus régionaux, s'opposent à ce que des pays hors région interviennent dans la question de la Mer de Chine méridionale et saluent l'engagement de la Chine en faveur de la paix et de la stabilité en Mer de Chine méridionale.

Lors du sommet du G7, le Japon a fait un grand tapage autour de la question de la Mer de Chine méridionale et mis en relief les tensions dans ces eaux. Cela va à l'encontre de la stabilité en Mer de Chine méridionale et ne correspond pas au rôle du G7 en tant que plate-forme de la gouvernance économique pour les pays développés. Nous exprimons notre vif mécontentement à ce qu'ont fait le Japon et le G7, et espérons que les différentes parties du G7 pourront adopter une position et une attitude objectives et impartiales, rester fidèles à leur engagement de ne pas prendre parti sur les différends territoriaux concernés, cesser de tenir des propos irresponsables et agir davantage en faveur de la paix et de la stabilité dans la région.

Nous avons noté que le G7 a tenu une réunion élargie avec 7 autres pays. C'est au G7 lui-même de décider de la manière d'organiser des réunions. Mais quels que soient les sujets abordés, ces réunions ne doivent ni porter atteinte aux intérêts des autres pays, ni aggraver les tensions dans la région. Je tiens à souligner que face à une conjoncture économique mondiale complexe, le G7, comme un forum économique mondial, doit se concentrer sur l'économie et le développement, deux sujets qui préoccupent la communauté internationale. La Chine accueillera bientôt le sommet du G20. Nous souhaitons voir les pays concernés participer aux travaux de cette plate-forme plus représentative et jouer un rôle constructif dans la gouvernance économique mondiale.

Q : Le Président Barack Obama s'est rendu en visite à Hiroshima aujourd'hui. Quel est votre commentaire là-dessus ? Ce matin, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi s'est exprimé sur ce sujet. Qu'est-ce qu'il a dit ?

R : Ce matin, lors de la présentation de la Région autonome Zhuang du Guangxi organisée par le Ministère des Affaires étrangères, des journalistes chinois et étrangers ont posé des questions au Ministre Wang Yi pour savoir ce qu'il pense de l'invitation lancée par le gouvernement japonais aux dirigeants étrangers pour une visite à Hiroshima. Le Ministre Wang Yi a présenté le point de vue et la position de la Chine en soulignant qu'Hiroshima mérite l'attention de tous, mais Nanjing aussi, et que les victimes méritent la compassion et les bourreaux ne peuvent jamais se dérober à leurs responsabilités.

Q : Récemment, la Délégation de l'Union européenne en Chine a publié une déclaration dans laquelle elle s'est dite préoccupée par la détention de soi-disant « avocats des droits de l'homme » et a appelé la partie chinoise à libérer les personnes concernées. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : La Chine est un État de droit. Les autorités judiciaires chinoises traitent les affaires en vertu de la loi. Toute personne ayant violé la loi sera punie par la loi. Personne ne peut agir au-delà du droit.

Les remarques inappropriées de l'UE à l'égard du travail normal des autorités judicaires chinoises vont à l'encontre de l'esprit de droit. C'est une violation flagrante de la souveraineté judiciaire de la Chine. La Chine s'y oppose fermement et ne l'accepte pas.

Nous exhortons la Délégation de l'Union européenne en Chine à respecter effectivement la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, à cesser de compromettre la souveraineté de la Chine et de s'ingérer dans ses affaires intérieures, et à travailler ensemble avec la partie chinoise pour assurer un développement sain des relations sino-européennes.

Q : Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix Hervé Ladsous a dit que l'ONU prévoyait de constituer, d'ici la fin d'année, une force en attente de maintien de la paix de 15 000 éléments qui peut être déployée rapidement dans les zones en conflit. Il a salué l'initiative remarquable lancée l'année dernière par la Chine de créer une force en attente de maintien de la paix de 8 000 éléments et l'envoi par la Chine de casques bleus et d'hélicoptères de transport au Soudan du Sud. Quel est votre commentaire sur ce sujet ?

R : Les opérations de maintien de la paix sont un moyen important pour l'ONU d'accomplir sa mission de préserver la paix et la sécurité internationales et ont joué un rôle important dans l'apaisement des tensions et le règlement des conflits régionaux. La Chine les soutient fermement et y participe activement. Jusqu'ici, elle a envoyé plus de 30 000 militaires, policiers et agents civils aux opérations onusiennes de maintien de la paix, dont 3 000 travaillent actuellement dans 10 zones d'opérations. L'année dernière, le Président Xi Jinping a annoncé des initiatives importantes en faveur des opérations onusiennes de maintien de la paix lors des sommets célébrant le 70e anniversaire des Nations Unies. Actuellement, nous travaillons activement pour les mettre en œuvre et nous entendons rester en communication et concertation avec les différentes parties, y compris l'ONU.

Q : L'Ambassadeur de France en Russie a fait savoir que la France souhaitait organiser une réunion ministérielle du Conseil de Sécurité pour discuter de la protection des civils dans les opérations de maintien de la paix. Qu'en pensez-vous ? La Chine y sera représentée ?

R : Je vais me renseigner sur la proposition française que vous avez mentionnée. En tant que membre permanent du Conseil de Sécurité, nous sommes toujours en communications étroites avec la Russie et la France. La Chine participera à toute opération favorable à la paix et à la stabilité régionales et y jouera un rôle constructif.

Q : Le Président indien Pranab Mukherjee s'est entretenu avec le Président Xi Jinping et le Premier Ministre Li Keqiang durant sa visite en Chine. À votre avis, quels sont les fruits de cette visite ? Veuillez nous dire un peu plus sur le souhait de la partie indienne de voir la partie chinoise la soutenir pour l'inscription de nouveaux noms dans la liste du Comité 1267 du Conseil de Sécurité.

R : Sur l'invitation du Président Xi Jinping, le Président indien Pranab Mukherjee a effectué une visite d'État en Chine du 24 au 27 mai. Durant son séjour en Chine, il a eu des entretiens cordiaux et amicaux respectivement avec le Président Xi Jinping, le Premier Ministre Li Keqiang et le Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale Zhang Dejiang lors desquels les deux parties ont échangé sur les relations sino-indiennes et les grandes questions internationales et régionales d'intérêt commun et sont parvenues à d'importants consensus. Les deux pays sont convenus de faire valoir la tradition de l'inspiration mutuelle des deux civilisations, de renforcer leur coopération dans différents domaines et de porter la coopération stratégique sino-indienne à une nouvelle hauteur.

Les fruits et consensus de cette visite peuvent se résumer en les points suivants :

Sur le plan politique, les deux parties conviennent de maintenir la dynamique de contacts et d'échanges entre les dirigeants chinois et indiens, de perfectionner la planification globale des relations bilatérales et de mettre en valeur les différents mécanismes de dialogue bilatéral pour renforcer sans cesse la compréhension et la confiance mutuelles. Sur la coopération pragmatique, les deux parties conviennent de poursuivre la coopération dans les domaines du ferroviaire, des parcs industriels et des nouvelles énergies et d'encourager et de soutenir de nouveaux jumelages entre les provinces et villes chinoises et indiennes pour porter la coopération bilatérale à un niveau toujours plus élevé. Les deux parties décident de renforcer la coopération dans les domaines de l'investissement, du commerce et du tourisme et de prendre de nouvelles mesures pour élargir sans cesse et de manière constructive le commerce bilatéral tout en en assurant un développement. Pour aider les religieux indiens à réaliser leur rêve du pèlerinage, la Chine entend élargir progressivement l'accès des groupes officiels de pèlerins indiens aux montagnes divines et aux lacs sacrés de la Région autonome du Tibet via le col de l'Himalaya de Nathu La. Les deux parties conviennent aussi de renforcer la coopération bilatérale et multilatérale dans la lutte contre le terrorisme. Concernant les divergences, elles sont toutes d'avis qu'il faut faire le maximum d'efforts pour résoudre les problèmes et qu'en même temps, il faut aussi bien gérer, dans une attitude réaliste, les questions impossibles à régler à court terme pour que les divergences ne deviennent des obstacles à la coopération amicale entre les deux pays. Les deux parties conviennent de faire progresser le processus des négociations sur la question frontalière à travers le mécanisme de rencontre des représentants spéciaux et de préserver ensemble la paix et la tranquillité dans la région frontalière. Sur les affaires internationales et régionales, les deux parties affirment qu'elles verront d'un œil positif la participation de part et d'autre dans les affaires internationales et régionales, se soutiendront mutuellement dans l'organisation du sommet du G20 à Hangzhou et de la Rencontre des dirigeants du BRICS et feront entendre leur voix commune sur la scène internationale.

Concernant la liste du Comité 1267 des Nations Unies, les deux parties ont eu des échanges de vues sur la lutte contre le terrorisme et considèrent le terrorisme comme l'ennemi commun de l'humanité. Elles entendent renforcer leur coopération antiterroriste dans les enceintes multilatérales telles l'ONU et le BRICS tout en poursuivant leur coopération bilatérale pour préserver ensemble la sécurité et la stabilité dans la région.

Q : Hier, au sommet du G7, le Premier Ministre japonais Shinzo Abe a parlé des signes qui font penser à la période avant la crise financière de 2008. Mais les autres dirigeants ont des points de vue différents. Qu'en pensez-vous ?

R : La conjoncture économique mondiale à l'heure actuelle attire l'attention de tous. La croissance des principales économies est inférieure à la prévision. Dans un tel contexte, les économies émergentes ont vu leurs croissances se ralentir, mais la tendance est à l'amélioration à long terme. Le dernier rapport du FMI a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour l'économie mondiale, mais celles pour l'économie chinoise ont été portées de 6,5% à 6,7%. La Chine est un important moteur de l'économie mondiale avec une contribution de plus de 25% à la croissance mondiale. On parle tous de la réforme structurelle. Lorsque certains se contentent de tenir de belles paroles, d'autres passent à l'action. La réforme structurelle en Chine se fait distinguer dans le monde par son ampleur, sa profondeur et son intensité.

Dans un tel contexte, le sommet du G20 de Hangzhou est très attendu. On espère tous que ce sommet permettra de fixer le cap pour l'économie mondiale et d'y insuffler une nouvelle dynamique. En tant que pays hôte, la Chine souhaite travailler ensemble avec les différentes parties sur les grands enjeux de l'économie mondiale et rechercher de nouveaux moteurs de croissance à travers l'innovation et la réforme en vue d'une croissance forte, durable et équilibrée de l'économie mondiale.

Les membres du G7 sont tous membres du G20. Nous espérons que le G7 pourra jouer un rôle constructif pour faire aboutir le sommet de Hangzhou à des résultats abondants et aider à revigorer l'économie mondiale.

Q : Hier, le China Daily a dit dans son éditorial que le Japon était responsable du bombardement atomique d'Hiroshima. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Nous avons déjà présenté la position de la Chine sur ce sujet.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer