Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères
Conférence de presse du 30 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2020/10/30

CCTV : Selon des reportages, le Président russe Vladimir Poutine a déclaré que la Chine était toujours le moteur de l'économie mondiale lorsqu'il a participé le 29 octobre au forum international sur l'investissement « Russia Calling ! ». Des responsables principaux de chambres de commerce étrangères en Chine et des représentants d'entreprises multinationales ont également indiqué que la croissance économique de la Chine, contre toute attente, contribuait à stimuler la reprise économique mondiale et à renforcer constamment la confiance des entreprises mondiales dans le marché chinois. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Récemment, de nombreux dirigeants étrangers ainsi que des institutions financières internationales et des entreprises multinationales se sont montrés optimistes quant aux perspectives de développement économique de la Chine, et ont exprimé leur confiance et leurs attentes pour le développement futur de la Chine.

Dans le communiqué de la cinquième session plénière du 19e Comité central du Parti communiste chinois (PCC) qui vient de clôturer, il est indiqué que la Chine est passée à un stade de développement de haute qualité et qu'elle mettra en œuvre inébranlablement le nouveau concept de développement fondé sur l'innovation, la coordination, l'écologie, l'ouverture et le partage, poursuivra un développement axé sur la qualité, prendra pour fil conducteur l'approfondissement de la réforme structurelle du côté de l'offre, fera de la réforme et de l'innovation le moteur principal et de la satisfaction des besoins croissants du peuple qui aspire à une vie meilleure l'objectif fondamental, accélérera la mise en place d'un nouveau modèle de développement avec la circulation intérieure comme pilier et les circulations intérieure et internationale se renforçant mutuellement, et réalisera essentiellement la modernisation socialiste d'ici 2035. Le communiqué a mentionné plus de 20 fois les termes de « réforme » et d'« ouverture », indiquant que la Chine continuerait à appliquer une ouverture d'une plus grande échelle, qui concerne des domaines plus vastes et qui est plus approfondie, instaurerait de nouvelles institutions pour une économie ouverte à un niveau plus élevé, ferait augmenter globalement le niveau d'ouverture au monde extérieur, promouvrait le développement de qualité de la construction conjointe de l'Initiative « la Ceinture et la Route » et ouvrirait une nouvelle situation marquée par la coopération gagnant-gagnant, ce qui a envoyé un signal clair que la Chine resterait attachée à l'approfondissement de la réforme et de l'ouverture pour réaliser les bénéfices réciproques et le gagnant-gagnant.

Il est prévisible qu'avec l'élaboration et la mise en œuvre du 14e Plan quinquennal pour le développement économique et social national et des Objectifs à long terme à l'horizon 2035, le développement de la Chine accédera à un nouveau palier, et la coopération mutuellement bénéfique entre la Chine et les autres pays remportera des résultats encore plus fructueux, injectant ainsi un élan encore plus fort dans la reprise et le développement à long terme de l'économie mondiale.

AFP : Le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a dit jeudi que la Chine était la menace la plus grave envers la liberté de religion. Quelle est la réponse de la Chine ?

Wang Wenbin : Les propos de Pompeo sont purement des calomnies malveillantes. La réalité est que le gouvernement chinois attache une grande importance à protéger la liberté de religion et de croyance de ses citoyens, et que ceux-ci jouissent d'une liberté totale en la matière conformément à la loi. Parmi les populations de différentes ethnies en Chine, il y a près de 200 millions de personnes qui sont croyantes, et plus de 380 000 personnes dont la profession est liée à une religion. En plus, plus de 140 000 lieux de culte sont enregistrés selon la loi. En revanche, la situation religieuse des minorités ethniques aux États-Unis est inquiétante. Des sondages effectués par Gallup et Pew Research Center démontrent que 75% des musulmans américains sont d'avis que la société américaine porte une grave discrimination raciale à l'encontre des musulmans.

Poussés par des préjugés idéologiques et des intérêts politiques égoïstes, Pompeo et ses semblables, sous prétexte de la liberté de religion, fabriquent des rumeurs pour diffamer d'autres pays, compromettent l'harmonie interethnique d'autres pays et s'immiscent dans les affaires intérieures d'autrui. Leurs agissements impopulaires seront rejetés par la communauté internationale. Nous exhortons Pompeo à cesser de fabriquer toutes sortes de mensonges maladroits sur la Chine et de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine sous prétexte des questions religieuses.

China Daily : Le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo n'a cessé de déshonorer et d'attaquer la Chine lors de sa visite dans plusieurs pays asiatiques. Ces pays qui n'ont pas fait écho à ses propos antichinois. En revanche, ils ont exprimé qu'ils ne sacrifieraient pas leur indépendance, souveraineté et intégrité territoriale pour les pays étrangers. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : Il n'est pas étrange que les accusations sans fondement et incessantes de Pompeo n'ont pas pu susciter un écho dans ces pays, et que le drame antichinois qu'il avait lui-même écrit et interprété est finalement passé inaperçu. J'ai remarqué que les propos et les actes antichinois de Pompeo ont été non seulement boycottés en Asie, mais aussi largement critiqués aux États-Unis.

Comme les faits l'ont prouvé, diffuser les mensonges, créer la division et inciter à la confrontation n'aboutiront à rien. Au XXIe siècle, ceux qui pratiquent la tromperie, la menace et l'intimidation, aussi puissants qu'ils soient, seront complètement isolés et finiront par un échec honteux.

Les diffamations et dénigrements de quelques politiciens américains ne peuvent pas tromper le monde entier, ni empêcher la Chine dans son développement pacifique pour la réalisation irrésistible du renouveau national.

Reuters : Joe Biden a indiqué dans une interview exclusive accordée à Reuters que s'il était élu Président américain, il discuterait avec les pays alliés des tarifs douaniers sur la Chine. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Wang Wenbin : Tout d'abord, je tiens à souligner que l'élection présidentielle américaine est une affaire intérieure des États-Unis. Nous n'en faisons pas de commentaire.

En ce qui concerne les relations sino-américaines, les politiques de la Chine à l'égard des États-Unis restent hautement stables et constantes. Nous nous engageons à développer avec la partie américaine des relations caractérisées par le non-conflit, la non-confrontation, le respect mutuel et la coopération gagnant-gagnant. Parallèlement, nous défendons fermement la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement de notre pays. Nous espérons que les États-Unis traiteront la Chine et les relations sino-américaines de manière objective et rationnelle, travailleront dans le même sens avec la Chine et feront revenir les relations sino-américaines sur la bonne voie de coordination, de coopération et de stabilité.

Beijing Youth Daily : Le 29 octobre, la Chine a tenu une vidéoconférence sur la prévention et le contrôle de la COVID-19 en automne et en hiver avec les Bureaux régionaux du Pacifique occidental et de l'Europe de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Pourriez-vous présenter les informations de cette conférence ?

Wang Wenbin : Le 29 octobre, le Directeur adjoint de la Commission nationale chinoise de la Santé Li Bin a participé à la vidéoconférence de l'OMS sur la prévention et le contrôle de la COVID-19 en automne et en hiver. Une centaine de personnalités de l'OMS et des pays des régions du Pacifique occidental et de l'Europe y ont participé en ligne. Tous les participants ont présenté la situation de la COVID-19 et de la grippe dans leur pays et leurs mesures de riposte, soulignant qu'il fallait renforcer la surveillance des cas dont les symptômes sont semblables à la grippe, attacher de l'importance à la vaccination des groupes à haut risque contre la grippe et s'unir pour relever le double défi de la pandémie de COVID-19 et de la grippe.

Initiée par la Chine, cette conférence a été énergiquement soutenue par l'OMS et les pays concernés. Dupuis l'apparition de l'épidémie, la Chine a toujours maintenu une communication étroite et une bonne coopération avec l'OMS. Face à la situation compliquée marquée par l'enchevêtrement du rebondissement de l'épidémie à l'échelle mondiale, de la « deuxième vague » de COVID-19 dans de nombreux pays et de la grippe saisonnière, cette conférence a envoyé des signaux positifs de la solidarité de toutes les parties pour réagir à l'épidémie et de leur soutien ferme à l'OMS pour qu'elle continue de jouer un rôle clé dans la prévention et le contrôle de l'épidémie dans le monde. La Chine est prête à continuer à partager son expérience en matière de prévention et de contrôle ainsi que les méthodes diagnostiques et thérapeutiques, à approfondir la coopération internationale dans la prévention et le contrôle et à renforcer la solidarité et la coordination avec l'OMS et d'autres parties afin de vaincre ensemble l'épidémie et d'apporter sa part de contribution à la construction d'une communauté de santé pour l'humanité et à la protection de la sécurité et de la santé des peuples du monde.

Beijing Daily : Le 28 octobre, l'Assemblée nationale de Serbie a adopté par vote le plan de composition du nouveau gouvernement, qui a ainsi été officiellement établi avec à sa tête la Première Ministre sortante Ana Brnabic. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ? Quelles sont les attentes de la Chine pour le futur des relations sino-serbes ?

Wang Wenbin : La Chine félicite la Serbie pour l'entrée en fonction de son nouveau gouvernement et la réélection de la Première Ministre Ana Brnabic. Le Premier Ministre Li Keqiang a envoyé un message de félicitations à la Première Ministre Brnabic. Nous sommes convaincus que sous la direction du Président Aleksandar Vucic et de la Première Ministre Ana Brnabic, la Serbie réalisera de plus grands progrès en matière de développement économique et social.

Ces dernières années, la Chine et la Serbie, sous la direction des deux Chefs d'État, ont réalisé un développement à grandes enjambées de leurs relations bilatérales. La coopération pragmatique entre les deux pays est jalonnée de succès et l'amitié traditionnelle est profondément enracinée dans le cœur des peuples. La Chine attache une grande importance au développement des relations sino-serbes, et est prête à travailler avec la partie serbe pour maintenir l'élan de développement des relations bilatérales et porter constamment le partenariat stratégique global Chine-Serbie à un niveau supérieur.

AFP : Le Secrétaire d'État américain Pompeo a publié jeudi une déclaration, disant que les États-Unis condamnaient fortement Hong Kong pour avoir arrêté et détenu trois activistes démocratiques et appelaient à libérer immédiatement les détenus. Quelle est la réponse du Ministère des Affaires étrangères ?

Wang Wenbin : Depuis le retour de Hong Kong à la Chine, le gouvernement central chinois exerce sa gouvernance sur Hong Kong selon la Constitution chinoise et la Loi fondamentale de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong. Les principes d'« un pays, deux systèmes », de « la gouvernance de Hong Kong par les Hongkongais » et d'un haut degré d'autonomie ont été effectivement mis en œuvre. Les droits et intérêts légaux ainsi que la liberté des habitants de Hong Kong ont été pleinement protégés conformément à la loi. Ce sont des faits objectifs qui ne peuvent pas être niés.

La Chine est un État de droit, et Hong Kong, une société de droit. Les lois doivent être respectées et tous ceux qui les violent doivent être poursuivis en justice. La police de la RAS de Hong Kong fait appliquer la loi selon la loi, et ne tolère pas la diffamation. Nous demandons aux États-Unis de cesser immédiatement d'interférer dans les affaires de Hong Kong, dans la justice de la RAS et dans les affaires intérieures de la Chine sous quelque forme que ce soit.

Global Times : Selon un rapport publié récemment par l'Université Johns Hopkins des États-Unis, en automne 2018, le Département de la Justice des États-Unis a officiellement lancé la « China Initiative », demandant à 94 départements judiciaires locaux d'engager au moins une ou deux poursuites judiciaires contre la Chine chaque année. Jusqu'à présent, les départements judiciaires américains ont ouvert plus de 2 000 enquêtes contre la Chine. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Wang Wenbin : Le rapport que vous avez mentionné révèle pleinement que la prétendue « China Initiative » est purement une manipulation politique et un autre exemple de la résurgence du maccarthysme aux États-Unis. Au lieu de se baser sur les faits, les autorités judiciaires américaines se sont laissées dicter par la politique et ont fait prévaloir la présomption de culpabilité. Où se trouve donc le prétendu esprit de l'État de droit des États-Unis ? Lorsque l'obsession antichinoise devient une mission et une tâche qui doivent être accomplies, il n'est plus surprenant de voir tant d'individus et d'institutions chinois être accusés à tort et à travers d'espionnage, de vol et d'autres crimes fabriqués.

Nous exhortons les États-Unis à abandonner la mentalité de guerre froide et les préjugés idéologiques, à arrêter les manipulations politiques, à cesser de perturber et de saper les échanges et la coopération normaux entre les deux pays dans les domaines scientifique, technologique, et humain et culturel, à mettre fin à l'abus du pouvoir judiciaire dans le but de harceler et de réprimer les étudiants et les chercheurs chinois aux États-Unis, et à protéger effectivement les droits et intérêts légitimes des Chinois aux États-Unis.

Bloomberg : Singapour lèvera les restrictions d'entrée sur son territoire pour les voyageurs venant de la partie continentale de la Chine à partir du 6 novembre. Les voyageurs concernés doivent passer un test de COVID-19 à leur arrivée et ne seront pas mis en quarantaine si le résultat est négatif. La Chine adoptera-t-elle des mesures similaires pour les voyageurs en provenance de Singapour ?

Wang Wenbin : Nous sommes favorables à ce que tous les pays, en se basant sur l'évolution de leur situation épidémique, prennent des mesures appropriées pour traiter la question d'entrée et de sortie du pays. Nous sommes disposés à travailler main dans la main avec tous les pays du monde, dont Singapour, pour lutter contre la COVID-19 et mener à bien le travail de la mobilité humaine.

Shenzhen TV : À la suite de la signature d'un accord de paix entre les États-Unis et les talibans d'Afghanistan à la fin de février dernier, les premières négociations intra-afghanes se sont ouvertes le 12 septembre. Ces progrès ont augmenté les attentes de la communauté internationale au processus de paix et de réconciliation en Afghanistan. Cependant, la situation sécuritaire ne s'est pas améliorée en Afghanistan, des actes de violence armée se sont multipliés récemment, et les négociations intra-afghanes ne sont qu'à leur début. Le Représentant spécial américain pour la réconciliation en Afghanistan Zalmay Khalilzad a indiqué l'autre jour que l'évolution des négociations intra-afghanes était décevante, soulignant que le niveau de violence en Afghanistan était inacceptable. Il a exhorté les deux parties aux négociations à parvenir à un accord sur la réduction de la violence. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Comme toute la communauté internationale, la Chine accorde une attention particulière à la mise en œuvre de l'accord entre les États-Unis et les talibans, et au processus des négociations intra-afghanes. Nous avons également noté que la situation sécuritaire en Afghanistan n'est pas satisfaisante, et que les négociations intra-afghanes se déroulent mal. La Chine soutient le principe dit « négociations menées par et pour les Afghans », et espère que les deux parties aux négociations resteront dans la bonne direction du règlement politique, et dégageront un terrain d'entente par-delà leurs différences à travers les dialogues et les négociations, afin de parvenir à la paix et à la réconciliation le plus tôt possible.

Les États-Unis sont une partie directement impliquée et le facteur externe le plus important de la question de l'Afghanistan. Ils ont la plus grande obligation de fournir à la communauté internationale des explications responsables sur l'actuelle situation en Afghanistan. J'ai remarqué que des voix se sont récemment élevées pour dénoncer l'égoïsme des politiques américaines sur l'Afghanistan qui servent l'agenda politique interne des États-Unis. La partie américaine doit traiter de manière responsable les questions liées à l'Afghanistan, et jouer effectivement un rôle constructif dans la promotion de la paix et de la réconciliation en Afghanistan.

The Paper : Il y a quelques jours, le Département de la Justice des États-Unis a poursuivi et arrêté des personnes soupçonnées d'être agents illégaux chinois participant à l'opération « Chasse aux renards » aux États-Unis. Vous avez répondu hier à une question à ce sujet. Y a-t-il de nouveaux progrès là-dessus ? Pourriez-vous fournir plus d'informations ?

Wang Wenbin : J'ai déjà élucidé hier la position de la Chine sur la question concernée, et je voudrais vous présenter plus de faits aujourd'hui. Il est un consensus de la communauté internationale de lutter conjointement contre les crimes transnationaux dont la corruption, et de refuser de fournir des « refuges paradisiaques » aux suspects et aux fonds illégaux. La poursuite des fugitifs et la récupération des fonds détournés à l'échelle internationale constituent une juste cause qui permet de sauvegarder et de promouvoir la gouvernance en vertu de la loi. Ces dernières années, nous avons coopéré avec plus de 120 pays et régions pour rapatrier les suspects fugitifs. Au cours de la coopération, nous avons strictement observé le droit international et les pratiques internationales en matière de justice et d'application de la loi, et pleinement respecté la souveraineté judiciaire des autres pays pour mener la coopération là-dessus, tout en protégeant les droits et intérêts légitimes des suspects selon la loi, ce qui a remporté un large soutien et une pleine reconnaissance.

Autant que je sache, les personnes en question récemment arrêtées par les États-Unis ne sont pas des agents d'application de la loi de la Chine, et les accusations concernées ne sont que des rumeurs et des calomnies.

Les États-Unis sont le pays qui compte le plus grand nombre des fugitifs chinois suspects de corruption et de crime économique. Cependant, ces dernières années, les États-Unis ont toujours traité passivement les demandes de coopération de la Chine en matière de poursuite des fugitifs. Certains services d'application de la loi aux États-Unis ont même ouvertement encouragé des suspects fugitifs chinois et leur ont donné asile, et ont empêché à plusieurs reprises des fugitifs de retourner en Chine de leur plein gré pour se livrer à la justice chinoise. Les agissements des États-Unis sont complètement opposés à la justice et à la gouvernance en vertu de la loi, violent l'esprit de la Convention des Nations Unies contre la corruption et de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, et vont à l'encontre des engagements publics pris par les États-Unis dans les enceintes internationales. Nous exhortons les États-Unis à arrêter de diffamer sans fondement les efforts de la Chine visant à rapatrier les fugitifs et les fonds corrompus, à remplir sérieusement leurs obligations et engagements internationaux, et à cesser de convoiter l'argent noir des suspects, afin de ne pas devenir un « refuge paradisiaque » pour les suspects et les fonds illégaux.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer