Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 21 avril 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2020/04/21

The Paper : Wuhan et Los Angeles viennent de tenir une visioconférence ce matin pour discuter de la réouverture des villes et de la reprise du travail et de la production. Pourriez-vous donner plus de détails ?

Geng Shuang : Ce matin, Wuhan et Los Angeles ont organisé une visioconférence pour discuter de la réouverture de la ville et de la reprise du travail et de la production à condition de prévenir et de contrôler efficacement l'épidémie de COVID-19. Les principaux responsables des gouvernements municipaux et d'autres domaines des deux villes ont procédé à des discussions approfondies et à des échanges utiles. La réunion a duré près de deux heures et a donné de bons résultats. Dans le même temps, les présidents de l'Université de Wuhan et de l'Université d'Etat de l'Ohio ont également tenu une visioconférence pour discuter de la gestion du campus pendant la pandémie.

Grâce aux efforts ardus, Wuhan, une ville héroïque, sort de l'ombre de l'épidémie. La ville a récemment levé les mesures de contrôle des départs de Wuhan et du Hubei. Le risque épidémique y est faible, la production et la vie reprennent progressivement leur cours.

Depuis un certain temps, à la demande des villes et des institutions américaines, des collectivités locales chinoises, y compris Wuhan, et des établissements médicaux chinois ont partagé les expériences en matière de prévention et de contrôle de l'épidémie et les solutions de traitement du COVID-19 par visioconférence et d'autres canaux avec la partie américaine. Ils ont fait don de fournitures médicales à des Etats, des villes, des institutions et des entreprises des Etats-Unis et ont fourni des facilités à la partie américaine pour ses achats en Chine de matériels de prévention de l'épidémie. Nous souhaitons continuer à partager toutes nos informations et expériences avec la partie américaine, et à lui fournir un soutien dans la mesure de nos capacités, afin d'aider le peuple américain à vaincre le virus et à reprendre une vie normale dès que possible. Ce sera également la contribution de la Chine à la lutte mondiale contre le COVID-19 et à une reprise économique mondiale au plus tôt.

CNN : Les Etats-Unis surveilleraient des renseignements sur les conditions de santé postopératoires du leader de la RPDC Kim Jong Un. La partie chinoise a-t-elle plus d'informations à ce sujet ? Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : J'ai lu certains reportages à ce sujet, mais je ne suis pas sûr de leur source. Ce que vous avez mentionné pourrait-il être leur source ?

La Chine et la RPDC sont des voisins et amis liés par des montagnes et des rivières. Nous sommes prêts à travailler avec la RPDC pour faire avancer constamment les relations bilatérales.

China Daily : Le 30 mars, la Mission permanente du Vietnam auprès des Nations unies a envoyé une note diplomatique à l'ONU, réaffirmant la souveraineté du Vietnam sur les îles Xisha et Nansha. Nous avons appris que le 17 avril, la Mission permanente de la Chine auprès des Nations unies avait envoyé une note diplomatique au Secrétaire général de l'ONU exprimant son objection à la position du Vietnam. Pourriez-vous confirmer cela ? Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Geng Shuang : Depuis la fin du mois de mars de cette année, la Mission permanente du Vietnam auprès des Nations unies a envoyé plusieurs notes diplomatiques au Secrétaire général de l'ONU, affirmant sa revendication illégale sur la mer de Chine méridionale et tentant de nier la souveraineté, les droits et les intérêts de la Chine sur ces eaux. La Chine s'y oppose fermement et a déposé des représentations solennelles auprès de la partie vietnamienne. Le 17 avril, la Mission permanente de la Chine auprès des Nations unies a été chargée d'envoyer une note diplomatique au Secrétaire général de l'ONU, réitérant la position solennelle de la Chine et exprimant son objection à la réclamation illégale et à l'opinion erronée du Vietnam.

Les îles Xisha et Nansha font partie intégrante du territoire chinois. La Chine a les droits souverains et la juridiction sur les eaux concernées de la mer de Chine méridionale conformément au droit international applicable, y compris la Convention des Nations unies sur le droit de la mer. La Chine dispose également des droits historiques sur la mer de Chine méridionale.

Je tiens à souligner ceci : les tentatives de tout pays de nier, par quelque moyen que ce soit, la souveraineté, les droits et les intérêts de la Chine en mer de Chine méridionale, et de renforcer sa propre revendication illégale sont vaines et ne sauraient jamais aboutir. Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour sauvegarder résolument notre souveraineté, nos droits et intérêts en mer de Chine méridionale.

Agence de presse Xinhua : L'équipe d'experts envoyée par le gouvernement chinois aux Philippines est revenue en Chine le 19 avril. Pourriez-vous nous donner plus de détails sur leur travail là-bas ? Quels autres soutien et aide la Chine a-t-elle fournis aux Philippines ?

Geng Shuang : L'équipe médicale envoyée par le gouvernement chinois était organisée par la Commission nationale de la Santé et était composée d'experts sélectionnés par la Commission provinciale de la Santé du Fujian. Au cours des deux dernières semaines, ils ont aidé les Philippines à combattre le COVID-19, visité de multiples établissements médicaux et organisé des dizaines de séminaires et conférences pour partager leur savoir-faire et leur expérience. Leur travail a démontré l'amitié et l'entraide entre la Chine et les Philippines. Le gouvernement et le peuple philippins ont salué les experts médicaux comme des « messagers de la Chine » et des « héros contre le virus ».

Les Philippines et la Chine sont des voisins proches et amis. Face au COVID-19, la Chine a fait don par divers canaux de lots de fournitures médicales dont les Philippines avaient un besoin urgent, et a fait des efforts pour faciliter les achats des Philippines en Chine et leur livraison en temps voulu. Le président philippin, le secrétaire à la Santé, le secrétaire aux Affaires étrangères et d'autres hauts fonctionnaires ont exprimé leur appréciation et leur gratitude à la Chine à plusieurs reprises, déclarant que la Chine aide les Philippines à construire une ligne de défense contre le virus.

La Chine suit de près la situation épidémique dans les pays de l'ASEAN et a dépêché cinq équipes médicales pour soutenir leur réponse au COVID-19. Les équipes envoyées au Cambodge, au Laos et aux Philippines ont achevé leur mission et les équipes envoyées au Myanmar et en Malaisie effectuent un travail intensif sur le terrain.

La réunion spéciale des dirigeants de l'ASEAN plus la Chine, le Japon et la République de Corée sur le COVID-19, qui s'est tenue la semaine dernière, a donné un nouvel élan à la coopération régionale dans la lutte contre le virus. A la lumière du concept de communauté de destin pour l'humanité, nous mettrons en œuvre les résultats de ce sommet spécial et continuerons de faire de notre mieux pour partager l'expérience, fournir un soutien matériel et technique, améliorer conjointement les capacités à lutter contre le COVID-19 et protéger la vie et la santé de toutes les populations de la région.

Reuters : Selon un reportage du Wall Street Journal, la Chine est en communication avec plusieurs pays pour discuter de l'assouplissement des contrôles aux frontières et de la mise en place de voies rapides pour les voyageurs. Pourriez-vous confirmer cela ? Si oui, pourriez-vous donner plus de détails ?

Geng Shuang : La Chine discute avec les pays concernés de la mise en place de voies rapides pour les voyages essentiels urgents, y compris à des fins commerciales et techniques. L'objectif est de stabiliser la coopération économique et commerciale importante entre la Chine et les pays concernés, tout en garantissant la prévention et le contrôle de l'épidémie, afin d'assurer le fonctionnement sûr et sans heurt des chaînes industrielles et d'approvisionnement internationales.

Le Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères Le Yucheng et le premier Vice-Ministre des Affaires étrangères de la République de Corée, Cho Sei Young, sont parvenus à un accord de principe sur la mise en place d'une voie rapide entre les deux pays lors d'une récente visioconférence. Les fonctionnaires des deux parties sont en consultation pour élaborer un plan détaillé de mise en œuvre. Lors de la réunion conjointe virtuelle Chine-Singapour sur le COVID-19 coprésidée par le Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères Luo Zhaohui et le Secrétaire permanent du Ministère des Affaires étrangères de Singapour Chee Wee Kiong, les deux parties ont également convenu d'explorer des moyens de faciliter les voyages nécessaires tout en garantissant la sécurité sanitaire publique.

CNR : Le Premier ministre japonais Shinzo Abe et plusieurs membres de son cabinet ont envoyé des offrandes au sanctuaire de Yasukuni où sont honorés les criminels de guerre de classe A condamnés de la Seconde Guerre mondiale. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Geng Shuang : La position de la Chine sur la question du sanctuaire de Yasukuni est claire et cohérente. Les mesures négatives que vous avez mentionnées reflètent une attitude erronée de la partie japonaise envers son passé d'agression. Nous exhortons la partie japonaise à honorer les promesses et les engagements qu'elle a pris et à gagner la confiance de ses voisins asiatiques et de la communauté internationale par des actions concrètes.

AFP : Ma première question concerne la Chancelière allemande Angela Merkel, qui a exhorté la Chine à être aussi transparente que possible sur l'épidémie de coronavirus. Elle a déclaré que plus la Chine sera transparente sur l'origine du virus, mieux ce sera pour tout le monde afin d'en tirer des leçons. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ? La Chine a-t-elle fait de nouveaux progrès dans l'étude de l'origine du virus ? Ma deuxième question concerne les Etats-Unis, qui appellent à la levée des restrictions à la circulation de l'avocat Wang Quanzhang et demandent la libération d'autres défenseurs des droits qui sont détenus. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : Sur votre première question, la Chine a toujours fait avancer la coopération internationale dans la lutte contre la pandémie avec une attitude ouverte, transparente et responsable. Depuis le déclenchement de l'épidémie de COVID-19, la Chine et l'Allemagne ont maintenu des communications et des échanges étroits pour partager les expériences en matière de lutte contre l'épidémie, et mené une coopération fructueuse.

En ce qui concerne l'origine du virus, nous avons déclaré à plusieurs reprises que c'était une question de science qui devrait faire l'objet de recherches par des scientifiques et des professionnels.

Concernant votre deuxième question, la Chine est un Etat de droit. Les organes judiciaires chinois traitent les affaires conformément à la loi. Nous nous opposons fermement à toute ingérence de tout pays ou organisation, sous quelque prétexte que ce soit, dans nos affaires intérieures et dans notre souveraineté judiciaire.

Beijing Youth Daily : Une dernière étude a montré que les barrages hydroélectriques chinois sur le cours supérieur du Mékong ont exacerbé la sécheresse dans les pays en aval. Le 15 avril, la Commission du fleuve Mékong (MRC) a déclaré que l'étude ne prouvait pas que la rétention d'eau était à l'origine de la sécheresse. La MRC a tenté d'obtenir des données sur la saison sèche en Chine, mais aucun accord n'a encore été conclu. Pourriez-vous le confirmer ? Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : Je pense que l'étude que vous avez mentionnée vient d'un reportage publié dans le « New York Times » le 13 avril. Ce reportage dénudé de tout fondement ne correspond pas aux faits.

Depuis un certain temps, le Secrétariat de la MRC effectue une évaluation scientifique de cette sécheresse dans ses rapports hebdomadaires des données hydrologiques du Mékong. Depuis mai 2019, la plupart des zones du bassin du fleuve Lancang-Mékong ont connu une sécheresse et un manque de précipitations soutenus, les principales stations hydrologiques enregistrant une baisse de 20 à 50% de précipitations mensuelles moyennes de juin à octobre par rapport aux années normales. Les précipitations réduites, les anomalies de la mousson et le phénomène extrême El Niño sont la principale cause de cette sécheresse. Le débit d'écoulement du Lancang ne représente que 13,5% du total du fleuve Lancang-Mékong. Les débits sortants du Lancang ont un impact très limité sur le volume global du Mékong, car le débit d'écoulement dans les cours inférieurs dépend principalement des précipitations et des contributions des affluents. Il n'y a donc aucune raison d'attribuer à la Chine la sécheresse dans les pays en aval.

La province chinoise du Yunnan souffre également d'une grave sécheresse depuis l'année dernière. Malgré tout, la Chine a fait de son mieux pour garantir un débit d'eau constant du fleuve Lancang. Lors de la cinquième réunion des Ministres des Affaires étrangères de la Coopération Lancang-Mékong (LMC) en février dernier, le Conseiller d'Etat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a annoncé que la Chine envisagerait positivement le partage de données hydrologiques sur toute l'année avec les pays riverains du fleuve Mékong, et renforcerait davantage la coopération dans le cadre de la LMC pour garantir l'utilisation raisonnable et durable des ressources en eau. Les mesures de la Chine démontrent pleinement son sens des responsabilités en tant que pays en amont.

Le bassin du fleuve Lancang-Mékong abritant six pays riverains, la coopération en matière de ressources en eau devrait naturellement être dirigée par ces pays. Il existe des mécanismes de communication matures entre les pays du fleuve Lancang-Mékong, au sein desquels les parties traitent les questions concernées avec sincérité, compréhension mutuelle, accommodation mutuelle et consultation conjointe. La Chine intensifiera le partage d'informations et la coopération dans le domaine des ressources en eau avec les pays riverains du Mékong afin de relever les défis posés par le changement climatique, les inondations et d'autres catastrophes naturelles.

TASS : Ma question concerne le sommet des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies. La Chine a-t-elle des informations sur la date et la manière dont ce sommet aura lieu ? Peut-il se tenir sous forme de visioconférence ?

Geng Shuang : Alors que le COVID-19 continue de se propager à travers le monde, la Chine a une attitude positive envers toute proposition propice au renforcement de la solidarité et de la coopération internationales dans cette lutte commune.

En ce qui concerne la tenue d'une réunion, y compris par liaison vidéo, des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, la Chine est prête à rester en communication avec les autres membres permanents.

Shenzhen TV : Le G77 et la Chine ont publié une déclaration le 19 avril, exprimant leur appréciation à l'OMS pour son leadership dans la lutte contre le COVID-19. Cependant, nous avons également noté que les Etats-Unis avaient critiqué à plusieurs reprises le travail de l'OMS et annoncé une suspension de leurs contributions. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Geng Shuang : « Le G77 et la Chine » est un important mécanisme de coordination internationale permettant aux pays en développement de s'unir pour accroître leur puissance. Alors que le COVID-19 se propage dans le monde entier, le G77 et la Chine ont fait une déclaration appréciant et soutenant le rôle moteur de l'OMS dans la lutte contre la pandémie sous la direction du Directeur général Tedros et en appelant la communauté internationale à renforcer son soutien aux pays en développement, ce qui reflète la position commune et l'aspiration collective des pays en développement. Cela revêt une signification positive pour approfondir la coopération multilatérale et promouvoir une réponse collective à la pandémie, et mérite une grande attention de la part de toutes les parties.

En fait, outre « le G77 et la Chine », de nombreux pays comme la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, le Canada, le Japon ainsi que des organisations et institutions internationales comme l'ONU et l'UE ont exprimé leur soutien à l'OMS pour qu'elle continue à jouer un rôle important dans la réponse à la pandémie actuelle et le renforcement du système mondial de santé publique.

Quant à ce que les Etats-Unis ont dit et fait récemment pour attaquer et accuser l'OMS, la Chine a clairement exposé sa position. Je voudrais souligner ici quelques points. Les Etats-Unis estiment que l'OMS devrait obéir à leurs ordres, car ils en sont le plus important contributeur. C'est typiquement une mentalité hégémonique. Lorsque l'OMS a insisté sur l'objectivité et l'impartialité et a refusé de se conformer à leurs désirs, les Etats-Unis l'ont menacée en coupant le financement. Il s'agit d'un chantage classique. Les Etats-Unis ont attaqué et critiqué l'OMS sans fondement factuel, et leur intimidation est tout simplement répugnante.

Au cours du week-end, l'OMS et des célébrités du monde entier ont lancé conjointement le concert de charité « Un monde : ensemble à la maison » pour collecter des fonds pour les travailleurs médicaux qui combattent en première ligne et pour remonter le moral dans cette lutte mondiale. L'événement a reçu une énorme attention et des réponses positives, ce qui reflète l'opinion publique de la communauté internationale. Nous espérons que la partie américaine tiendra compte du souhait partagé de la communauté internationale de renforcer la solidarité et la coordination et de soutenir l'OMS et ne se tiendra pas du côté opposé de la communauté internationale.

La Chine soutient toujours fermement l'OMS pour jouer un rôle moteur dans la promotion de la santé publique mondiale et est prête à accroître son soutien à l'OMS par divers canaux. En ce moment crucial de la lutte mondiale contre la pandémie, soutenir l'OMS revient à défendre le statut et le rôle des Nations unies, à défendre la vision et les principes du multilatéralisme et à maintenir la solidarité et la coopération de la communauté internationale, ce qui est primordial pour assurer la victoire finale sur la pandémie.

Reuters : Première question, selon des reportages, deux navires de guerre américains naviguent dans une zone en mer de Chine méridionale. Selon des sources, cette zone se trouve dans les eaux « contestées » entre la Chine et la Malaisie. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ? Deuxième question, selon des reportages, un navire de recherche chinois est apparu dans les eaux « contestées » entre la Chine et la Malaisie et était en « conflit » avec un navire d'exploration malaisien exploité par la compagnie pétrolière nationale. La Chine a-t-elle demandé au navire malaisien de quitter cette zone ?

Geng Shuang : Concernant votre première question, je ne suis pas au courant de la situation. Je voudrais simplement dire que, grâce aux efforts conjoints des pays de la région, la situation en mer de Chine méridionale s'améliore régulièrement. Nous espérons que les pays en dehors de la région respecteront les efforts des pays régionaux et s'abstiendront de provoquer des troubles dans la région.

En ce qui concerne votre deuxième question, à ma connaissance, le navire de recherche chinois mène des activités normales dans les eaux sous juridiction chinoise. Il n'y avait pas de « conflit » comme vous l'avez mentionné. La situation actuelle en mer de Chine méridionale est globalement stable. Les parties concernées devraient faire preuve de retenue et éviter de prendre des mesures susceptibles de compliquer la situation ou d'aggraver les disputes.

PTI : Vous avez dit que la Chine discutait avec les pays concernés de la mise en place de voies rapides pour les voyageurs. Vous avez mentionné la République de Corée et Singapour. Y a-t-il d'autres pays, y compris l'Inde ?

Geng Shuang : En ce qui concerne les voies rapides, je n'ai pas d'autres informations pour le moment, sauf celles concernant la République de Corée et Singapour.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer