Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 12 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/10/12

CCTV : Selon des reportages, le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré lors d’une interview récente que les pays du monde se rendraient compte qu’ils seraient déterminés à devenir les partenaires et alliés des États-Unis. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Ce que M. Pompeo a dit représente sa propre opinion, mais ce n’est pas la réalité et c’est contraire à l’opinion de nombreuses autres parties. Selon un article de Washington Post, en vue de réaliser ses propres ambitions politiques, Pompeo n’a pas hésité à manipuler la politique étrangère des États-Unis, ce qui a causé les plus graves dommages à la diplomatie américaine depuis des décennies. Une cinquantaine de chercheurs engagés dans les relations internationales et les politiques étrangères issus d’universités américaines dont l’Université Havard, l’Univeristé de Georgetown et l’Université Tufts ont publié une déclaration commune. Ils y estiment que la politique étrangère de l’administration américaine constitue un échec ou presque, et qu’elle est devant un dilemme sur des dossiers tels que la COVID-19, le changement climatique, le nucléaire iranien et la question nucléaire de la Péninsule coréenne, plongeant les États-Unis dans l’affaiblissement et l’isolement et provoquant une instabilité, une insécurité et des maux à l’humanité.

Non seulement aux États-Unis, mais aussi dans les autres pays du monde entier, y compris leurs partenaires et alliés, il est de l’avis général que les États-Unis d’aujourd’hui n’agissent pas du tout comme une grande puissance. Sous l’enseigne de « l’Amérique d’abord », ils s’engagent délibérément dans l’unilatéralisme et des actes d’intimidation, s’adonnent au retrait d’organisations et de traités, et menacent arbitrairement les autres pays par des sanctions. En se mettant de l’autre côté de la moralité et de la justice internationales, les États-Unis se sont isolés de la communauté internationale. Le mois dernier, la résolution pour une action globale et coordonnée face à la COVID-19 a été adoptée à une majorité écrasante par 169 pays à la 74e session de l’Assemblée générale des Nations unies (ONU). Seuls deux pays qui y ont voté contre, dont les États-Unis. Agissant arbitrairement avec des comportements rétrogrades, les États-Unis sont devenus des fauteurs de troubles sapant l’ordre international et menaçant les normes internationales. Quel pays veut s’acoquiner à ce genre de pays pour devenir son complice ?

CCTV : La Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le Haut Représentant de l’Union européenne (UE) pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell ont respectivement publié un tweet le 11 octobre pour saluer la Chine pour sa participation au mécanisme COVAX, et ont déclaré que ce mécanisme visait à distribuer des vaccins contre la COVID-19 de manière équitable et juste. Le multilatéralisme est une clé pour atteindre les objectifs planétaires. Seules des efforts et un engagement globaux permettront de gagner la lutte contre la pandémie. Quels en sont les commentaires de la Chine ?

Zhao Lijian : Le 8 octobre, la Chine a officiellement adhéré au mécanisme COVAX. Il s’agit d’une mesure importante prise par la Chine pour concrétiser le concept de la communauté de santé pour l’humanité et s’acquitter de son engagement à faire des vaccins un bien public mondial, et cela a été largement salué et activement soutenu par la communauté internationale dont l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’Alliance Gavi et l’UE.

À l’heure actuelle, la COVID-19 demeure une pandémie mondiale et menace sérieusement la vie et la santé de tous les peuples du monde. La Chine accorde toujours de l’attention à l’accès équitable des pays en développement à des vaccins appropriés, sûrs et efficaces, et s’engage solennellement à faire des vaccins un bien public mondial pour les fournir en priorité aux pays en développement. L’objectif de la participation de la Chine au mécanisme COVAX est de promouvoir par des actions concrètes la distribution équitable des vaccins, d’assurer leur approvisionnement dans les pays en développement, et d’encourager dans le même temps plus de pays ayant la capacité à s’y joindre et à le soutenir. Nous continuerons à apporter la contribution de la Chine, ensemble avec les autres parties, à la lutte solidaire du monde contre la COVID-19 et à la préservation de la vie et de la santé des peuples du monde.

China News Service : Récemment, selon des reportages, certains pays occidentaux accusent la Chine d’une participation insuffisante à l’Initiative de suspension du service de la dette (DSSI) du G20, de ne pas aider les pays africains à réduire leur fardeau de la dette, et d’avoir créé des « pièges de la dette » en Afrique. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Zhao Lijian : La Chine attache une grande importance à la suspension et à l’allégement des dettes en Afrique et s’engage à mettre pleinement en œuvre la DSSI du G20. Le Président Xi Jinping a annoncé des mesures importantes pour alléger les dettes de l’Afrique lors du Sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la solidarité contre la COVID-19. Nous sommes en train de répondre activement aux préoccupations de la partie africaine conformément au consensus dégagé par les dirigeants chinois et africains ainsi qu’à la DSSI du G20. Actuellement, la Banque d’Import-Export de Chine, en tant que créancier officiel bilatéral, a signé des accords de suspension de dettes avec 11 pays africains. D’autres créanciers non officiels sont aussi parvenus à un consensus sur la suspension de dettes avec certains pays africains en s’inspirant activement de la DSSI. La Chine exemptera 15 pays africains des prêts sans intérêt dus d’ici la fin de 2020, et continuera de travailler auprès de la communauté internationale, surtout le G20, pour prolonger davantage la durée de la suspension de dettes.

En ce qui concerne les fausses accusations de certains pays ou médias contre la Chine, je tiens à souligner que dans la structure des dettes extérieures des pays africains, plus de 3/4 sont détenues par des institutions financières multilatérales et des créanciers commerciaux, qui ont une plus grande responsabilité en matière d’allégement des dettes. La Chine poursuit une voie honnête et transparente dans sa coopération avec l’Afrique sans y attacher aucune condition politique et ne s’immisce jamais dans les affaires intérieures des pays africains. Ce sont aussi les principes auxquels nous tenons lorsque nous traitons les problèmes de la dette de l’Afrique. Ce ne sera jamais la Chine qui peut être accusée d’avoir plongé l’Afrique dans des « pièges de la dette ». Au contraire, certains pays ont traité autrefois la dette de l’Afrique en y attachant un grand nombre de conditions politiques et en établissant des normes et seuils que de nombreux pays ne pouvaient pas atteindre. Ils ont « transformé » l’Afrique sous prétexte de problèmes de dette, ce qui a été largement critiqué par les pays africains. La Chine n’a jamais été absente dans le soutien à l’Afrique. Nous sommes disposés à continuer à renforcer les échanges et la coordination avec les pays africains pour résoudre les problèmes de la dette à travers des consultations amicales.

The Paper : Selon des reportages, le Ministère canadien de la Justice a déclaré le 8 octobre qu’un tribunal canadien avait statué en faveur du Ministère pour qu’il ne fournisse pas à l’équipe d’avocats de Meng Wanzhou la plupart des documents liés au privilège de confidentialité, y compris les courriels électroniques entre les gouvernements canadien et américain. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Nous avons remarqué les reportages concernés. Le Canada a refusé de divulguer les informations liées à l’affaire Meng Wanzhou sous prétexte de privilège de confidentialité, ce qui est totalement infondé et constitue un acte typique de dissimulation. Bien que le Canada se vante partout de son attachement au prétendu principe de « respect du droit », il a refusé à plusieurs reprises de révéler davantage de vérité sur l’affaire Meng Wanzhou. Est-ce parce qu’il a vraiment des « secrets » inavouables ? Si la partie canadienne respecte vraiment le droit, elle doit convenir de divulguer sans tarder les informations et les preuves clé de ce cas pour que plus de Canadiens puissent avoir une vue d’ensemble de cette affaire, au lieu de créer des obstacles et de cacher la vérité en la matière.

FSN: Première question, des reportages racontent en citant plusieurs sources que l’autorité douanière de la Chine a donné pour instruction à certaines usines de cesser l’importation du charbon australien. S’agit-il d’un ajustement formel de la politique chinoise? Quelle en est la raison ? Deuxième question, la semaine dernière, des agents consulaires canadiens ont effectué une visite par vidéoconférence aux citoyens canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor. Des officiels canadiens ont réclamé que, vu que l’économie chinoise avait redémarré à grande échelle, les visites consulaires directes auraient dû reprendre il y a longtemps. Quand la Chine rétablirait-elle les visites consulaires directes ?

Zhao Lijian : Concernant la première question, je ne suis pas au courant de ce que vous avez dit. Veuillez vous renseigner auprès des départements compétents.

Quant à votre deuxième question, nous avons remarqué des reportages à cet égard et avons noté la « préoccupation » exprimée par le Canada pour ses citoyens soi-disant « arbitrairement détenus » par la Chine. La Chine s’oppose fermement aux propos erronés du Canada à ce sujet. La Chine a déjà présenté à plusieurs reprises les informations sur les cas spéciaux des deux citoyens canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor. Ils sont soupçonnés d’avoir mené des activités mettant en péril la sécurité nationale de la Chine. Conformément à la loi, les autorités judiciaires chinoises traitent leurs affaires en toute indépendance. Il n’est pas du tout question de formuler l’accusation de la « détention arbitraire » contre la Chine. Au contraire, les comportements du Canada dans l’affaire Meng Wanzhou constituent justement une détention arbitraire. La tentative du Canada de former une coterie avec d’autres pays pour faire pression sur la Chine est complètement vaine et n’aboutira qu’à des résultats contraires. Le Canada doit abandonner la pratique du « deux poids deux mesures », respecter scrupuleusement la souveraineté judiciaire de la Chine et cesser de faire des remarques irresponsables.

En ce qui concerne le cas spécial des visites consulaires, à la demande de la partie canadienne, le département compétent de la Chine a arrangé, conformément à la loi, une visite par vidéoconférence par des agents de l’ambassade du Canada en Chine aux citoyens canadiens concernés, tout en respectant les conditions de prévention et de contrôle de l’épidémie. Au cours de la visite, le Canada a strictement respecté les règlements chinois sur la prévention antiépidémique. Sur la base du respect mutuel et de la prise en considération des préoccupations de chacun, les autorités chinoises compétentes continueront de traiter le cas spécial de visites consulaires de citoyens canadiens conformément à la loi.

Yonhap News: Premièrement, récemment, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a organisé un défilé militaire pour célébrer le 75e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs de Corée (PTC) en dévoilant de nouveaux types d’arme. Le Dirigeant suprême de la RPDC Kim Jong Un y était présent et y a prononcé un discours. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Deuxièmement, le boys band sud-coréen BTS a mentionné hier dans son discours d’acceptation de prix que cette année marquait le 70e anniversaire du déclenchement de la guerre de Corée, et qu’il se souviendrait toujours de l’histoire douloureuse partagée par la République de Corée et les États-Unis, ainsi que des sacrifices d’innombrables femmes et hommes. Ce propos a suscité des controverses. Des internautes chinois ont estimé que cette affaire mettait en jeu leur dignité nationale et ont déclaré boycotter les produits dont ce groupe était porte-parole publicitaire. Le Ministère des Affaires étrangères pense-t-il que cette affaire touche à la dignité nationale? Quels en sont vos commentaires ?

Zhao Lijian: Pour la première question, la tenue de défilés militaires lors de fêtes importantes est une pratique courante dans de nombreux pays du monde. La Chine et la RPDC sont des voisins amicaux. La Chine félicite le PTC pour son 75e anniversaire et souhaite que les diverses causes de la RPDC ne cessent d’accomplir de nouvelles réalisations sous la direction du Président Kim Jong Un et du PTC. La position de la Chine sur la question de la Péninsule coréenne est constante et claire. Nous sommes disposés à travailler avec toutes les parties concernées pour continuer à déployer des efforts inlassables afin de faire progresser le processus de règlement politique de la question de la péninsule et de parvenir à une paix et une stabilité à long terme dans la péninsule.

En ce qui concerne votre deuxième question, j’ai remarqué des reportages à cet égard ainsi que les réactions des internautes chinois à ce sujet. Ce que je veux dire, c’est que nous devons avoir pour objectif commun de tirer les enseignements du passé, de regarder vers l’avenir, d’apprécier la paix et de promouvoir l’amitié, et que cela mérite nos efforts conjoints.

Global Times : L’ambassadrice américaine auprès des Nations Unies Kelly Craft a retweeté son intervention au Débat général de la Troisième commission de l’Assemblée général de l’ONU, selon laquelle les États-Unis sont gravement préoccupés par la répression des citoyens et de la société civile par leur gouvernement sous prétexte de la pandémie de la COVID-19. Elle a pris pour exemple le médecin chinois Yan Limeng qui, selon elle, a subi des réprimandes après avoir tenté d’avertir le monde d’un cluster d’infections à Wuhan, puis est décédée du nouveau coronavirus. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Zhao Lijian: Je dois vous dire que Yan Limeng est toujours vivante, mais elle est morte sous la plume de certains. Je crois que la partie américaine a voulu parler du docteur Li Wenliang. Il a été un membre d’excellence du Parti communiste chinois (PCC), et s’est vu décerner le tire de martyr. Avant même de trouver le nom correcte, la partie américaine a lancé des accusations falsifiées dans ses déclarations, ce qui a pleinement mis au jour l’ignorance et l’irresponsabilité des Américains concernés.

La COVID-19 est un ennemi commun de l’humanité, disperser le virus politique de la haine et de la confrontation constitue de la même manière une menace pour le monde. Certains politiciens et officiels des États-Unis doivent respecter la science et les faits, cesser les manœuvres politiques sur l’épidémie, mettre fin à la politisation et à la stigmatisation, et concentrer leurs efforts dans l’amélioration de la lutte antiépidémique et la protection de la vie et de la santé du peuple américain, afin de jouer un rôle constructif dans la coopération internationale antiépidémique.

Agence de presse Xinhua : Aujourd’hui, le Président Xi Jinping et le Président Macky Sall du Sénégal, pays co-président du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC), ont envoyé une lettre conjointe de félicitations pour le 20e anniversaire de la création du forum, célébrant ensemble avec d’autres pays africains ce jour significatif et spécial. Quels sont vos commentaires sur les accomplissements du forum depuis 20 ans ?

Zhao Lijian : La lettre de félicitations conjointe du Président Xi Jinping et du Président Macky Sall pour le 20e anniversaire du FOCAC incarne le grand attachement de la Chine et de l’Afrique au forum, et illustre les aspirations communes de tous les membres.

Il y a 20 ans, le FOCAC a été créé pour répondre à la tendance de l’époque. Depuis, il a parcouru un chemin extraordinaire pour devenir une plateforme importante et dynamique du dialogue collectif entre la Chine et l’Afrique et un mécanisme efficace pour leur coopération pragmatique. De plus, il est désormais un étendard pour la coopération Sud-Sud. Les relations sino-africaines, sous la direction du forum, ont réalisé des percées dans leur développement, avec une confiance politique mutuelle sans cesse approfondie, une coopération pragmatique élargie sur tous les plans et des échanges culturels et humains intensifiés davantage entre les deux parties. Les acquis du FOCAC sont tangibles, et sont hautement appréciés par les pays africains et largement salués par la communauté internationale.

Les relations sino-africaines sont, et seront toujours en développement continu. Profitant des opportunités offertes par le 20e anniversaire du FOCAC, la Chine et l’Afrique, fidèles aux principes de consultation, de synergie et de partage, œuvreront à enrichir et à parfaire le mécanisme du forum, à mettre en œuvre les acquis du forum sur tous les plans et à porter leur partenariat global stratégique à des niveaux toujours plus élevés, de sorte à construire une communauté d’avenir partagé Chine-Afrique plus solide au bénéfice des peuples des deux parties. Nous travaillerons à faire de la coopération sino-africaine un exemple du multilatéralisme et du gagnant-gagnant, et continuerons d’apporter notre part de contribution active à la défense de l’équité et de la justice internationales, et à la promotion du développement et de la prospérité dans le monde.

Reuters : Des amis de l’écrivain australien Yang Jun détenu en Chine nous ont dit qu’il devrait faire face à Beijing à un procès pour espionnage et que le juge serait nommé dans les deux semaines à venir. Pouvez-vous le confirmer ?

Zhao Lijian : Après des investigations conformes à la loi, la deuxième branche du Parquet populaire de la municipalité de Beijing a demandé, le 7 octobre 2020, d’ouvrir un procès contre Yang Jun, suspect d’espionnage de nationalité australienne, au deuxième Tribunal populaire intermédiaire de la municipalité de Beijing. Celui-ci a créé le dossier du procès selon la loi. Actuellement, le procès est en première instance. Les autorités concernées de la partie chinoise traitent le procès strictement selon la loi, et garantissent pleinement les droits légaux de Yang Jun.

RCI : Les résultats provisoires de l’élection présidentielle du Tadjikistan ont été publiés. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Zhao lijian : La Chine félicite le Tadjikistan pour le bon déroulement de l’élection présidentielle. Le Président sortant Emomali Rahmon a obtenu 90,9% des voix exprimées. Cela montre pleinement que les politiques intérieures et extérieures du Président Emomali Rahmon sont largement soutenues et hautement appréciées par le peuple tadjik. Nous sommes convaincus que sous la direction du Président Emomali Rahmon, les différentes causes de construction du Tadjikistan enregistreront sans cesse de nouveaux progrès.

Reuters : Samedi dernier, la Malaisie a déclaré avoir détenu 60 citoyens chinois et 6 navires de pêche chinois étant entrés illégalement dans les eaux de la Malaisie. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Zhao Lijian : Le 9 octobre, 6 navires de pêche chinois ont été détenus au large de la Malaisie. Le cas est actuellement en cours d’investigation. L’Ambassade de Chine en Malaisie a envoyé des officiels visiter les membres d’équipage détenus, et leur a fourni des matériels antiépidémiques et d’autres assistances nécessaires.

La partie chinoise a demandé à la partie malaisienne de faire des investigations impartiales selon la loi, de garantir les droits et intérêts légitimes des citoyens chinois concernés, et de communiquer à temps les informations sur l’investigation.

Reuters : Les forces maritimes d’autodéfense du Japon ont mené des manœuvres anti-sous-marines dans les eaux de la Mer de Chine méridionale. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Zhao Lijian : Nous avons noté le reportage. La situation actuelle en Mer de Chine méridionale est stable dans son ensemble, et l’aspiration commune des pays de la région est la poursuite de la paix, la recherche du développement et la promotion de la coopération. Nous espérons que les pays concernés s’abstiendront des actes susceptibles de compromettre la paix, la sécurité et le développement dans la région.

Bloomberg : Qihoo 360 a récemment mis sur le marché le navigateur Tuber, mais l’application a cessé de fonctionner depuis le 10 octobre. Quels sont vos commentaires sur ce navigateur et d’autres navigateurs ayant accès aux sites web étrangers ?

Zhao Lijian : Cette question ne relève pas de la diplomatie, et je ne dispose pas d’information là-dessus. La Chine gère depuis toujours Internet selon la loi et les règles. Vous pouvez vous renseigner auprès des autorités compétentes pour des informations détaillées.

Bloomberg : Comment la Chine va-t-elle, via le mécanisme COVAX, fournir les vaccins à l’étranger et importer d’autres vaccins d’AstraZeneca, de Pfizer et de Moderna en Chine ? Pouvez-vous en donner plus de détails ?

Zhao Lijian : Le Président Xi Jinping a déclaré clairement que les vaccins chinois, une fois développés et déployés, seraient un bien public mondial pour apporter une contribution chinoise à l’accessibilité et à l’abordabilité des vaccins dans les pays en développement. Pour mettre en œuvre ces mesures de façon scrupuleuse, le gouvernement chinois soutient les entreprises chinoises de recherche et de développement de vaccins dans leurs efforts pour participer au mécanisme COVAX et fournir des vaccins, en coopération avec les initiateurs concernés, aux pays en développement. Et nous y avons activement apporté des assistances. À ma connaissance, beaucoup d’entreprises chinoises de vaccins ont exprimé aux initiateurs du mécanisme COVAX leur volonté d’y participer, et les experts des deux parties sont en communications intenses en matière de normes techniques pour les recherches et le développement, l’homologation et la supervision des vaccins.

La Chine soutient les entreprises dans les efforts pour la coopération avec l’extérieur selon la loi et les règles. La Chine continuera de travailler ensemble avec les autres parties du mécanisme COVAX pour contribuer à la lutte mondiale solidaire contre le virus et à la protection de la vie et de la santé des peuples des différents pays du monde.

Reuters : La Garde côtière du Japon a déclaré dimanche dernier que deux navires chinois étaient entrés dans « les eaux japonaises » au large des îles Diaoyu. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Zhao Lijian : Les îles Diaoyu et les îles annexes relèvent du territoire inhérent à la Chine. Il s’agit d’un droit naturel pour la Chine de mener des patrouilles pour l’application de la loi au large des îles Diaoyu. Le Japon doit le respecter effectivement.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer