Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 20 juin 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/06/20

Le Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Li Keqiang se rendra à Tianjin du 26 au 28 juin pour participer à la cérémonie d'ouverture du 10e Forum de Davos d'été et y prononcer un discours. En marge du forum, il rencontrera des dirigeants du Kirghizistan et d'autres pays, le Président du forum Klaus Schwab, ainsi que d'autres invités, et échangera avec des représentants du milieu d'affaires, du monde financier, des think tanks et des médias.

Ayant pour thème « La quatrième révolution industrielle : force de la transformation », ce forum réunira plus de 1700 hommes politiques, entrepreneurs, universitaires et représentants des médias venant de plus de 90 pays.

Sur l'invitation du Premier Ministre Li Keqiang, le Premier Ministre de la République de Corée Hwang Kyo-ahn effectuera une visite en Chine et assistera au 10e Forum de Davos d'été du 26 au 30 juin.

Q : à la demande du Viet Nam, la Chine a envoyé des bateaux de secours et des garde-côtes pour assister le Viet Nam dans l'opération de sauvetage des avions vietnamiens accidentés et autorisé aux navires vietnamiens d'entrer dans le côté chinois de la ligne de démarcation dans le Golfe Beibu. Veuillez nous donner plus d'informations sur l'état d'avancement de l'opération de sauvetage.

R : La Chine a immédiatement répondu à la demande du Viet Nam, en envoyant neuf navires du China's Maritime Search and Rescue Center, du Bureau des gardes-côtes de la Chine et de la marine chinoise dans le Golfe Beibu pour participer à l'opération de sauvetage. Vu les circonstances sur place, les efforts chinois ont été renforcés. Le 18 juin, l'armée chinoise y a dépêché quatre avions. Et huit bateaux de pêche ont rejoint les efforts de sauvetage. Jusqu'au 19 juin, 32 bateaux et six avions ont été mobilisés pour l'opération. Jusqu'à ce jour, rien n'a été trouvé.

Partant des relations amicales sino-vietnamiennes et par des considérations humanitaires, nous ne ménagerons aucun effort pour assister le Viet Nam dans l'opération de sauvetage des avions accidentés et des membres d'équipage.

Q : Les 16 et 17 juin, le Secrétaire indien aux Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar a effectué une visite en Chine et s'est entretenu avec le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi. Sa visite visait notamment à échanger avec la partie chinoise sur l'adhésion de l'Inde au Groupe des Fournisseurs nucléaires (GFN), sujet de divergence entre les deux parties. Veuillez nous donner plus d'informations sur leur rencontre. D'après ce qu'a dit hier la Ministre indienne des Affaires étrangères Sushma Swaraj à la presse, la Chine ne s'oppose pas à l'adhésion de l'Inde au GFN, mais espère que l'élargissement du GFN se fera dans le respect des critères, et l'Inde est confiante pour l'obtention du soutien de la Chine avant la Réunion plénière qui aura lieu le 23 juin en République de Corée. Par ailleurs, elle a indiqué que l'Inde ne s'oppose pas à l'adhésion du Pakistan au GFN. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La semaine dernière, le Secrétaire indien aux Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar a effectué une visite en Chine. Des responsables du Ministère chinois des Affaires étrangères se sont entretenus avec lui pour échanger sur les relations sino-indiennes et les questions d'intérêt commun. Le Ministre Wang Yi a eu une rencontre de courtoisie avec lui.

Lors de cette visite, la partie indienne a exprimé le souhait d'adhérer au GFN en invoquant le besoin de développer l'énergie nucléaire pour lutter contre le changement climatique. La partie chinoise a exprimé sa compréhension vis-à-vis du besoin indien de développer l'énergie nucléaire. Dans le même temps, elle a réitéré l'importance du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) qui est la pierre angulaire du régime international de non-prolifération nucléaire et souligné que les avis étaient toujours partagés au sein du GFN sur la question de l'adhésion des pays non-signataires du TNP. Par conséquent, nous appelons davantage de discussions au sein du Groupe en vue d'une décision par consensus.

Concernant votre deuxième question, je voudrais souligner que la question d'adhésion des pays non-signataires du TNP n'a jamais figuré sur l'ordre du jour d'aucune réunion du GFN, non plus sur celui de la prochaine réunion plénière à Séoul. Par conséquent, il est impossible de parler du soutien ou de l'opposition vis-à-vis de l'adhésion au GFN d'un pays non-signataires du TNP particulier.

Les différentes parties suivent de près la question de l'adhésion au GFN des pays non-signataires du TNP. Vu que les avis sont encore très partagés sur cette question au sein du GFN, les conditions ne sont pas réunies pour que l'adhésion d'un pays de ce type soit abordée lors de la réunion plénière. La Chine estime que le Groupe pourra, par une approche acceptable pour tous, avoir davantage de discussions sur cette question et prendre une décision par consensus. Cette position ne vise aucun pays particulier et est valable à tous les pays non-signataires du TNP.

Q : Aujourd'hui, le Kremlin a annoncé que le Président Vladimir Poutine effectuera, sur l'invitation du Président Xi Jinping, une visite d'État en Chine le 25 juin. Pouvez-vous nous le confirmer ?

R : Oui, sur l'invitation du Président Xi Jinping, le Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine effectuera une visite d'État en Chine le 25 juin.

Durant cette visite, le Président Xi Jinping s'entretiendra avec le Président Vladimir Poutine pour échanger de manière approfondie sur les relations bilatérales et les questions internationales et régionales d'intérêt commun, tracer les orientations du développement ultérieur du Partenariat global de coordination stratégique sino-russe et identifier les domaines de coopération prioritaires. Les deux Chefs d'État signeront plusieurs documents politiques importants et assisteront à la signature des documents de coopération pragmatique entre les départements compétents et les entreprises des deux pays. Le Premier Ministre Li Keqiang et le Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale Zhang Dejiang rencontreront respectivement le Président Vladimir Poutine.

Cette année marque le 15e anniversaire de la signature du Traité de bon voisinage, d'amitié et de coopération entre la Chine et la Russie. Les deux pays organiseront d'importantes célébrations. Nous espérons que cette visite en Chine du Président Vladimir Poutine pourra renforcer davantage la confiance mutuelle sur les plans politique et stratégique, promouvoir la coopération pragmatique dans tous les domaines et donner une nouvelle impulsion au développement du partenariat global de coordination stratégique sino-russe, et apporter une nouvelle contribution à la paix, à la sécurité et à la stabilité régionales et internationales.

Q : Le 19 juin, plus de 60 000 habitants de la préfecture d'Okinawa se sont rassemblés pour demander le retrait des bases militaires américaines. Le jour même, l'assemblée des habitants d'Okinawa a voté une résolution, demandant la relocalisation de la base aérienne de Futenma en dehors de la préfecture d'Okinawa. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La question de la base aérienne de Futenma est une affaire entre le Japon et les États-Unis. Concernant leur alliance, nous sommes toujours d'avis que cet arrangement, qui engage uniquement ces deux pays, ne doit ni dépasser le cadre bilatéral ni viser un pays tiers.

Il est à noter que les fréquents arrangements et actions militaires des États-Unis dans certains pays d'Asie-Pacifique ont suscité l'attention et l'opposition des populations de ces pays. Cela mérite notre réflexion : quelle manière d'être et quel rôle des États-Unis en Asie-Pacifique correspondent-ils vraiment aux intérêts des pays et des peuples de la région ? Nous espérons que les États-Unis pourront écouter davantage la volonté des pays et des populations de la région et agir en faveur de la paix et de la stabilité de la région.

Q : La semaine dernière, vous avez dit que le Détroit de Tokara est un détroit international. Selon le droit international, un détroit international doit répondre à deux conditions: les conditions géologiques et un trafic maritime assez important. Certains experts estiment que le Détroit de Tokara ne répond pas à la deuxième condition. Quels sont vos arguments pour dire que le Détroit de Tokara est un détroit international ?

R : Conformément à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM) et aux pratiques internationales concernées, dans les eaux des détroits internationaux, tous les navires jouissent du droit de passage en transit, sans avoir à prévenir les États riverains. Selon la CNUDM, ces détroits se situent entre une partie de la haute mer ou une zone économique exclusive et une autre partie de la haute mer ou une zone économique exclusive et servent à la navigation internationale.

Q : Première question, le Vice-Président indonésien a fait savoir que l'Indonésie allait affirmer les droits exclusifs sur les îles Natuna. Récemment, des affrontements ont opposé des navires de guerre indonésiens et des bateaux de pêche chinois dans les eaux concernées. Avez-vous noté la prise de position de la partie indonésienne ? Quels sont vos commentaires là-dessus ? Deuxième question, la police cambodgienne envisage de rapatrier, conformément au principe d' « une seule Chine », 27 Chinois de la partie continentale de Chine et de Taïwan suspects d'escroquerie par téléphone. Connaissez-vous les détails de l'affaire ? La partie taïwanaise a-t-elle demandé de rapatrier les suspects taïwanais ?

R : Nous avons déjà fait une déclaration le weekend dernier sur l'agression et les tirs par des navires de guerre indonésiens contre des bateaux de pêche et des pêcheurs chinois. Les incidents ont eu lieu dans une pêcherie traditionnelle des pêcheurs chinois où les revendications des droits et intérêts maritimes de la Chine et de l'Indonésie ont un chevauchement. Par l'abus de la force, les navires de guerre indonésiens ont agressé et tiré sur les bateaux de pêche chinois, porté atteinte à la sécurité de la vie et des biens des pêcheurs chinois, et violé gravement le droit international dont la CNUDM, ainsi que la Déclaration sur la conduite des parties en Mer de Chine méridionale. Nous exprimons nos vives protestation et condamnation à l'égard de ce genre d'abus de la force et exhortons l'Indonésie à ne plus prendre d'acte susceptible de compliquer, d'amplifier les différends ou de saboter la paix et la stabilité de la région, et à traiter de manière constructive les questions liées à la pêche en mer.

Il n'existe pas de différend territorial entre la Chine et l'Indonésie, mais des chevauchements de revendications sur les droits et intérêts maritimes dans certaines zones maritimes en Mer de Chine méridionale. Les deux parties disposent des canaux de communication normaux. Nous espérons que nous pourrons renforcer la communication avec une attitude amicale et constructive en vue de régler adéquatement les questions concernées.

Concernant votre deuxième question, nous saluons le Cambodge qui a traité les questions concernées dans le respect du principe d' « une seule Chine ». Quant à la gestion de cette affaire, je vous renvoie aux départements compétents pour plus de détails et des informations sur les contacts entre les deux rives du Détroit de Taïwan.

Q : Ce matin, Choe Son Hui, l'adjointe du Représentant de la RPDC pour les pourparlers à six est arrivée à Beijing pour participer à des activités où sera présent également le Représentant chinois pour les pourparlers à six Wu Dawei. Veuillez nous le confirmer. Est-ce que M. Wu Dawei rencontrera les représentants des autres pays des six parties en vue de la reprise des pourparlers à six ?

R : Les 22 et 23 juin, l'Institut des études internationales de Chine et l'Institut sur les conflits mondiaux et la coopération de l'Université de Californie coorganiseront à Beijing le 26e Dialogue sur la coopération en Asie du Nord-est. Y seront présents près de 90 officiels, dont le Représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires de la péninsule coréenne Wu Dawei, la Directrice générale adjointe des Affaires d'Amérique du Nord du Ministère des Affaires étrangères de la RPDC Choe Son Hui, le Directeur général des Affaires d'Asie et d'Océanie du Ministère japonais des Affaires étrangères Kanasugi Kenji, le Directeur général des Affaires du nucléaire coréen de l'Office de la sécurité et la paix de la péninsule coréenne du Ministère des Affaires étrangères de la République de Corée Kim Gunn, l'Ambassadeur itinérant du Ministère russe des Affaires étrangères Oleg V. Davydov et le Représentant spécial du Département d'État américain pour la RPDC Sung Kim, des chefs de mission diplomatique, ainsi que des intellectuels. Ils discuteront notamment de la situation sécuritaire actuelle en Asie du Nord-est, de la création d'une plate-forme régionale de dialogue sécuritaire multilatéral et des relations entre grands pays.

Je ne sais pas si des rencontres entre les parties sont prévues pour cette occasion. Nous espérons que cette réunion permettra des discussions utiles sur la coopération en Asie du Nord-est et contribuera intellectuellement à la préservation de la paix et de la stabilité dans la région.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer