Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 27 juin 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei
2016/06/27

Q : Le Président russe Vladimir Poutine a effectué une visite d'État en Chine. Quel est votre commentaire sur cette visite ? Pourriez-vous présenter les principaux acquis de cette visite ?

R : Sur l'invitation du Président Xi Jinping, le Président russe Vladimir Poutine a effectué une visite d'État en Chine le 25 juin.

Cette visite intervient dans le contexte du 15e anniversaire de la signature du Traité de bon voisinage, d'amitié et de coopération entre la République populaire de Chine et la Fédération de Russie et du 20e anniversaire de l'établissement du partenariat de coordination stratégique sino-russe.

Durant la visite, le Président Xi Jinping et le Président Vladimir Poutine ont tenu un entretien. Les deux Chefs d'État sont parvenus à de nombreux consensus importants sur l'approfondissement du partenariat de coordination stratégique globale sino-russe. Les deux parties ont convenu de maintenir les échanges étroits de haut niveau, de valoriser le rôle de planification globale et d'orientation importante de ces échanges et de veiller à la haute qualité des relations bilatérales. Elles ont convenu de se soutenir mutuellement sur les questions touchant aux intérêts vitaux de part et d'autre, de consolider et d'approfondir sans cesse la confiance politique et stratégique entre les deux pays. Elles ont convenu d'approfondir la coopération pragmatique et la convergence d'intérêts, de promouvoir de manière approfondie l'association des stratégies de développement des deux pays et de créer des synergies entre la construction de « Ceinture et Route » et la construction de l'Union économique eurasiatique, pour que le développement des relations sino-russes profite aux deux peuples et à tous les peuples de la région. Les deux parties ont convenu de renforcer la concertation et la coordination sur les grands dossiers d'actualité internationale et régionale.

Le Président Xi Jinping et le Président Vladimir Poutine ont signé et publié la Déclaration conjointe de la République populaire de Chine et de la Fédération de Russie et les déclarations conjointes sino-russes relatives au renforcement de la stabilité stratégique globale et à la promotion coordonnée du développement du réseau informatique et ont assisté à la signature de plus de 30 documents de coopération dans les domaines de l'économie, du commerce et autres. Les Ministres des Affaires étrangères des deux pays ont signé et publié une déclaration sur la promotion du droit international.

Les acquis de cette visite traduisent parfaitement l'intensité des liens et la grande convergence des positions des deux parties, et montrent la volonté forte des deux pays de poursuivre l'esprit de coordination stratégique globale et l'idée de la transmission de l'amitié sino-russe de génération en génération, d'accroître le soutien mutuel, de raffermir la confiance politique et stratégique mutuelle et d'œuvrer résolument à l'approfondissement du partenariat de coordination stratégique globale sino-russe.

Depuis de nombreuses années, la Chine et la Russie s'attachent à un nouveau modèle de relations entre grands pays caractérisé par le non-alignement, la non-confrontation et la non-direction contre aucun État tiers, et au partenariat de coordination stratégique globale basé sur l'égalité, la confiance mutuelle, le soutien réciproque, la prospérité partagée et l'amitié perpétuelle, apportant des bénéfices tangibles aux deux pays et aux deux peuples et établissant ainsi un modèle de relations entre grands pays, basé sur l'harmonie, le caractère constructif, l'égalité, la confiance, le bénéfice mutuel et le gagnant-gagnant. La Chine entend concrétiser de manière approfondie avec la Russie les consensus importants dégagés par les dirigeants des deux pays et travailler inlassablement avec la Russie pour faire perpétuer l'amitié sino-russe et créer un plus bel avenir des relations sino-russes.

Q : Durant la présente visite du Président Vladimir Poutine en Chine, les Ministres chinois et russe des Affaires étrangères ont signé et publié la Déclaration sino-russe sur la promotion du droit international. La publication conjointe par les deux pays d'une déclaration consacrée au droit international n'est pas une pratique courante. Quel est le contexte de la publication de cette déclaration ? Est-ce lié à l'introduction unilatérale de l'arbitrage par les Philippines concernant la Mer de Chine méridionale ?

R : Dans le contexte actuel marqué par l'évolution de l'ordre international et le changement du système de la gouvernance mondiale, la promotion de l'état de droit au niveau international et la recherche de l'égalité et de la justice représentent une tendance internationale. En tant que membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies, la Chine et la Russie ont des responsabilités communes en matière de préservation et de promotion du droit international. La publication par les deux pays de la Déclaration sur la promotion du droit international traduit l'engagement ferme des deux pays pour promouvoir le droit international, s'inscrit dans les initiatives des deux pays pour préserver, innover et développer le droit international et témoigne des préoccupations communes des deux pays dans les domaines y compris le règlement pacifique des différends. Elle est donc pertinente et importante et aura des impacts profonds.

Concernant le règlement pacifique des différends, la Déclaration souligne que « tous les moyens et mécanismes du règlement des différends sont basés sur le consentement et doivent être utilisés de bonne foi et dans un esprit de coopération » et que « leur but ne doit pas être compromis par des pratiques abusives ». S'agissant de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM), la Déclaration affirme que « l'intégrité du régime juridique établi par la CNUDM ne doit pas être compromise ». Tout cela aide à éclaircir le fond du problème et permettra à la communauté internationale de connaître la vraie nature de la farce montée par un certain pays en introduisant unilatéralement un arbitrage concernant la Mer de Chine méridionale.

Q : Selon des informations, la troisième réunion des Sherpas du Sommet 2016 du G20 s'est tenue récemment à Xiamen. Pourriez-vous présenter les informations concernées ? De quoi a-t-on discuté lors de cette réunion ?

R : Du 23 au 25 juin, la troisième réunion des Sherpas du Sommet 2016 du G20 a eu lieu à Xiamen.

Cette réunion est cruciale, d'autant que les préparatifs du Sommet de Hangzhou entrent dans la dernière ligne droite. Elle revêt une signification importante pour identifier les résultats à atteindre et assurer le succès du sommet. Lors de cette réunion, les participants ont été informés des arrangements concernant le programme-cadre du Sommet de Hangzhou et sont parvenus à des consensus de principe sur le cadre et les éléments essentiels du Communiqué des dirigeants. Ils ont eu des échanges de vues approfondis sur les résultats essentiels attendus du Sommet et identifié les acquis concernés. Les objectifs prévus pour cette réunion ont été atteints.

Concernant le sujet « des modes de croissance innovants », les différentes parties, attachées à accroître le potentiel de croissance mondiale à moyen et long terme et à explorer les nouvelles dynamiques, ont examiné et approuvé en principe le plan du G20 pour une croissance innovante, le plan d'action sur l'innovation, le plan d'action sur la nouvelle révolution industrielle et l'initiative de développement et de coopération sur l'économie numérique.

Concernant le sujet « une gouvernance économique et financière mondiale plus efficace », les différentes parties ont examiné et approuvé les principes de haut niveau du G20 sur la lutte contre la corruption, la poursuite des fugitifs et le recouvrement des biens mal acquis. Elles ont convenu de mettre en place en Chine un centre de recherche en matière de lutte anti-corruption, de poursuite des fugitifs et de recouvrement des biens mal acquis. Elles ont examiné et approuvé en principe le plan d'action 2017-2018 contre la corruption, le plan d'action sur la création d'entreprises, le plan d'action sur l'accessibilité de l'énergie, le plan d'action sur les énergies renouvelables, le programme guide sur l'efficacité énergétique.

Concernant le sujet « un commerce et un investissement internationaux robustes », les différentes parties se sont prononcées pour le renforcement du mécanisme du commerce et de l'investissement du G20, ont examiné et approuvé la mission du groupe de travail sur le commerce et l'investissement, ont eu des échanges de vues approfondis sur la stratégie de croissance du commerce international et les principes directeurs de l'investissement mondial du G20, et ont convenu de revaloriser le rôle du moteur économique du commerce et de l'investissement.

Concernant le sujet « un développement inclusif et coordonné », les différentes parties ont souligné l'importance de la question du développement et porté leur attention sur les besoins des pays en développement. Elles ont adopté en principe le plan d'action du G20 sur la mise en œuvre du programme de développement durable à l'horizon 2030 et l'initiative de soutien à l'industrialisation de l'Afrique et des pays les moins avancés.

Des questions concernant le changement climatique, la santé publique, les réfugiés et le financement de la lutte antiterroriste ont aussi été abordées durant la réunion.

Q : À l'issue de nouvelles élections en Espagne dimanche dernier, le Parti populaire est sorti vainqueur, mais sans avoir obtenu la majorité absolue. Quel est votre commentaire sur ce sujet ?

R : Nous avons noté les informations relatives aux élections législatives en Espagne. Ces dernières années, les relations sino-espagnoles affichent une bonne dynamique de développement. Accordant toujours une grande importance aux relations sino-espagnoles, nous sommes prêts à travailler ensemble avec l'Espagne pour approfondir sans cesse la confiance politique mutuelle, renforcer la coopération pragmatique et promouvoir un développement sain et régulier du partenariat stratégique global sino-espagnol.

Q : Nous avons noté que le Sommet de Tachkent de l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) a publié le 24 juin la Déclaration de Tachkent dédiée au 15e anniversaire de l'OCS, qui affirme le soutien à la position de la Chine sur la question de la Mer de Chine méridionale. Dans le même temps, l'Afrique du Sud, en tant que grand pays de la région et un membre des BRICS, a aussi exprimé publiquement son soutien à la position chinoise. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Comme l'a affirmé La Déclaration de Tachkent publiée à l'issue du Sommet de Tachkent de l'OCS, il faut préserver l'ordre juridique maritime sur la base du droit international, y compris la CNUDM. Tous les différends concernés doivent être réglés pacifiquement par les parties directement concernées par voie de négociations et consultations amicales. L'internationalisation des différends et l'ingérence des forces extérieures sont à rejeter. Pour ce faire, les pays membres de l'OCS appellent à respecter scrupuleusement toutes les dispositions de la CNUDM, de la Déclaration sur la conduite des parties en Mer de Chine méridionale (DOC) et des lignes directrices pour la mise en œuvre de la DOC. La Déclaration de Tachkent de l'OCS reflète les préoccupations et les positions communes de l'OCS et de ses six États membres sur la question de la Mer de Chine méridionale.

Le Ministère sud-africain des Relations internationales et de la Coopération a publié une déclaration le 22 juin, affirmant que l'Afrique du Sud soutient le règlement des différends concernés en Mer de Chine méridionale par les parties directement concernées, sur la base du respect des faits historiques et du droit international et par voie de négociations et consultations directes, en vue de préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale.

C'est une nouvelle preuve forte qui montre que les pays sont nombreux à avoir une position objective et à défendre l'état de droit au niveau international et qu'ils représentent la voix dominante de la communauté internationale. Nous espérons que les parties concernées écouteront davantage les voix objectives, justes et rationnelles dans le monde et se garderont de s'écarter de la bonne voie sur la question de la Mer de Chine méridionale.

Q : Selon des informations, d'après le porte-parole du Ministère indien des Affaires étrangères, l'Inde est persuadée que seul un pays a empêché son adhésion au Groupe des fournisseurs nucléaires (GFN) lors de la Réunion plénière du GFN, que certains pays ont soulevé des questions de procédure concernant l'adhésion de l'Inde alors que seul un pays s'y est opposé. Comment y réagissez-vous ?

R : À notre connaissance, durant la Réunion plénière du GFN à Séoul, de nombreux pays se sont exprimés sur l'adhésion des États non parties au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et ont estimé nécessaire de se concerter pour dégager un consensus à ce sujet et de discuter sur cette base de la demande d'adhésion d'un pays particulier. Voilà quelques informations dont nous disposons sur cette réunion.

Depuis un certain temps, y compris lors de la dernière Réunion plénière du GFN à Séoul, la Chine travaille activement à amener le GFN à engager d'amples discussions au sujet de l'adhésion des États non parties au TNP afin de parvenir à un consensus et de prendre des décisions concertées.

Q : Selon des informations, le GFN a nommé l'ambassadeur argentin le nouveau facilitateur ayant pour fonction d'assister les discussions concernant l'admission de nouveaux membres. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Concernant la question de l'adhésion des États non parties au TNP, la Réunion plénière du GFN qui vient de se clôturer a publié un communiqué de presse, indiquant que « la Réunion a discuté des questions techniques, juridiques et politiques liées à l'adhésion des États non parties au TNP et a convenu de poursuivre les discussions concernées ». À part cela, nous n'avons entendu parler d'aucune autre démarche de suivi.

Q : Des journalistes chinois et russes sont allés dans des villes frontalières le 25 juin pour réaliser des reportages conjoints. Quel est votre commentaire en la matière ?

R : Les médias chinois et russes jouent un rôle important dans le renforcement des relations sino-russes et de l'amitié entre les deux peuples. Le présent projet de réalisation conjointe des reportages aura des impacts importants et vastes sur l'accroissement de la connaissance mutuelle des deux parties, la favorisation des échanges dans les régions frontalières des deux pays, le renforcement de la coopération pragmatique dans tous les domaines et l'approfondissement de l'amitié entre les deux peuples. Nous souhaitons que cette réalisation soit couronnée de succès et qu'elle donne de nouvelles impulsions importantes à l'amitié sino-russe et au développement des relations sino-russes.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer