Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Actualité
Non au renversement de l'histoire d'agression du Japon
2014/01/10
 

Le 26 décembre 2013, le Premier Ministre japonais Shinzo Abe, faisant fi de la ferme opposition des différentes parties, est allé ostensiblement se recueillir au Sanctuaire Yasukuni où sont honorés des criminels de guerre de classe A de la Seconde Guerre mondiale. Cet acte à l'encontre du courant de l'histoire a suscité rapidement de vives oppositions et de sévères condamnations des pays asiatiques tels que la Chine et la Corée du Sud ainsi que de la communauté internationale.

Depuis plus d'un siècle, le Sanctuaire Yasukuni demeure pour les militaristes japonais un outil spirituel et un symbole pour déclencher des guerres d'agression et réaliser la domination coloniale à l'extérieur. Aujourd'hui, le Sanctuaire Yasukuni honore 2,46 millions d'âmes perdues au cours des guerres successives menées par le Japon après la Restauration de Meiji ( dont 80% sont morts pendant la Seconde Guerre mondiale) et celles des 14 criminels de guerre de classe A et quelque millier de criminels de guerre de classe B et C, condamnés par le Tribunal Militaire International pour l'Extrême-Orient ( TMIEO). Le Santuaire abrite aussi un musée de la guerre dénommé le"Yushukan", qui prône ouvertement les idées militaristes, glorifie les guerres d'agression et escamote les crimes d'agression japonais.

Les guerres d'agression menées par les militaires japonais ont infligé des souffrances indicibles aux peuples asiatiques dont le peuple chinois, et au monde entier. Sur le territoire chinois, les envahisseurs japonais ont fait 35 millions de morts et de blessés, tout en causant 600 milliards de dollars américains de pertes directes et indirectes. Les militaristes japonais sont effectivement des " Nazis de l'Est".

Du mai 1946 au novembre 1948, le TMIEO a jugé à Tokyo les principaux criminels de guerre japonais de la Seconde Guerre mondiale et les a châtiés sévèrement au nom de la justice internationale. Le Procès de Tokyo, tout comme le Procès de Nuremberg, constitue une partie importante de la base politique de l'ordre international d'après-guerre.

Cependant, le Premier Ministre Shinzo Abe et certains politiciens japonais de haut niveau persistent à rendre visite au Sanctuaire Yasukuni. La visite du Sanctuaire s'avère un hommage aux fascistes et reflète quelques tendances dangereuses du Japon: Premièrement, refuser de voir correctement les atrocités du militaristes japonais commis sur tous les peuples concernés, y compris le peuple japonais, et de s'en repentir profondément. Deuxièmement, chercher à renverser le verdict du Procès de Tokyo, en avançant des arguments absurdes tels que "la non-définition de l'invasion", "la non-culpabilité de l'invasion", "l'illégalité du TMIEO", "la non-responsabilité des criminels de guerre"et "la justification de la visite au Sanctuaire Yasukuni",etc., afin de nier les faits d'agression et les responsabilités de guerre. Troisièmement, chercher à défier l'acquis de la victoire de la Seconde Guerre mondiale et l'ordre international d'après-guerre, dans le but de renverser l'histoire d'agression du Japon. Quatrièmement, révéler la nature de droitiste qui vise à créer des conditions favorables pour la modification de la constitution pacifique japonaise et à renoncer à la voie pacifique, espérant à ressusciter le militarisme.

69 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Shinzo Abe, petit-fils de Kishi Nobusuke qui a été suspect de crime de guerre, non seulement refuse-t-il de voir et de traiter correctement les crimes du passé, mais déclare même que ses "gênes politiques proviennent le plus de Kishi Nobusuke", et effectue arrogamment une visite au Sanctuaire Yasukuni pour "vénérer"les criminels de guerre qui ont déclenché les guerres d'agression. Ce qui heurte gravement le sentiment du peuple chinois ainsi que d'autres peuples victimes des guerres, et pourrait pousser encore une fois le Japon sur une voie dangereuse.

La victoire de la guerre mondiale antifasciste et l'ordre international d'après-guerre sont obtenus au prix de la vie et du sang du peuple chinois et des autres peuples du monde. Nous ne pouvons jamais permettre au Japon de renverser le verdict sur son passé d'agression. Tous les peuples du monde qui aiment la paix doivent demeurer vigilants et s'opposer fermement à l'acte de Shinzo Abe de visiter le Sanctuaire Yasukuni.

 

WANG Yingwu, Ambassadeur de Chine en RDC

 



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer