Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 30 mai 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/05/30

Sur l'invitation de son homologue canadien Stéphane Dion et de son homologue français Jean-Marc Ayrault, du 31 mai au 4 juin, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi effectuera une visite officielle au Canada et assistera à la 1ère rencontre annuelle entre les Ministres des Affaires étrangères chinois et canadien, et assistera à Paris à la réunion des Ministres des Affaires étrangères du groupe international de soutien sur la question palestinienne.

Q : Qu'attendez-vous de la réunion des Ministres des Affaires étrangères du groupe international de soutien sur la question palestinienne ?

R : A l'heure actuelle, le conflit israélo-palestinien se poursuit et les négociations de paix se trouvent dans l'impasse. Suivant de très près la situation, la Chine en est vivement préoccupée. La question palestinienne, cruciale pour la paix au Moyen-Orient, ne doit pas être négligée, encore moins oubliée. La Chine espère que la réunion pourra permettre à la communauté internationale d'attacher de nouveau une grande importance au règlement de la question israélo-palestinienne et d'y contribuer. Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi assistera à la réunion à la tête d'une délégation pour faire avancer le processus de paix au Moyen-Orient.

Q : Une publicité de lessive en poudre réalisée par une société de Shanghai est jugée raciste. De nombreux étrangers la trouvent très offensive. Est-ce que des gouvernements de pays africains ou d'autres pays ont protesté auprès de la Chine ? La Chine doit-elle faire des excuses à ceux qui pourraient être offensés ?

R : J'ai lu les informations que vous avez mentionnées. Cet acte inapproprié d'une société commerciale est un cas isolé. La société concernée a présenté ses excuses dans une déclaration publique. Je tiens à souligner que la Chine, en tant que pays contractant de la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, remplit toujours scrupuleusement ses obligations en vertu de la convention et travaille activement à éliminer toutes les formes de discrimination raciale et ethnique. Nous maintenons des échanges amicaux, dans un esprit de respect mutuel et d'égalité, avec toutes les populations et tous les pays du monde, quelles que soient leurs ethnies et races.

Q : Est-ce que des gouvernements de pays africains ont protesté auprès de la Chine au sujet de la publicité de lessive ?

R : Comme je l'ai dit tout à l'heure, il s'agit d'un acte inapproprié d'une société commerciale, soit un cas isolé. A ma connaissance, aucun pays n'a fait de représentation auprès de la partie chinoise. Il est clair pour tous que depuis toujours la Chine traite tous les pays dans un esprit d'égalité et de respect mutuel, d'autant plus que nous sommes bons frères des peuples africains, et que nous avons une excellente communication et coopération avec l'Afrique sur les questions politiques et économiques internationales. Par conséquent, j'espère que l'on n'amplifiera pas l'affaire.

Q : Un colloque international sur la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030 s'est tenu aujourd'hui à Nyingchi, dans la Région autonome du Tibet. Pourriez-vous nous renseigner sur le colloque ? Et pourquoi a-il eu lieu à Nyingchi, au Tibet ?

R : Le colloque international sur la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030, coorganisé par le Ministère chinois des Affaires étrangères et les représentations des Nations Unies en Chine, s'est tenu ce matin à Nyingchi au Tibet, en présence de plus de 100 invités chinois et étrangers.

Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon ont respectivement fait un discours vidéo pour le colloque. Selon le Ministre Wang Yi, cette année est la première année de la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030. Les différents pays doivent faire jouer le rôle d'orientation des objectifs, des réalités nationales, de l'innovation et de la coopération, et travailler d'arrache-pied à la mise en œuvre du Programme. Le Secrétaire général Ban Ki-moon a dit, à son tour, que la Chine a associé parfaitement, dans son 13e Plan quinquennal, le Programme 2030 à sa planification globale de développement, et exprimé son souhait de voir la Chine continuer à jouer un rôle pilote à l'échelle mondiale dans la mise en œuvre du Programme.

Les participants ont engagé des discussions approfondies sur les moyens d'intégrer le Programme dans les stratégies de développement de leurs pays respectifs, d'obtenir des récoltes précoces et de promouvoir la mise en œuvre du Programme à travers l'innovation, et avancé un grand nombre de propositions utiles pour assurer une bonne concrétisation du Programme à l'échelle mondiale.

Quant aux raisons de choisir Nyingchi pour tenir ce colloque, il faut savoir que le Tibet possède des conditions géographiques très particulières. Depuis de longues années, le Tibet a déployé d'énormes efforts et accompli des réalisations remarquables dans la promotion de la croissance et l'élimination de la pauvreté. Dans le même temps, il a pris de nombreuses initiatives et accumulé une riche expérience dans la protection de l'environnement et le développement durable. Si le Ministère chinois des Affaires étrangères et l'ONU ont choisi de tenir ce colloque au Tibet, c'est dans le but d'inviter les participants à échanger des idées et partager des expériences sur la mise en œuvre du Programme 2030 à la lumière des pratiques réussies du Tibet, pour explorer ensemble un chemin de développement durable.

Q : Au Sommet du G7 au cours duquel a été évoquée l'économie mondiale, le Premier Ministre japonais Shinzo Abe a dit que le ralentissement de la croissance des économies émergentes plombait la croissance mondiale. Comment y réagissez-vous ? Le Sommet du G20 de Hangzhou aura lieu en septembre, pensez-vous que le G20 est une plateforme de gouvernance économique plus efficace que le G7 ?

R : J'ai présenté la position chinoise sur les remarques pertinentes de la partie japonaise vendredi dernier. Nous avons noté que le Sommet du G7 qui venait de se terminer avait discuté de l'économie mondiale. Concernant les défis affrontés par l'économie mondiale et les moyens de les relever, chaque partie a ses opinions là-dessus. Aucun pays ne peut manipuler la situation pour ses intérêts égoïstes. Ce qu'attend la communauté internationale dans les circonstances actuelles, ce sont un esprit de partenariat et de solidarité ainsi que des actions concrètes favorables à la croissance et au redressement de la confiance.

Le G20 est un forum majeur largement reconnu pour la coopération économique internationale. Sa représentation et son influence ne peuvent être remplacées par un autre mécanisme. La Chine accueillira le Sommet du G20 en septembre prochain, nous espérons que le Sommet de Hangzhou permettra de rassembler les consensus, de relever les défis lancés à l'économie mondiale et de donner un bon cap pour la croissance mondiale et la coopération économique internationale. Cela répond aux attentes communes de la communauté internationale et aussi à la demande du développement de l'économie mondiale. En tant que pays hôte du Sommet, la Chine entend travailler ensemble avec les autres pays à cet égard.

Q : La Chine a annoncé, ce matin, la prochaine visite du Roi du Cambodge Norodom Sihamoni en Chine. Pourriez-vous nous présenter plus de détails là-dessus ?

R : La Chine attache une grande importance à la visite d'État du Roi Norodom Sihamoni en Chine 11 ans après sa dernière visite du genre. Le Président Xi Jinping et d'autres dirigeants chinois auront des rencontres et entretiens avec le Roi Norodom Sihamoni et procéderont avec lui à des échanges de vues approfondis sur les relations sino-cambodgiennes et les questions d'intérêt commun.

La Chine et le Cambodge sont bons voisins, bons amis, bons partenaires et bons frères. Actuellement, les relations sino-cambodgiennes affichent un bel élan de développement marqué par des échanges de haut niveau fréquents et une coopération fructueuse dans divers domaines. Enrichir sans cesse la coopération stratégique globale entre les deux pays correspond aux intérêts fondamentaux des deux peuples et contribue au développement et à la prospérité de la région. Accordant une grande importance à ses relations avec le Cambodge, la Chine a la certitude que la visite du Roi Norodom Sihamoni donnera de nouvelles impulsions à un plus grand développement du partenariat stratégique global sino-cambodgien.

Q : Le Secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a prononcé un discours à l'Académie navale des États-Unis, mentionnant 22 fois la Chine et déclarant que la Chine était en train d'ériger une « Grande Muraille d'isolement ». Selon certains médias américains, les États-Unis excellent en fabrication des histoires et sont même capables de transformer le jour en nuit. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous avons noté les propos du Secrétaire américain à la Défense Ashton Carter relatifs à la Chine, qui reflètent la logique et l'hégémonie typiquement américaines. Il est certain que des Américains, tout en vivant au 21e siècle, gardent toujours la mentalité de la guerre froide. Ils fabriquent de toutes pièces des histoires et informations, et cherchent et créent des adversaires et ennemis dans les quatre coins du monde. S'ils visent cette fois l'Asie-Pacifique, c'est dans le but de déployer un grand nombre d'armements avancés dans la région, comme M. Ashton Carter lui-même l'a dit dans son discours. Je tiens à dire que dans un monde globalisé, s'obstiner dans la logique de la guerre froide n'aura pas d'issue et n'aboutira à rien. La Chine n'a aucun intérêt pour la « guerre froide » d'une forme ou d'une autre, elle n'a pas non plus l'intention de jouer un rôle dans des « superproductions hollywoodiennes » scénarisées et réalisées par certains responsables de l'armée américaine. Mais premièrement la Chine n'a pas peur ; et deuxièmement, elle répondra avec fermeté à tout acte qui menace ou sape sa souveraineté et sa sécurité.

La Chine et les États-Unis ont de vastes intérêts communs et font face à des défis communs en Asie-Pacifique. La coopération profite à chacune des deux parties alors que l'affrontement nuit à l'une comme à l'autre. Le non-conflit, la non-confrontation, le respect mutuel et la coopération gagnant-gagnant correspondent le mieux aux intérêts fondamentaux des deux pays et des deux peuples, et favorisent le mieux la paix et le développement dans la région et le monde entier. En fait, les deux pays sont parvenus à des consensus importants sur la gestion et le contrôle constructifs des divergences. Nous espérons que les États-Unis pourront agir dans le même sens que la Chine en renforçant le dialogue, la communication et la coopération, pour établir une relation sino-américaine d'interaction positive et de coopération inclusive en Asie-Pacifique et promouvoir ensemble avec les autres pays de la région la paix, la stabilité et la prospérité en Asie-Pacifique.

Q : L'armée indonésienne a déclaré hier que l'Indonésie avait arrêté vendredi dernier un bateau de pêche chinois dans les eaux au large des îles Natuna. En êtes-vous au courant ? Êtes-vous en contact avec l'Indonésie sur cette affaire ?

R : La Chine et l'Indonésie ont des opinions différentes sur les eaux où l'incident a eu lieu. Le bateau de pêche chinois concerné y menait des opérations normales. La Chine a fait des représentations solennelles auprès de l'Indonésie. Les deux parties sont en communication et coordination pour gérer cette affaire.

Q : Il est rapporté que lors du 7e Congrès du Parti des Travailleurs de Corée, la Chine a dépêché un envoyé spécial à Pyongyang. Le résultat est que la RPDC a arrêté son programme d'essais nucléaires en échange d'une aide alimentaire de la Chine. Pourriez-vous le confirmer ?

R : Je ne sais pas où vous avez appris ces informations. Je n'en ai pas entendu parler. Comme voisins immédiats, la Chine et la RPDC sont toujours en contact étroit à travers différents canaux.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer