Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Actualité
ŒUVRONS POUR PORTER LE NOUVEAU PARTENARIAT STRATÉGIQUE SINO-AFRICAIN À UN NOUVEAU PALIER

Par M. Yang Jiechi, Ministre chinois des Affaires étrangères

Les 19 et 20 juillet, la 5e Conférence ministérielle du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) se tiendra à Beijing. Ce sera un nouvel événement majeur dans les relations d'amitié et de coopération entre la Chine et l'Afrique.

Depuis sa création en 2000, le FCSA est devenu un mécanisme important de dialogue collectif et de coopération pragmatique entre la Chine et l'Afrique dans la nouvelle période, et a contribué énergiquement au développement global de la coopération sino-africaine sur des échelles plus vastes, dans des domaines plus larges et à des niveaux plus élevés. Surtout le Sommet de Beijing et la 3e Conférence ministérielle du FCSA de 2006 ont mis en place le nouveau partenariat stratégique sino-africain caractérisé par l'égalité et la confiance mutuelle sur le plan politique, la coopération gagnant-gagnant sur le plan économique et les échanges et l'inspiration réciproque sur le plan culturel, posant un jalon important dans les annales des relations sino-africaines.

La présente Conférence est la première conférence ministérielle du FCSA de la 2e décennie du 21e siècle. Des dirigeants chinois et africains assisteront à la cérémonie d'ouverture de la Conférence et les Ministres chargés des affaires étrangères et de la coopération économique de la Chine et de 50 pays africains ainsi que le Président de la Commission de l'Union africaine (UA) participeront à la Conférence. Ayant comme thème « Consolider les acquis et ouvrir de nouvelles perspectives pour le nouveau partenariat stratégique sino-africain », celle-ci sera l'occasion d'évaluer sur tous les plans la mise en œuvre des résultats de la 4e Conférence ministérielle du FCSA de 2009 en Égypte et de planifier le développement des relations sino-africaines pour les trois ans à venir.

Au cours des trois dernières années, les relations entre la Chine et l'Afrique ont poursuivi un développement rapide et obtenu des résultats fructueux :

La confiance mutuelle sur le plan politique n'a cessé de se renforcer. Les visites de haut niveau entre la Chine et l'Afrique se sont intensifiées davantage, tandis que les échanges et le dialogue dans les différents domaines et à tous les nivaux ont gagné en profondeur. Le Président Hu Jintao et d'autres dirigeants du PCC et de l'État ont effectué plusieurs visites en Afrique. Les relations de la Chine avec les pays africains amis, l'UA et les autres organisations régionales se sont développées sur tous les plans. La Chine soutient fermement les efforts d'union et de développement de l'Afrique ainsi que son processus d'intégration. Le Complexe de Conférences et de Bureaux de l'UA, construit avec l'aide de la Chine et dont les travaux se sont achevés dans d'heureuses conditions, a été hautement apprécié par la partie africaine et est devenu le nouveau symbole de l'amitié sino-africaine de notre époque. La Chine a participé activement aux affaires de paix et de sécurité de l'Afrique et soutient les pays africains dans leurs efforts de défendre l'indépendance nationale, l'intégrité territoriale et la souveraineté d'État, de choisir librement leurs voies de développement et de régler de manière autonome les questions de l'Afrique. De leur côté, les pays africains ont continué à accorder leur ferme soutien à la Chine sur les questions touchant à ses intérêts vitaux et majeurs.

La coopération pragmatique a donné des résultats remarquables. En tant que pays en développement, la Chine est sensible aux difficultés rencontrées par les pays africains dans la crise financière internationale. Bien que confrontée elle aussi à de multiples difficultés, elle a mis en œuvre consciencieusement les différentes actions de suivi de la 4e Conférence ministérielle du FCSA. Les mesures prévues telles que l'augmentation des aides, l'octroi de prêts préférentiels, l'annulation de dettes, l'exemption de droits de douane, la mise en place des crédits spéciaux pour les PME africaines, la construction d'écoles, d'hôpitaux et de centres pilotes de technologies agricoles et l'envoi d'agronomes ont été intégralement mises en œuvre. En 2011, le commerce sino-africain a atteint le chiffre record de 166,3 milliards de dollars américains, faisant de la Chine le premier partenaire commercial de l'Afrique pour la 3e année consécutive. Les investissements directs chinois en Afrique ont atteint 14,7 milliards de dollars américains au total et plus de 2 000 entreprises, toutes catégories confondues, se sont installées en Afrique.

Les échanges socio-culturels ont connu un développement vigoureux. Ces dernières années, les échanges culturels et populaires entre la Chine et l'Afrique se sont intensifiés chaque jour davantage, tandis que leur coopération dans les domaines de l'éducation, des sciences et technologies, de la santé et du développement des ressources humaines s'est développée rapidement. Les activités telles que Focus sur les cultures chinoise et africaines, Programme d'échanges et d'études conjointes, Forum des think-tanks, Forum populaire et Forum des jeunes dirigeants Chine-Afrique ont été successivement lancées. La Chine et l'Afrique ont coopéré pour créer 29 instituts ou classes Confucius dans plus de 20 pays africains. Actuellement, le gouvernement chinois accorde chaque année plus de 5 000 bourses d'études aux pays africains et forme plus de 6 000 personnes pour l'Afrique dans différentes disciplines.

La coopération dans les affaires internationales s'est intensifiée chaque jour davantage. La Chine soutient fermement un rôle accru des pays africains dans les affaires internationales. Elle est pour l'augmentation en priorité de la représentation et du droit à la parole des pays africains dans les institutions internationales comme l'ONU, elle est favorable à leur participation aux affaires multilatérales notamment dans le cadre du G20, et elle soutient activement l'adhésion de l'Afrique du Sud au mécanisme de coopération du BRICS. La Chine appelle la communauté internationale à attacher une grande importance à la question du développement de l'Afrique, à honorer ses engagements d'aide aux pays africains, à les aider à réaliser les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et à tenir compte réellement des préoccupations africaines sur les dossiers comme les négociations du cycle de Doha de l'OMC, la réforme du système financier international et le développement durable. La Chine et l'Afrique ont mené une coopération approfondie dans la lutte internationale contre les changements climatiques pour préserver les intérêts communs des pays en développement. Leurs efforts à cet égard ont abouti à de très bons résultats.

Les faits prouvent que l'établissement et le développement du nouveau partenariat stratégique sino-africain ont contribué à valoriser pleinement les atouts respectifs de la Chine et de l'Afrique en vue de la prospérité et du progrès communs, à amener la communauté internationale à accorder une attention accrue à l'Afrique et à l'aider à accélérer la réalisation des OMD, à favoriser la coopération Sud-Sud pour renforcer le poids collectif des pays en développement dans l'échiquier politique et économique international, et à promouvoir la démocratisation des relations internationales et l'avènement d'un ordre international plus juste et d'un monde harmonieux de paix durable et de prospérité commune.

Le monde actuel traverse de grands développements, de profondes mutations et d'importants changements. La paix, le développement et la coopération s'affirment davantage comme le courant historique de notre époque. Pourtant, de nouveaux défis se succèdent les uns aux autres : la situation économique mondiale est complexe et grave, l'instabilité persiste dans certaines régions et les inégalités de développement se posent toujours avec acuité. L'Afrique maintient dans son ensemble une situation de paix, de stabilité et de progrès, cependant, des facteurs d'instabilité et d'incertitude se multiplient. Réaliser la stabilité durable, accélérer l'autodéveloppement, faire avancer le processus d'intégration et renforcer la coopération internationale, telle est la volonté commune de tous les peuples du continent africain.

La Chineet les pays africains sont bons amis, bons partenaires et bons frères. Consolider et renforcer les relations d'amitié et de coopération avec les pays africains constituent depuis toujours une composante importante de la politique extérieure d'indépendance et de paix de la Chine. Dans le nouveau contexte, la Chine travaillera, tout comme par le passé, et de concert avec les pays africains, pour faire évoluer sans cesse le nouveau partenariat stratégique sino-africain et apporter une plus grande contribution à la paix et au développement en Afrique et dans le monde entier.

En restant fermement attachés à l'amitié sino-africaine, nous allons intensifier les échanges et dialogues politiques, renforcer le partage d'expériences en matière de gouvernance, élargir la coopération dans le domaine de la paix et de la sécurité en Afrique et dans le processus de l'intégration régionale, préserver la solidarité et la coopération des pays en développement, maintenir la concertation et la coordination dans les affaires internationales d'importance majeure et approfondir la compréhension mutuelle et le soutien réciproque afin de faire progresser sans cesse l'amitié entre la Chineet l'Afrique de génération en génération et renforcer toujours davantage leur confiance mutuelle à travers la coopération.

En restant fermement attachés à l'approfondissement de la coopération pragmatique sino-africaine, nous allons saisir les excellentes opportunités offertes par le développement accéléré de la Chine et de l'Afrique, étendre les champs, innover les modes et améliorer la qualité de la coopération sino-africaine, concilier les intérêts à court terme et à long terme et combiner l'aide extérieure et l'autodéveloppement pour orienter la coopération sino-africaine vers le renforcement de la capacité d'autodéveloppement et de développement durable de l'Afrique, afin de réaliser un gagnant-gagnant d'un niveau plus élevé.

En restant fermement attachés aux échanges culturels et humains sino-africains, nous allons accorder une place plus importante aux échanges culturels et humains dans les relations sino-africaines, créer davantage de plate-formes d'échanges et de projets phares et élargir les échanges directs et à double sens entre les organismes culturels, les médias, les organisations populaires, les chercheurs ainsi que les think-tanks des deux parties afin de créer une opinion publique favorable et une base populaire solide pour le développement sain et stable des relations sino-africaines.

En restant fermement attachés au bon fonctionnement du FCSA, nous allons travailler dans un esprit évolutif, entrepreneur et innovant pour perfectionner sans cesse son mécanisme, enrichir son contenu, créer davantage de projets phares et adopter des mesures de coopération qui répondent à l'exigence de notre époque et aux besoins des deux parties, pour que le FCSA soit toujours un étendard éclatant du développement des relations sino-africaines, une plate-forme efficace du renforcement des échanges et dialogues sino-africains et un moteur important de la coopération pragmatique sino-africaine.

« Mille kilomètres de distance n'empêchent pas les amis d'honorer leurs rendez-vous ». La Conférence ministérielle du FCSA qui se tient tous les trois ans est un beau rendez-vous que se donnent la   Chine et l'Afrique. C'est l'amitié qui fait venir les frères africains et qui nous réunit. Tout est maintenant prêt pour cette 5e Conférence ministérielle du FCSA très attendue tant par la Chine que par l'Afrique. Je suis convaincu que grâce aux efforts conjoints des deux parties, la Conférence sera couronnée d'un plein succès, et qu'elle portera le nouveau partenariat stratégique sino-africain à un palier encore plus élevé.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer