Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 6 juin 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2016/06/06

Sur l'invitation du Premier Ministre Li Keqiang, la Chancelière de la République fédérale d'Allemagne Angela Merkel effectuera une visite officielle en Chine du 12 au 14 juin. Elle coprésidera avec le Premier Ministre Li Keqiang la 4e édition de consultations intergouvernementales Chine-Allemagne.

Sur l'invitation du Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, la Secrétaire du Cabinet pour les Affaires étrangères et le Commerce international de la République du Kenya Amina Mohamed effectuera une visite officielle en Chine du 7 au 9 juin.

Q : Pourriez-vous nous présenter le programme de la visite en Chine de la Chancelière Angela Merkel et des consultations intergouvernementales Chine-Allemagne ? Qu'attend la Chine de cette visite ? Quel est votre point de vue sur l'approfondissement des relations sino-allemandes ?

R : Il s'agit de la 9e visite en Chine de la Chancelière Angela Merkel durant ses mandats, dont l'objectif principal est de coprésider avec le Premier Ministre Li Keqiang la 4e édition de consultations intergouvernementales entre les deux pays. À Beijing, elle s'entretiendra respectivement avec le Président Xi Jinping et le Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale Zhang Dejiang. Elle se rendra aussi en visite à Shenyang, dans la province du Liaoning.

Piloté par les deux Chefs de gouvernement, le mécanisme de consultations intergouvernementales Chine-Allemagne est la plus importante plate-forme de coordination pour planifier et promouvoir la coopération entre la Chine et l'Allemagne. Depuis sa création en 2011, trois tours de consultations se sont tenus avec succès. Cette fois, une vingtaine d'officiels chinois et allemands au rang de ministre ou vice-ministre y seront présents pour envisager ensemble la coopération bilatérale de la prochaine étape dans différents domaines.

Ces dernières années, les relations sino-allemandes ont connu un développement de grande qualité, avec des échanges de haut niveau intenses dont la visite en Chine réussie du Président allemand Joachim Gauck en mars dernier, une confiance politique mutuelle renforcée et une coopération pragmatique fructueuse. Actuellement, les deux pays travaillent activement à créer des synergies entre le « Fabriqué en Chine 2025 » et le projet allemand « Industrie 4.0 » et à approfondir la coopération financière sur tous les plans dans le cadre du dialogue fiscal et financier de haut niveau. Assumant respectivement la présidence du G20 de cette année et celle de l'année prochaine, la Chine et l'Allemagne maintiennent une étroite communication et une bonne coopération. Leurs concertation et coopération dans les affaires internationales et régionales s'intensifient chaque jour davantage. Une coopération sino-allemande renforcée correspond aux intérêts fondamentaux des deux pays et permet de promouvoir le développement des relations sino-européennes et de contribuer à la paix et à la prospérité dans le monde.

Très attachée aux relations sino-allemandes, la partie chinoise entend faire du 4e tour de consultations intergouvernementales une nouvelle opportunité de faire progresser la coopération pragmatique bilatérale dans tous les domaines à un haut niveau.

Q : La Chine compte-elle créer une zone d'identification de défense aérienne en Mer de Chine méridionale ? Quand annoncera-t-elle cette décision ?

R : Beaucoup de pays ont instauré des zones d'identification de défense aérienne. Cela relève de la souveraineté d'un État. Pour créer une zone d'identification de défense aérienne en Mer de Chine méridionale, nous avons à étudier tous les facteurs concernés, surtout le degré des menaces sécuritaires aériennes.

Q : Concernant le Dialogue de Shangri-La, le Ministère des Affaires étrangères chinois a publié sur son site portail sa réaction au discours du Secrétaire à la Défense américain Ashton Carter. D'après vous, qu'est-ce qu'il y a d'incorrect dans son discours ?

R : Comme ce que ma collègue l'a indiqué dans sa déclaration de samedi, certains pays, au mépris des faits, ont porté de fausses accusations contre la Chine. Leurs positions et leurs points de vue ne tiennent pas la route. La Chine s'y oppose fermement.

Q : Ces derniers temps, la Tanzanie, l'Ouganda, l'Érythrée, les Comores et le Vice-Président de la Commission de l'Union Africaine ont exprimé leur soutien à la position de la Chine sur la question de la Mer de Chine méridionale. Dans la communauté internationale, de plus en plus de voix se sont élevées pour marquer leur incompréhension vis-à-vis de l'initiation unilatérale par les Philippines d'un arbitrage sur ce dossier et se prononcent pour un règlement négocié entre la Chine et les Philippines. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Comme ce que vous venez de dire, un nombre croissant de pays comprennent et soutiennent la juste position de la Chine sur la question de la Mer de Chine méridionale et estiment que la Chine et les pays concernés doivent résoudre leurs différends sur la Mer de Chine méridionale par voie de négociations et de consultations en vertu des accords bilatéraux et du consensus régional et préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale.

Les déclarations de la Tanzanie, de l'Ouganda, de l'Érythrée, des Comores et du Vice-Président de la Commission de l'Union africaine sont objectives et impartiales, correspondent à la réalité et représentent la justice et l'équité de la communauté internationale. Nous en sommes très reconnaissants. Dans le même temps, nous exhortons les pays concernés à respecter effectivement les accords bilatéraux et le consensus régional et à retourner à la juste voie, celle de négociations et de consultations, pour résoudre la question de la Mer de Chine méridionale.

Q : La cérémonie d'inauguration du canal de Panama élargi se tiendra le 26 juin. La dirigeante des autorités de Taiwan y sera présente. Est-ce que la partie continentale de la Chine a été invitée ? Y sera-t-elle représentée ?

R : La Chine fait toujours du respect du principe d'« une seule Chine » une condition préalable fondamentale dans le développement et la gestion de ses relations avec les autres pays du monde. Ce principe est largement accepté par la communauté internationale. Nous espérons que le pays concerné traitera avec prudence les questions relatives à Taiwan.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer