Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Actualité
Interview écrite conjointe accordée par le Président Xi Jinping à la presse indonésienne et malaisienne
2013/10/08
 

Le 2 octobre, le président chinois Xi Jinping a accordé une interview écrite à des médias indonésiens et malaisiens concernant les relations bilatérales, la 21e réunion des dirigeants de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (APEC), les perspectives de développement économique de la région Asie-Pacifique, la situation économique de la Chine et les relations entre la Chine et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN), en amont de ses visites d'Etat dans ces deux pays et de sa participation à la réunion des dirigeants de l'APEC.

Et voici le texte intégral :

I. Nous constatons que l'Indonésie sera la première étape du premier voyage que vous effectuerez en Asie du Sud-Est en tant que Président chinois. Qu'attendez-vous de cette visite ? Les équipes nationales de football chinoise et indonésienne s'affronteront à Jakarta vers la mi-octobre dans un match de qualification pour la Coupe d'Asie des nations 2015. On dit que vous êtes un fan de football, quels sont vos pronostics sur le résultat de ce match ?

L'Indonésie est un beau pays réputé comme la « jadéite sur l'équateur ». Les chansons folkloriques indonésiennes telles que Ayo Mama et Sing Sing So sont très populaires en Chine. J'ai été en visite en Indonésie il y a 20 ans, et j'ai été très impressionné par le développement de ce pays, un des « quatre petits tigres asiatiques » d'alors.

Depuis la fin du 20e siècle, ayant surmonté successivement les impacts de la crise financière asiatique et de la crise économique et financière internationale, l'Indonésie est devenue une économie émergente remarquable avec la stabilité politique, le développement économique, le progrès social et l'entente nationale.

Depuis l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et l'Indonésie il y a 63 ans, les relations sino-indonésiennes ont fait un parcours hors du commun. Depuis le début du 21e siècle, notamment depuis l'instauration du partenariat stratégique entre les deux pays en 2005, le dialogue et la coopération sino-indonésiens dans les différents domaines sont entrés dans une nouvelle période de développement, celle d'un développement global et accéléré. De 2005 à 2012, des mécanismes de coopération bilatéraux ont été établis aux différents niveaux et dans divers domaines entre les deux pays, comme le dialogue au rang de vice-premier ministre, les consultations sur la défense et la coopération maritime. Pendant la même période, le volume du commerce bilatéral a été quadruplé pour atteindre 66,2 milliards de dollars américains, les investissements directs chinois en Indonésie ont été multipliés par dix pour s'élever à 2 milliards de dollars, et 1,33 million de personnes se sont déplacées entre les deux côtés en 2012, soit trois fois plus important qu'en 2005. En travaillant en étroite coopération dans les affaires régionales et internationales, la Chine et l'Indonésie ont défendu énergiquement les intérêts communs des nombreux pays en développement.

La Chine et l'Indonésie sont toutes les deux grands pays en développement dans la région. Qu'elles engagent une coopération stratégique revêt une grande importance avec de vastes perspectives. Ma présente visite d'État en Indonésie s'inscrit non seulement dans la pérennisation de nos relations d'amitié, mais vise également à planifier notre coopération. J'attends de procéder à des échanges de vues approfondis avec le Président Susilo Bambang Yudhoyono sur la promotion de l'amitié et de la coopération entre nos deux pays dans tous les domaines en vue de faire accéder nos relations bilatérales à un niveau plus élevé.

Le football est un sport d'équipe privilégiant la coordination. Le talent individuel est certes très important, mais c'est la coopération entre les membres de l'équipe qui est déterminante pour le résultat du match. Voilà une des raisons pour lesquelles le football me passionne. En plus, le charme du football réside également dans son caractère imprévisible, au niveau tant de l'évolution de la situation sur le terrain que de l'issue du match. J'espère que les équipes nationales de Chine et d'Indonésie nous offriront une compétition formidable, amicale et magnifique, et qu'elles pourront, dans un proche avenir, se qualifier toutes les deux pour la phase finale de la Coupe du monde.

II. Cette année marque le renouvellement du gouvernement en Chine comme en Malaisie. Comment voyez-vous les relations sino-malaisiennes d'aujourd'hui ? Qu'attendez-vous du développement futur des relations entre les deux pays ?

Ces dernières années, les relations sino-malaisiennes ont connu un essor considérable pour s'engager d'ores et déjà dans la voie d'un développement global, stable et pragmatique. La Chine est, depuis quatre ans consécutifs, le premier partenaire commercial de la Malaisie, et cette dernière, depuis cinq ans consécutifs, le premier partenaire commercial de la Chine au sein de l'ASEAN. En 2012, le volume du commerce bilatéral sino-malaisien a battu un record historique pour atteindre 94,8 milliards de dollars américains, ainsi, la Malaisie pourrait très probablement devenir, après le Japon et la République de Corée, le troisième pays asiatique à franchir le cap des 100 milliards de dollars dans son commerce bilatéral avec la Chine. L'ouverture du parc industriel Chine-Malaisie à Qinzhou et du parc industriel Malaisie-Chine à Kuantan constitue une grande première dans la construction croisée des parcs industriels du niveau national entre la Chine et les pays de l'ASEAN. Le développement rapide de la coopération financière sino-malaisienne, et surtout la signature d'un accord bilatéral de swap de devises d'un montant de 180 milliards de yuans RMB ont donné une forte garantie à la coopération économique et commerciale entre les deux pays. Avec l'intensification continue de leurs échanges socio-culturels, la Chine et la Malaisie ont échangé plus de 2 millions de personnes par an depuis trois ans consécutifs, et plus de 15 000 étudiants au total. La coopération sino-malaisienne s'est avérée mutuellement avantageuse et gagnant-gagnant.

À l'heure actuelle, la Chine et la Malaisie œuvrent l'une comme l'autre à l'amélioration du bien-être social et au développement national. Nous entendons travailler la main dans la main avec la Malaisie pour créer ensemble un bel avenir. J'attends de procéder à des échanges approfondis avec les dirigeants malaisiens sur la promotion de notre coopération tous azimuts afin de construire un cadre stable pour le développement sain et durable de nos relations bilatérales. Je suis persuadé qu'avec les efforts conjugués de part et d'autre, la coopération stratégique sino-malaisienne accèdera sans cesse à de nouveaux paliers pour le plus grand bénéfice des deux peuples.

III. La 21e Réunion des Dirigeants des Entités économiques de l'APEC aura lieu les 7 et 8 octobre à Bali, en Indonésie. Qu'attendez-vous de cette réunion ? La Chine accueillira à son tour la réunion de l'APEC l'année prochaine, pourriez-vous nous dire brièvement ce que votre pays envisage de faire pour l'organisation de cet événement ?

Aujourd'hui, l'économie mondiale entre dans une phase de profond réajustement dans laquelle les régions du monde font face, sans exception, à des opportunités et défis dans leur développement. L'Asie-Pacifique, qui joue un rôle moteur dans la reprise de l'économie mondiale, demeure la région la plus dynamique et la plus prometteuse du monde. L'APEC, organisation de coopération économique du plus haut niveau, couvrant le plus de domaines et la plus influente en Asie-Pacifique, joue un rôle majeur dans la promotion des échanges et coopérations et de l'intégration économique dans la région.

Nous espérons que la 21e Réunion des Dirigeants des Entités économiques de l'APEC à Bali sera axée sur la promotion du rôle moteur de l'Asie-Pacifique dans la reprise économique mondiale, et réalisera trois objectifs : D'abord, raffermir la confiance de la communauté internationale dans le développement de l'Asie-Pacifique ; Ensuite, faire valoir le rôle pilote et coordinateur de l'APEC pour élever la position de cette dernière ; Enfin, faire aboutir la réunion à des résultats positifs et pragmatiques dans le soutien aux mécanismes de commerce multilatéral, la coordination des arrangements régionaux de libre-échange, et la promotion de l'interconnectivité et de la construction d'infrastructures en Asie-Pacifique.

La Chine accueillira l'année prochaine la 22e Réunion des Dirigeants des Entités économiques de l'APEC. Nous espérons saisir cette occasion pour travailler dans les domaines suivants : pousser les différentes économies de l'Asie-Pacifique à établir des partenariats plus étroits dans un esprit d'ouverture, d'inclusivité, de bénéfices réciproques et de gagnant-gagnant, encourager l'APEC à jouer un plus grand rôle pilote, promouvoir l'intégration régionale et élaborer un plan de développement régional de long terme en vue de la coopération gagnant-gagnant ; renforcer la coordination des politiques macroéconomiques entre les membres de l'APEC, multiplier les communications et échanges d'informations sur les arrangements de libre-échange régional, et promouvoir l'intégration économique régionale de manière coordonnée ; favoriser la transition et la croissance, renforcer le développement innovant, soutenir la croissance par la transformation et promouvoir la transformation par la croissance, afin d'injecter davantage de dynamique et de vitalité au développement de l'Asie-Pacifique ; continuer à promouvoir énergiquement la construction d'infrastructures et l'interconnectivité sur tous les plans, nous attaquer aux problèmes aigus, renforcer la coopération régionale et sous-régionale par l'interconnectivité, et créer un échiquier économique qui s'inscrit dans l'intégration régionale.

La Chine est prête à intensifier ses consultations avec les différentes parties pour assurer la réussite des réunions de l'APEC de cette année et de l'année prochaine afin de contribuer davantage au développement et à la prospérité de l'Asie-Pacifique.

IV. Récemment, les marchés financiers de certaines économies émergentes de l'Asie-Pacifique connaissent des fluctuations et les incertitudes pesant sur leur croissance économique se multiplient. Dans le même temps, la croissance chinoise se ralentit. La communauté internationale s'inquiète davantage des perspectives économiques de l'Asie-Pacifique et du ralentissement de l'économie chinoise. Comment voyez-vous ces questions ?

Récemment, les marchés financiers de certaines économies émergentes de l'Asie-Pacifique connaissent des fluctuations, ceci est essentiellement dû à des facteurs extérieurs qui influencent les prévisions du marché et provoquent la fuite des capitaux internationaux. Nous appelons les principales économies développées à adopter des politiques macroéconomiques responsables et à éviter des effets de débordement négatifs. En même temps, les économies émergentes doivent accroître leur sens de prévention des risques et leur capacité à se protéger contre les risques. Il est à souligner que l'aspiration commune de l'Asie-Pacifique à la paix, à la stabilité et au développement reste inchangée, que la tendance historique de la montée de l'Asie-Pacifique sur l'échiquier politique et économique mondial demeure inchangée, et que la dynamique et la potentialité de la croissance économique soutenue de l'Asie-Pacifique restent inchangées.

Nous avons toutes les raisons de croire que l'Asie-Pacifique aura un avenir radieux. Les membres de l'APEC doivent travailler à ce que l'Asie-Pacifique continue de jouer un rôle moteur dans la reprise générale et le développement sain de l'économie mondiale.

Durant le premier semestre de cette année, l'économie chinoise a affiché une croissance de 7,6% par rapport à la même période de l'année dernière, soit un rythme légèrement moins rapide qu'avant. C'est le résultat de nos initiatives de régulation. Nous sommes déterminés à stabiliser la croissance, à restructurer l'économie et à promouvoir la réforme. Désormais, le PIB ne sera plus le seul critère de jugement, et nous nous concentrons davantage sur la qualité et sur le rendement de la croissance économique. Ce que visent la restructuration et la transformation que nous entamons aujourd'hui, c'est une croissance plus durable, plus saine et de meilleure qualité de demain.

Par rapport aux autres pays ou régions, la croissance de l'économie chinoise n'est pas lente, elle reste au premier rang parmi les pays d'Asie-Pacifique, voire dans le monde. La Chine a toute la confiance pour réaliser un développement économique sain et soutenu. Et un tel développement de l'économie chinoise injectera de nouvelles vitalités à la reprise de l'économie mondiale et contribuera davantage au développement partagé et à la prospérité commune en Asie-Pacifique.

V. Actuellement, le processus de l'intégration économique en Asie-Pacifique se développe en profondeur avec l'apparition de nombreux accords de libre-échange régionaux comme le Trans-Pacific partnership (TPP) et le Regional comprehensive economic partnership (RCEP). Comment voyez-vous cette intégration économique en Asie-Pacifique ? Et quel pourrait être le rôle de l'APEC ?

Ouvrant de belles perspectives d'une économie régionale hautement intégrée et d'une coopération approfondie en Asie-Pacifique, l'intégration économique de cette région constitue une mission commune de tous les membres de l'APEC et un objectif ambitieux pour le développement futur de l'Asie-Pacifique.

Aujourd'hui, différents arrangements de libre-échange ne cessent de voir le jour en Asie-Pacifique, ce qui est un progrès encourageant pour le développement en profondeur de l'intégration régionale. Il nous faut travailler à élargir l'ouverture du marché et à approfondir l'intégration de l'économie régionale par le développement des arrangements de libre-échange régionaux.

« L'océan est vaste parce qu'il ne refuse aucune eau, et l'envergure d'esprit tient à l'inclusivité et à l'ouverture ». La Chine soutient toujours activement le processus de l'intégration économique en Asie-Pacifique, y participe avec enthousiasme, et adopte une attitude ouverte à tous les mécanismes et arrangements qui puissent contribuer au processus de l'intégration régionale en Asie-Pacifique. Dans le même temps, nous estimons que les différentes parties doivent respecter les principes d'ouverture, d'inclusivité et de transparence dans la construction des zones de libre-échange, et surtout faire preuve de flexibilité vis-à-vis des entités économiques aux différents niveaux de développement pour leur permettre d'avoir plus de choix sur le chemin de l'intégration.

Mécanisme de coopération économique le plus influent, du plus haut niveau et couvrant le plus de domaines en Asie-Pacifique, l'APEC doit jouer un rôle de pilotage et de coordination pour promouvoir les échanges d'informations entre les différents arrangements de libre-échange, accroître leur transparence et élever leur niveau d'ouverture de sorte qu'ils s'inspirent, se renforcent mutuellement et forment ainsi une situation d'intégration et de complémentarité pour créer des conditions favorables à la réalisation finale de l'objectif de l'intégration économique en Asie-Pacifique.

VI. Cette année marque le 10e anniversaire de l'établissement du partenariat stratégique Chine-ASEAN. Les relations entre la Chine et l'ASEAN ont enregistré des progrès considérables depuis dix ans. L'évolution du développement futur des relations Chine-ASEAN, y compris le traitement de la question de la Mer de Chine méridionale, suscite un grand intérêt. Comment envisagez-vous les perspectives des relations Chine-ASEAN pour les dix prochaines années ?

Liés par les mêmes eaux et montagnes et issus des mêmes origines, la Chine et les pays de l'ASEAN forment une grande famille, et leurs échanges amicaux remontent loin dans l'histoire. Cette année marque le 10e anniversaire de l'instauration du partenariat stratégique Chine-ASEAN. Un regard rétrospectif sur cette décennie nous permet de constater que le respect mutuel, le traitement d'égal à égal, le bon voisinage, l'amitié et le gagnant-gagnant constituent le fil conducteur du développement des relations Chine-ASEAN. Ces relations qui transcendent le cadre bilatéral revêtent désormais une importance régionale, voire mondiale, et constituent la pierre angulaire de la prospérité et de la stabilité de l'Asie de l'Est.

Fidèle au principe diplomatique de bon voisinage et de partenariat, la Chine s'efforcera de mieux faire bénéficier ses voisins de son développement. Nous ferons toujours de l'ASEAN la priorité de notre diplomatie de voisinage, et travaillerons inébranlablement à approfondir le partenariat stratégique Chine-ASEAN et à agir en solidarité avec l'ASEAN pour préserver la paix et la stabilité dans la région, y compris en Mer de Chine méridionale. Concernant des différends et problèmes qui existent entre États, la Chine préconise depuis toujours un règlement adéquat à travers le dialogue et les consultations amicales, et elle y travaillera inlassablement. La Chine soutiendra, comme par le passé, le développement de l'ASEAN, sa construction communautaire et sa prédominance dans la coopération en Asie de l'Est.

En tant que pays émergents en Asie, la Chine et les pays de l'ASEAN forment une communauté de destin et représentent l'espoir d'une croissance soutenue à l'échelle régionale, voire mondiale. Toutes les deux économies en développement, la Chine et l'ASEAN ont pour la même tâche primordiale le développement économique et l'amélioration du bien-être de la population. La coopération entre la Chine et l'ASEAN non seulement offrira de larges espaces et de nombreuses opportunités commerciales pour le développement de chaque pays, mais aussi apportera une plus grande contribution à la prospérité et à la stabilité du monde.

Les relations Chine-ASEAN possèdent un énorme potentiel de développement et un immense espace d'exploration. Pour la prochaine période, il importe aux deux parties de mener à bien leur travail dans les domaines suivants : Premièrement, maintenir les échanges de haut niveau et renforcer les consultations stratégiques pour raffermir sans cesse la confiance mutuelle. Deuxièmement, élever le niveau du libre-échange Chine-ASEAN, ouvrir davantage les marchés de part et d'autre et promouvoir la libéralisation et la facilitation du commerce et de l'investissement. Troisièmement, promouvoir l'interconnectivité et créer une plate-forme d'investissement et de financement pour les infrastructures en Asie afin de lever le goulot d'étranglement en la matière. Quatrièmement, faire valoir le Fonds de coopération maritime Chine-ASEAN et développer une coopération maritime pragmatique. Cinquièmement, approfondir la coopération dans les domaines de la défense et de la sécurité, perfectionner le mécanisme de rencontre entre les ministres de la défense Chine-ASEAN, promouvoir activement les échanges et coopérations entre les services de sécurité et d'application des lois pour préserver ensemble la paix et la tranquillité de la région. Sixièmement, renforcer les échanges non gouvernementaux à différents échelons et surtout les échanges populaires pour renforcer la connaissance mutuelle et l'amitié et consolider la base populaire et sociale des relations de bon voisinage et d'amitié entre la Chine et l'ASEAN. Et septièmement, intensifier les consultations et la coordination dans les affaires régionales et internationales pour préserver ensemble les droits et intérêts des pays en développement et promouvoir le processus de la démocratisation des relations internationales.

VII. Les pays de l'ASEAN espèrent voir la Chine poursuivre la voie du développement pacifique et attendent que le rêve chinois se complète avec leurs rêves pour une meilleure vie et le développement national. Quel est votre avis à cet égard ?

La nation chinoise a cultivé, au cours de son histoire plusieurs fois millénaire, un concept de fraternité, de non-agression, de bienveillance à l'égard de ses voisins, de primauté de la paix et d'harmonie dans la différence. Poursuivant le principe diplomatique de bon voisinage et de partenariat vis-à-vis de ses voisins, la Chine a apporté une contribution importante à la prospérité et à la stabilité de l'Asie. Avec un développement continu de la mondialisation et de l'intégration économique régionale, l'Asie s'affirme d'ores et déjà comme un moteur majeur de la croissance mondiale. Maintenir la stabilité et le développement de l'Asie correspond aux intérêts de tous les pays asiatiques dont la Chine, qui voit désormais son destin étroitement lié à ceux de tous les autres pays asiatiques.

Aujourd'hui, le peuple chinois travaille d'arrache-pied pour réaliser le rêve chinois, celui du grand renouveau de la nation chinoise. Nous nous sommes fixé les objectifs de parachever la construction sur tous les plans d'une société de moyenne aisance au centenaire de la création du Parti communiste chinois, et de faire de la Chine un pays socialiste moderne, prospère, harmonieux, plus démocratique et hautement civilisé d'ici le centenaire de la fondation de la République populaire de Chine. Pour réaliser ces objectifs, la Chine a besoin d'un environnement régional pacifique et stable.

La voie du développement pacifique est un choix logique fait par la nation chinoise en partant de ses intérêts fondamentaux et de long terme. La Chine restera inébranlable dans la poursuite de cette voie.

Le rêve chinois et les rêves des pays de l'ASEAN sont étroitement liés, étant tous pour le développement et le renouveau nationaux, le bien-être et le bonheur de leurs populations. Dans un esprit de solidarité et d'entraide, la Chine s'apprête à travailler la main dans la main avec les pays de l'ASEAN sur la voie de réalisation de leurs rêves pour faire valoir les atouts de chacun, explorer les potentialités de coopération et réaliser le bénéfice réciproque et le gagnant-gagnant.

 



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer