Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 8 juin 2016 tenue par le porte-parole duMinistère des Affaires étrangères Hong Lei
2016/06/08

Sur l’invitation de la Haute Représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de la sécurité et Vice-Présidente de la Commission européenne Federica Mogherini, le Conseiller d’État Yang Jiechi se rendra le 10 juin au siège de la Commission européenne à Bruxelles et tiendra avec elle le 6e tour de Dialogue stratégique de haut niveau sino-européen.

Sur l’invitation du Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République de Sierra Leone Samura M.W. Kamara effectuera une visite officielle en Chine du 13 au 16 juin.

Q : Ce matin, le Ministère des Affaires étrangères a publié une déclaration pour réaffirmer l’attachement par la Chine au règlement des différends avec les Philippines en Mer de Chine méridionale par voie de négociation bilatérale. Quelles sont les considérations principales qui ont motivé la publication de cette déclaration ?

R : En 2013, les Philippines ont introduit unilatéralement l’arbitrage, fermant la porte au règlement des différends concernés avec la Chine en Mer de Chine méridionale par voie de négociation et entraînant la détérioration des relations entre les deux pays. La Chine et les Philippines avaient conclu et réaffirmé à plusieurs reprises le consensus du règlement des différends concernés par voie de négociation, mais les deux pays n’ont pas encore tenu de négociations bilatérales concernant l’objet de l’arbitrage initié par les Philippines.

L’introduction unilatérale de l’arbitrage par les Philippines va à l’encontre du consensus bilatéral de régler les différends concernés par voie de négociation, conclu et réaffirmé à plusieurs reprises par la Chine et les Philippines, est contraire à l’engagement pris par les Philippines dans la Déclaration sur la conduite des Parties en Mer de Chine méridionale (DOC), constitue un abus du mécanisme de règlement des différends prévu dans la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM) et une violation du droit international dont la CNUDM.

Nous maintenons ouverte la porte des négociations bilatérales avec les Philippines. Nous continuerons à nous en tenir au règlement des différends concernés avec les Philippines en Mer de Chine méridionale par voie de négociations bilatérales, sur la base du respect des faits historiques et conformément au droit international. Nous exhortons les Philippines à cesser les actes erronés visant à forcer la procédure arbitrale et à revenir sur la bonne voie du règlement des différends concernés en Mer de Chine méridionale à travers les négociations bilatérales.

Q : Les États-Unis ont accusé aujourd’hui la Chine d’avoir intercepté de manière « dangereuse » un avion militaire américain au-dessus de la Mer de Chine orientale. Pourriez-vous nous en donner plus de détails?

R : Les reportages concernés sont révélateurs de l’intention de l’armée américaine de spéculer sur la reconnaissance rapprochée des avions américains contre la Chine. Je tiens à indiquer que les pilotes militaires chinois ont depuis toujours agi conformément aux lois et règlements et de manière responsable et professionnelle. Ce qui est à l’origine de la question concernée, ce sont des activités de reconnaissance rapprochée menées fréquemment par des avions militaires américains près des zones côtières de la Chine, qui menacent gravement la sécurité maritime et aérienne chinoise. La Chine a le droit de prendre des mesures à caractère défensif à cet égard. Nous demandons à la partie américaine de cesser les activités de reconnaissance rapprochée afin d’éviter la reproduction de ce genre d’incident.

Q : Pourriez-vous nous présenter le déplacement du Conseiller d’État Yang Jiechi au siège de l’UE à Bruxelles pour le Dialogue stratégique de haut niveau sino-européen ? Comment voyez-vous l’Europe d’aujourd’hui et les relations sino-européennes actuelles ?

R : La Chine est un partenaire global stratégique de l’UE. Elle suit de très près l’évolution de la situation en Europe et avec une vue stratégique et de long terme, elle soutient depuis toujours les efforts européens visant à relever les défis internes et externes, espérant voir une UE unie, forte et prospère qui joue un rôle important dans les affaires internationales.

Actuellement, les relations sino-européennes sont chaque jour plus mûres et approfondies, avec la progression sur tous les plans de la construction du partenariat sino-européen pour la paix, la croissance, la réforme et la civilisation. L’année dernière, au 17e Sommet Chine-UE, les deux parties ont convenu d’associer leurs stratégies de développement et de mettre en place cinq plateformes de coopération en matière de fonds d’investissement commun, d’interconnexion, de numérique, de facilitation de la mobilité humaine et de dialogue sur les affaires juridiques, ce qui a enrichi davantage le contenu des relations sino-européennes. Inscrit dans la perspective du 18e Sommet Chine-UE prévu cette année à Beijing, le 6e tour de Dialogue stratégique de haut niveau sino-européen, coprésidé par le Conseiller d’État Yang Jiechi et la Haute représente Federica Mogherini, sera l’occasion de faire des préparatifs sur le plan politique et d’échanger sur la gouvernance mondiale et les dossiers internationaux et régionaux d’actualité, et permettra d’intensifier la concertation et la coordination entre la Chine et l’UE dans les affaires internationales.

Q : Selon des sources d’information, un avion reliant le Caire à Beijing a atterri d’urgence en Ouzbékistan. Pourriez-vous le confirmer et nous donner des informations concernant les passagers chinois à bord ?

R : Nous avons noté les informations concernées et nous sommes en train de nous renseigner là-dessus.

Q : le Japon, les États-Unis et l’Inde vont organiser des exercices militaires conjoints à partir du 11 juin dans les eaux à l’est d’Okinawa. Comment voyez-vous ces exercices ?

R: Nous avons pris note des informations concernées et nous espérons que ces exercices seront dans le sens de la paix, de la sécurité et de la stabilité régionales.

Q : Pensez-vous que le Dialogue stratégique et économique sino-américain représente un moyen efficace et un mode approprié pour répondre aux préoccupations des entreprises étrangères installées en Chine ? La Chine a-t-elle appliqué avec sérieux tous les accords dégagés des dialogues sino-américains ?

R : Le 8e tour du Dialogue stratégique et économique sino-américain et le 7e tour des consultations de haut niveau sino-américaines sur les échanges humains ont été clôturés avec succès. Aux présents tours de dialogue et de consultations, la Chine et les États-Unis sont parvenus à de nombreux consensus importants, qui ont été déjà communiqués à l’extérieur. Il est temps maintenant de passer à l’action pour concrétiser ces consensus afin de porter la coopération sino-américaine à un nouveau palier.

Le Dialogue stratégique et économique sino-américain et les consultations de haut niveau sino-américaines sur les échanges humains sont des mécanismes à impacts positifs importants sur le renforcement de la confiance mutuelle sino-américaine et sur la promotion de la coopération pragmatique et des échanges humains entre les deux pays, et reconnus comme utiles et productifs. À titre d’exemple, le volume commercial sino-américain augmente d’année en année, faisant de la Chine le plus grand partenaire commercial des États-Unis, et des États-Unis le deuxième partenaire commercial de la Chine. Les investissements des entreprises chinoises de ces deux dernières années aux États-Unis dépassent le montant total des onze années précédentes. La plupart des entreprises américaines se développent dans d’heureuses conditions en Chine. Le développement de la coopération pragmatique sino-américaine n’est pas possible sans les arrangements institutionnels conclus par les deux gouvernements pour promouvoir la coopération bilatérale. Les consensus dégagés par les deux pays en matière de coopération pragmatique se sont avérés utiles. Le développement de la Chine représente une opportunité importante pour les États-Unis. Aux entrepreneurs américains de la saisir. Certes, la Chine est engagée pour faire avancer les réformes structurelles. De nouveaux défis se poseraient aux entreprises chinoises et américaines, appelées à s’adapter aux nouvelles conditions et à faire des ajustements proactifs afin de connaître un plus grand développement dans le processus de l’approfondissement global de la réforme. Le développement chinois générera davantage de dividendes aux entreprises américaines.

Q : Selon l’Agence internationale de l’Énergie atomique (AIEA), la RPDC aurait redémarré la centrale nucléaire de Yongbyon. Comment y réagissez-vous ?

R : La Chine préconise depuis toujours d’œuvrer à la réalisation de la dénucléarisation de la Péninsule coréenne, de préserver la paix et la stabilité de la Péninsule et de régler les problèmes concernés par voie de dialogue et de concertation. Nous espérons que les différentes parties conjuguent leurs efforts pour faire reprendre rapidement les Pourparlers à Six et remettre rapidement le règlement de la question nucléaire de la Péninsule coréenne sur les rails du dialogue et des pourparlers.

À l’occasion de la Fête des Bateaux-Dragons, la conférence de presse du Ministère des Affaires étrangères sera suspendue le jeudi 9 juin et le vendredi 10 juin et reprendra le lundi 13 juin. Durant les jours fériés, le bureau du porte-parole sera toujours à votre disposition pour répondre à vos questions par appels téléphoniques ou fax.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer