Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 17 janvier 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2020/01/17

A l'invitation de la partie allemande, Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du PCC et Directeur du Bureau de la Commission des Affaires étrangères du Comité central du PCC, assistera à la Conférence de Berlin sur la Libye le 19 janvier en tant que Représentant spécial du Président Xi Jinping.

Comme convenu par les deux parties, la première réunion du Comité directeur conjoint intergouvernemental Chine-Brunei se tiendra à Beijing le 21 janvier. Le Conseiller d'Eat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et le Vice-Ministre des Affaires étrangères et du Commerce de Brunei Dato Paduka Haji Erywan bin Pehin Yusof co-présideront la réunion.

Q : La Douma d'Etat russe a approuvé la nomination de Mikhail Mishustin en tant que Premier ministre le 16 janvier. Le Président Poutine a ensuite officiellement nommé Mishustin au poste de Premier ministre. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : La Chine se félicite de la nomination de M. Mishustin au poste de Premier ministre du gouvernement de la Fédération de Russie. Nous pensons que, sous la direction du nouveau gouvernement russe dirigé par le Premier ministre Mishustin, la Russie enregistrera de nouveaux succès dans son processus de développement et de renouveau. La Chine est prête à étendre sa coopération avec la Russie dans le cadre du mécanisme de rencontres régulières entre le Premier ministre chinois et le Premier ministre russe, en vue de nouveaux résultats dans les relations bilatérales et la coopération dans tous les domaines.

Q : Taïwan a annoncé qu'un navire de guerre américain avait traversé le détroit de Taïwan jeudi. Avez-vous des commentaires à faire ce sujet ?

R : La Chine a suivi de près et surveillé du début à la fin le passage du navire militaire américain dans le détroit de Taïwan. La question de Taïwan est la question la plus importante et la plus sensible dans les relations sino-américaines, car elle concerne la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine. Nous exhortons les Etats-Unis à respecter le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, à gérer avec prudence les questions relatives à Taïwan afin d'éviter de nuire aux relations sino-américaines et d'affecter la paix et la stabilité à travers le détroit de Taïwan.

Q : L'Ambassadeur de l'UE en Chine a déclaré aujourd'hui aux journalistes que l'UE demandait à l'OMC d'examiner si l'accord commercial sino-américain provoquait des distorsions de marché nuisibles aux entreprises européennes. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Comme je l'ai dit hier, la conclusion de l'accord commercial de phase I entre la Chine et les Etats-Unis est bonne pour la Chine, les Etats-Unis et le monde entier. C'est un accord qui permet de stabiliser les anticipations et de favoriser la stabilité et qui est dans les intérêts des producteurs, des consommateurs et des investisseurs du monde entier.

Je voudrais également souligner que cet accord est conforme aux règles de l'OMC et aux principes du marché.

Q : L'Inde a déclaré que la question du Cachemire n'avait pas reçu beaucoup de soutien des membres du Conseil de sécurité des Nations unies après que la Chine eut soulevé la question. L'Inde a également déclaré que la Chine devrait revoir sa position sur la question du Cachemire. En fait, de nombreux membres du Conseil de sécurité ont déclaré que le Conseil de sécurité n'est pas le bon endroit pour aborder cette question. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : La position de la Chine sur la question du Cachemire est cohérente et claire. Il s'agit d'un différend légué par l'histoire qui devrait être réglé correctement et pacifiquement conformément à la Charte des Nations unies, aux résolutions concernées du Conseil de sécurité et aux accords bilatéraux.

A la demande du Pakistan, le Conseil de sécurité des Nations unies a examiné le 15 janvier la question du Cachemire et a entendu un exposé du Secrétariat de l'ONU et d'autres parties. Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leurs préoccupations au sujet de la situation actuelle au Cachemire, appelant au respect de la Charte des Nations unies et du droit international, et au règlement pacifique des différends par le dialogue politique. Ils appellent également les parties concernées à faire preuve de retenue et à promouvoir l'apaisement des tensions.

Je tiens à souligner que la question de l'Inde et du Pakistan est toujours inscrite à l'ordre du jour du Conseil de sécurité des Nations unies et que le Conseil de sécurité devra continuer de prêter attention au Cachemire à la lumière des nouveaux développements de la situation. L'examen au Conseil de sécurité contribuera à atténuer la situation dans la région et à résoudre correctement le problème. En tant que membre permanent du Conseil de sécurité, la Chine continuera de jouer un rôle constructif dans le maintien de la paix et de la stabilité régionales. L'Inde devrait examiner sérieusement et répondre positivement à la demande des membres du Conseil de sécurité.

Q : L'Ambassadeur de Russie en Inde a déclaré aujourd'hui que la Russie n'avait jamais été favorable à l'idée d'amener la question du Cachemire à l'ONU, et que la question concernée devrait être résolue par des voies bilatérales. Quelle est votre réaction à cela ?

R : Le 15 janvier, le Conseil de sécurité a examiné la question du Cachemire, au cours de laquelle la majorité des membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont exprimé leurs préoccupations au sujet de la situation actuelle au Cachemire. Ils appellent les parties concernées à faire preuve de retenue et à promouvoir l'apaisement des tensions dès que possible. Ils ont également évoqué la nécessité de régler les différends par des moyens politiques tels que le dialogue. C'est ce que je sais de l'examen du Conseil de sécurité. Je pense que la position de la Russie a été pleinement reflétée dans la discussion en tant que membre important du Conseil de sécurité.

Journaliste : L'Ambassadeur de Russie a fait cette déclaration aujourd'hui à New Delhi.

R : Ce dont j'ai parlé, c'est de la discussion qui a eu lieu à New York.

Q : Vous avez dit que les membres du Conseil de sécurité avaient exprimé leurs préoccupations au sujet de la situation actuelle au Cachemire. Mais j'ai noté que seule la Chine avait fait de telles remarques. Il n'y a eu aucune déclaration du Conseil de sécurité ; les autres membres du Conseil de sécurité gardent le silence à ce sujet. L'idée que d'autres membres du Conseil de sécurité aient exprimé leurs préoccupations au sujet de la situation actuelle au Cachemire n'est-elle pas plutôt celle de la partie chinoise ? Y a-t-il eu une résolution ou une déclaration officielle au cours de l'examen ?

R : Effectivement, le Conseil de sécurité n'a fait aucune déclaration après avoir examiné la question du Cachemire le 15 janvier. Mais comme je viens de le dire, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité, la Chine a pris part à l'examen de manière constructive. Vous pouvez vérifier cela auprès d'autres membres du Conseil de sécurité si vous pensez que ce que la partie chinoise a dit n'est pas conforme aux faits.

Journaliste : Je ne remets pas en question la déclaration de la Chine. Etant donné qu'il n'y a pas de déclaration de la part du Conseil de sécurité, je voulais simplement demander des éclaircissements afin de savoir si ce que vous avez dit représente le point de vue de la Chine. Le Représentant permanent de la Chine auprès des Nations unies a déclaré à l'issue de la réunion que des préoccupations avaient été exprimées, mais aucun autre membre n'a dit la même chose.

R : Pourriez-vous me dire quels membres du Conseil de sécurité ont dit quelque chose de différent ? Qui a dit qu'ils n'étaient pas préoccupés par la situation ?

Journaliste : Aucun des membres autres que la Chine n'a dit quelque chose comme ça.

R : Ils n'ont tout simplement pas dit cela en public. J'ai déjà communiqué l'examen du Conseil de sécurité. Si vous n'y croyez pas, vous pouvez vérifier cela avec quelqu'un d'autre.

Journaliste : L'Inde a déclaré qu'aucun des membres du Conseil de sécurité ne soutenait la position de la Chine et que de nombreux membres avaient déclaré que la question du Cachemire ne devait pas être abordée au Conseil de sécurité.

R : Nous connaissons la position de l'Inde, mais je viens de présenter la position de la Chine. En fait, la Chine et l'Inde restent en contact sur cette question.

Journaliste : La partie indienne accorde de l'importance à ses relations avec la Chine et les dirigeants des deux pays travaillent à la promotion du développement des relations bilatérales. Il s'agit d'une opinion qui prévaut en Inde. Mais la Chine a soulevé la question du Cachemire à plusieurs reprises au Conseil de sécurité. Cela a suscité des répercussions négatives en Inde.

R : La Chine a participé de manière constructive à la discussion sur la question du Cachemire au Conseil de sécurité des Nations unies. Son objectif et sa considération sont d'appeler à la retenue et de désamorcer la situation dès que possible pour maintenir conjointement la paix et la stabilité régionales. Ceci est entièrement une démonstration de bonne volonté. Si elle voit cela sous une perspective différente, je crains que la partie indienne ne surinterprète.

Q : Vous avez dit plus tôt que la question du Cachemire était une question léguée par l'histoire qui devrait être résolue par l'Inde et le Pakistan. Alors pourquoi la Chine change-t-elle maintenant de position ? Pourquoi soulève-t-elle cette question lors d'une occasion internationale ?

R : Je viens de dire très clairement que la position de la Chine sur la question du Cachemire est cohérente et claire. Elle reste inchangée.

La question de l'Inde et du Pakistan est toujours inscrite à l'ordre du jour du Conseil de sécurité. Il est tout à fait naturel que le Conseil de sécurité prête de l'attention au Cachemire à la lumière des nouveaux développements de la situation. Une mission d'observation militaire des Nations unies est encore au Cachemire.

Q : L'Inde impose un couvre-feu dans la région contestée du Cachemire depuis cinq mois. L'Inde y a également déployé plus de 700 000 soldats. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?

R : La position de la Chine sur la question du Cachemire est cohérente et claire. Il s'agit d'un différend légué par l'histoire qui devrait être réglé correctement et pacifiquement conformément à la Charte des Nations unies, aux résolutions concernées du Conseil de sécurité et aux accords bilatéraux.

La Chine appelle toujours l'Inde et le Pakistan à faire preuve de retenue, à intensifier le dialogue et à renforcer la confiance mutuelle pour désamorcer la situation dès que possible. En même temps, en tant que grand pays responsable, la Chine est en communication étroite avec l'Inde et le Pakistan et se tient prête à jouer un rôle constructif.

Q : Malgré toutes ces questions, la partie indienne invite toujours le Premier ministre pakistanais à participer au Sommet de l'OCS qui se tiendrait prochainement à Delhi. Quel est votre commentaire à ce propos ?

R : Je pensais que vous alliez encore poser des questions sur le Cachemire. (Le journaliste a ri.)

L'Inde et le Pakistan sont tous deux membres de l'OCS. Nous espérons que les deux parties pourront mener une communication, une coordination et une coopération étroites dans le cadre de l'OCS pour contribuer au développement sain de l'OCS et jouer un rôle accru dans les affaires régionales.

L'Inde et le Pakistan sont deux grands pays d'Asie du Sud. Nous les encourageons à renforcer la communication, à résoudre leurs différends par le dialogue et les consultations, et à améliorer et développer constamment les relations bilatérales.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer