Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 17 juin 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/06/17

Q : La Réunion des dirigeants locaux Chine-PECO (pays d'Europe centrale et orientale) a lieu aujourd'hui à Tangshan. Qui a représenté les plus hautes autorités chinoises à la réunion ? Pourriez-vous nous en donner plus d'informations ?

R : La 3e Réunion des dirigeants locaux Chine-PECO a eu lieu aujourd'hui à Tangshan dans la province du Hebei. Le Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Ma Kai a participé à la cérémonie d'ouverture et y a prononcé une allocution. Le Premier Ministre tchèque Bohuslav Sobotka, le Vice-Premier Ministre du Monténégro Petar Ivanovic et les délégations de haut niveau de 15 provinces et municipalités chinoises et de plus de 50 collectivités territoriales des PECO y étaient présents.

Dans son allocution, le Vice-Premier Ministre Ma Kai a indiqué qu'au bout de plus de quatre ans d'efforts conjoints de la Chine et des PECO, la « coopération 16+1 » entre progressivement dans sa phase de maturité et de récolte précoce. La Chine accorde une grande importance au partenariat global stratégique sino-européen et œuvre à promouvoir la coopération Chine-PECO. Le Président Xi Jinping entame aujourd'hui sa visite en Serbie et en Pologne, deuxième déplacement officiel en Europe centrale et orientale depuis le début de cette année qui ne manquera pas de rehausser sur tous les plans les relations bilatérales entre la Chine et les PECO et de créer de nouveaux temps forts dans les relations sino-européennes. La Chine continuera à maintenir une croissance moyennement rapide de son économie, à orienter le développement vers le haut et moyen de gamme et à élargir son ouverture vers l'extérieur, ce qui ouvrira des perspectives plus larges à la « coopération 16+1 ». La Chine espère que les deux parties valoriseront pleinement leurs avantages comparatifs, créeront des synergies productives entre leurs stratégies de développement respectives, travailleront à une bonne association entre la « coopération 16+1 » et la construction de « Ceinture et Route », favoriseront une coopération tous azimuts, dans de vastes domaines et à de multiples niveaux, et élargiront sans cesse les champs de coopération avec un esprit ouvert et inclusif. Il convient de concrétiser la « coopération 16+1 » par des partenariats entre entreprises et des projets sur le terrain, de traduire les consensus en actions et les actions en résultats, de manière à élever davantage la qualité et le niveau de la coopération pragmatique sino-européenne.

Selon les dirigeants des PECO présents à la réunion, la « coopération 16+1 » offre d'importantes opportunités pour le développement des PECO désireux de renforcer le dialogue avec la Chine, d'accroître la coopération décentralisée et de promouvoir le développement commun.

Q : Selon des sources d'information, ces derniers jours, des pillages contre des magasins ont eu lieu à Cumana, dans l'État de Sucre au Venezuela, touchant plusieurs magasins chinois. Veuillez nous dire s'il y a eu des blessés ou morts parmi les ressortissants chinois et nous présenter les démarches faites par la partie chinoise. Comment voyez-vous la situation politique et économique actuelle au Venezuela ?

R : Selon les informations dont dispose l'Ambassade de Chine au Venezuela, aucun mort ou blessé n'a été signalé parmi les ressortissants chinois. L'Ambassade a déclenché le dispositif d'urgence et demandé aux autorités compétentes vénézuéliennes d'adopter des mesures effectives pour garantir la sécurité des ressortissants chinois et de leurs biens. L'Ambassade de Chine au Venezuela a communiqué des informations concernées et demandé aux ressortissants chinois de redoubler de vigilance.

Nous suivons de très près l'évolution de la situation au Venezuela. En tant que pays ami, la Chine espère que le gouvernement et le peuple vénézuéliens pourront bien gérer les questions concernées et que les droits et intérêts légitimes des ressortissants chinois pourront être bien préservés.

Attachant une grande importance au développement de nos relations avec le Venezuela, nous entendons continuer à maintenir les échanges et la coopération dans divers domaines avec la partie vénézuélienne dans le respect du principe de bénéfice réciproque et de gagnant-gagnant.

Q : Le 14 juin, la CIA américaine a déclassifié plus de 50 documents, et des détails choquants sur des pratiques de torture durant les interrogatoires par le gouvernement américain après les attentats du 11 septembre ont pour la première fois été révélés au grand jour. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous avons noté les informations concernées et nous sommes choqués par les détails révélés. Nous estimons que toutes les parties concernées doivent respecter scrupuleusement les conventions internationales pertinentes dont la Convention de Genève et assurer effectivement les droits fondamentaux des prisonniers. Les États-Unis qui se posent constamment en défenseur des droits de l'homme et se donnent la liberté de commenter à tort et à travers la situation des droits de l'homme des autres pays sont appelés à faire leur examen de conscience et à prendre des mesures effectives pour mettre fin à leurs pratiques de violation grave des droits de l'homme.

Q : Hier, un navire militaire chinois a fait « intrusion » dans les eaux territoriales du Japon. La Chine a déclaré que le détroit en question servait à la navigation maritime internationale, alors que le Japon l'a dénié. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

R : Je tiens, avant tout, à corriger votre formulation concernant une soi-disant « intrusion » du navire militaire chinois dans les eaux territoriales japonaises. Ceci ne correspond pas à la réalité. Je conseille à la partie japonaise et aux médias japonais, avant toute déclaration ou tout reportage, de bien étudier le droit international. En effet, conformément aux dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM) et à la pratique internationale concernée, dans un détroit servant à la navigation internationale, tous les navires jouissent du droit de passage en transit sans avoir à en informer au préalable les pays riverains. Le détroit de Tokara que vous évoquiez est justement un détroit servant à la navigation internationale. Autrement dit, le navire militaire chinois exerçait son droit de passage en transit dans un détroit servant à la navigation internationale prévu par la CNUDM lorsqu'il passait par le détroit de Tokara. J'aimerais aussi vous rappeler qu'il ne faut pas confondre le droit de passage en transit des navires dans les détroits servant à la navigation internationale avec le droit de passage inoffensif des navires dans la mer territoriale des autres.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer