Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang sur la déclaration faite par le porte-parole du Département d'État américain au sujet de la sentence rendue dans l'arbitrage concernant la Mer de Chine méridionale initié par les Philippines
2016/07/12

Q : Dans une déclaration publiée le 12 juillet, le porte-parole du Département d’État américain a affirmé que la soi-disant sentence rendue par le tribunal arbitral constitué à la demande des Philippines dans l’arbitrage concernant la Mer de Chine méridionale avait force obligatoire pour la partie chinoise comme pour la partie philippine et souhaité que les deux parties rempliraient leurs devoirs conséquents et reprendraient à partir de là les efforts visant à régler pacifiquement leur différend. Quel est votre commentaire à ce propos ?

R : Nous exprimons notre vif mécontentement et notre ferme opposition à la déclaration concernée faite par la partie américaine et nous avons déjà fait une démarche solennelle auprès de la partie américaine.

Le Ministère chinois des Affaires étrangères a publié aujourd’hui une déclaration présentant intégralement la position solennelle du gouvernement chinois sur l’arbitrage introduit unilatéralement par les Philippines concernant la Mer de Chine méridionale et la soi-disant sentence rendue. Je voudrais souligner de nouveau que l’introduction unilatérale de l’arbitrage par l’administration Aquino III des Philippines est une violation du droit international et une farce politique sous couvert de la légalité. L’action et la sentence du tribunal arbitral s’écartent sérieusement de la pratique générale de l’arbitrage international, et la sentence rendue est nulle et non avenue et n’a pas force obligatoire. La souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes de la Chine en Mer de Chine méridionale ne sont en aucun cas affectés par la sentence. La Chine s’oppose à toutes les revendications et actions basées sur cette sentence et ne les accepte pas. La partie chinoise continuera à défendre fermement sa souveraineté territoriale et ses droits et intérêts maritimes et à préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale, et elle reste engagée pour rechercher un règlement pacifique des différends concernés en Mer de Chine méridionale par voie de négociations et de consultations avec les pays directement concernés dans le respect des faits historiques et conformément au droit international.

La soi-disant déclaration de la partie américaine est un déni de la réalité et un soutien explicite à une sentence d’arbitrage illégale et nulle et non avenue, ce qui est contraire à l’esprit de l’état de droit, va à l’encontre du droit international et des principes fondamentaux régissant les relations internationales, viole l’engagement pris par la partie américaine elle-même de ne pas prendre parti sur les litiges territoriaux, et crée de graves obstacles à la gestion adéquate de la situation en mer et au règlement pacifique du différend par les parties. Les États-Unis, adeptes d’une approche sélective, n’appliquent le droit international que lorsque cela leur convient. Ils ne cessent d’exiger des autres le respect de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer alors qu’ils n’ont toujours pas ratifié cette Convention. En quel droit se permettent-ils de livrer des commentaires arbitraires sur la question de la Mer de Chine méridionale ? Nous appelons la partie américaine à réfléchir sur ses propres propos et actes, à cesser de soutenir cet arbitrage illégal et d’exploiter la question de la Mer de Chine méridionale, à mettre fin à tous ses propos et actes portant atteinte à la souveraineté et aux intérêts sécuritaires de la Chine et aggravant les tensions dans la région.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer