Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Nouvelles de la Chine
Relever les défis dans l'esprit de solidarité et promouvoir le développement la main dans la main
2015/12/06

— Remarques du Ministre des Affaires étrangères Wang Yi sur le déplacement du Président Xi Jinping pour la Conférence Paris Climat, la visite au Zimbabwe et en Afrique du Sud et le Sommet du Forum sur la Coopération sino-africaine

Du 29 novembre au 5 décembre, heure locale, le Président Xi Jinping a assisté à l'ouverture de la Conférence Paris Climat, s'est rendu en visite d'État au Zimbabwe et en Afrique du Sud et a présidé le Sommet de Johannesburg du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA). À l'issue de ce déplacement, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a présenté aux journalistes ce voyage.

Cette tournée marque le couronnement des visites à l'étranger des dirigeants chinois pour l'année 2015 dans le cadre de l'action diplomatique chinoise. La visite à Paris avait pour objectif de guider et de faire avancer les négociations internationales sur le climat, et d'apporter la sagesse et la force chinoises à la conclusion d'un accord. La nouvelle visite en Afrique était pour transmettre et faire rayonner l'amitié traditionnelle sino-africaine et pour planifier et orienter le développement des relations sino-africaines dans le nouveau contexte. En prenant en compte les conditions nationales de la Chine et sa position de grand pays en développement, nous avons fait en sorte que ce déplacement mette l'accent sur le développement équilibré, inclusif et durable de l'humanité, permette d'associer la réforme et le développement de la Chine, la lutte mondiale contre le changement climatique ainsi que le développement et le renouveau de l'Afrique, et illustre une meilleure prise en considération des situations nationale et internationale. Il s'agit d'une nouvelle action majeure pour élargir l'espace de développement de la Chine dans le monde et planifier les stratégies diplomatiques, et d'une nouvelle pratique réussie pour construire un nouveau modèle de relations internationales axé sur la coopération gagnant-gagnant et bâtir une communauté de destin de l'humanité.

Durant ces sept jours, le Président Xi Jinping a travaillé du matin au soir et visité quatre villes dans trois pays avec d'intenses activités bilatérales et multilatérales. Il s'est entretenu avec des dirigeants de plus de 50 pays et d'organisations régionales, a prononcé plusieurs discours importants, et avancé des initiatives pour promouvoir la coopération, la solidarité et le gagnant-gagnant. Ont été obtenus des résultats remarquables d'une portée profonde et durable. L'opinion publique en Chine comme à l'étranger suit de très près ce déplacement et estime qu'il a fait époque en marquant une nouvelle phase de la participation chinoise à la gouvernance mondiale du climat et l'ouverture d'un nouveau chapitre dans l'amitié et la coopération sino-africaines.

I. Orienter les négociations sur le changement climatique pour former une nouvelle dynamique

La Conférence Paris Climat constitue une étape clé du processus de gouvernance mondiale du climat et est très suivie et attendue. Ensemble avec les dirigeants d'autres pays et les responsables d'organisations internationales, le Président Xi Jinping a participé à l'ouverture de la conférence, ce qui démontre la grande importance qu'accorde la Chine à la lutte contre le changement climatique ainsi que sa détermination à insuffler une impulsion politique au processus de négociations. Lors de cette conférence, le Président Xi Jinping a avancé d'importantes propositions et eu d'étroites communications et concertation avec les autres participants, montrant l'image d'un grand pays responsable, engagé et constructif et apportant ainsi une contribution irremplaçable à la réussite de la conférence.

Des solutions ont été proposées pour la conclusion d'un accord à Paris. La COP21 a pour objectif de renforcer l'application de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et de parvenir à un accord global, équilibré, ambitieux et contraignant. En tant que dirigeant du plus grand pays en développement, le Président Xi Jinping a, avec une vision globale et de long terme, indiqué que l'accord de Paris devrait permettre de renforcer les actions internationales contre le changement climatique après 2020 et de promouvoir dans le même temps la réalisation du développement durable dans de meilleures conditions dans le monde. Il a souligné que cet accord devrait favoriser la réalisation des objectifs définis dans la CCNUCC et la transition vers le développement vert, promouvoir la mise en commun des efforts et une vaste mobilisation à l'échelle mondiale, conduire à l'accroissement des investissements et au renforcement des garanties pour les actions, et adopter une approche pragmatique et efficace en prenant en compte les conditions spécifiques des différents pays. Ces propositions sont basées sur le présent tout en se tournant vers l'avenir et fidèles aux principes tout en reflétant la flexibilité, et représentent les revendications communes des pays en développement tout en tenant compte des positions des différentes parties. Elles ont reçu un large soutien et une vaste adhésion.

Un consensus a été dégagé pour faire avancer le processus de négociations. Depuis le début de cette année, la Chine a publié successivement des déclarations conjointes sur le climat avec les États-Unis, la France, le Brésil, l'Inde et l'Union européenne, jetant ainsi une bonne base à la Conférence Paris Climat. En marge de laaire avancer le processus desconsidération des situationsmarge de lam conférence, le Président Xi Jinping a respectivement rencontré le Président français François Hollande, le Président américain Barack Obama, le Président russe Vladimir Poutine et la Présidente brésilienne Dilma Rousseff, permettant de promouvoir parallèlement les relations bilatérales et les négociations climatiques. Menant activement la diplomatie de la navette, le Président Xi Jinping a eu des concertations sincères et pragmatiques avec les autres dirigeants, et guidé les différentes parties pour envisager l'intérêt général, raffermir la confiance et travailler dans le même sens, réunissant ainsi le plus large consensus possible. Quant aux questions de préoccupation pour les différentes parties telles que la réduction des émissions, l'adaptation, le financement et les technologies, le Président Xi Jinping a souligné que le principe fondamental des responsabilités communes mais différenciées restait toujours valable, qu'il fallait promouvoir la coopération gagnant-gagnant et donner le meilleur de soi-même pour relever ensemble les défis, et que les pays développés devaient notamment s'acquitter effectivement de leurs obligations de financement et de transfert technologique envers les pays en développement. Les propositions du Président Xi Jinping ont permis de consolider le fondement de la coopération internationale contre le changement climatique.

Une nouvelle impulsion a été insufflée à la coopération Sud-Sud sur le climat. Depuis des années, la Chine participe activement à la coopération internationale contre le changement climatique. Après avoir annoncé en septembre dernier la création par la Chine d'un fonds de coopération Sud-Sud sur le changement climatique, le Président Xi Jinping a déclaré à la COP21 que l'année prochaine, la Chine développerait dans les autres pays en développement dix zones pilotes bas carbone, 100 projets d'atténuation et d'adaptation au changement climatique et des projets de coopération pour former 1 000 personnes dans la lutte contre le changement climatique. La Chine continuera à promouvoir la coopération internationale en matière d'énergies propres, de prévention et de lutte contre les catastrophes naturelles, de protection des écosystèmes, d'agriculture résiliente au climat et de ville intelligente bas carbone, et à aider les autres pays en développement à renforcer leurs capacités de financement. Comme le dit un adage chinois, « Mieux vaut agir que discourir ». Par des actions concrètes, la Chine soutient le renforcement des capacités des autres pays en développement pour lutter contre le changement climatique et montre ainsi au monde le style de la diplomatie chinoise qui veille à joindre l'action à la pensée et à adopter des approches pragmatiques.

Un rôle pionnier a été joué pour l'économie d'énergie et la réduction des émissions dans le monde. Le Président Xi Jinping souligne à maintes reprises que la lutte contre le changement climatique est une exigence inhérente au développement durable de la Chine et une obligation internationale qui incombe à un grand pays responsable. La Chine s'efforce de lutter contre le changement climatique pour ses propres intérêts, mais non pas parce que les autres le lui demandent. Le Président Xi Jinping a présenté le concept du développement innovant, coordonné, vert, ouvert et partagé de la Chine et les politiques qu'elle avait adoptées dans ce sens, indiqué que la Chine avait intégré la lutte contre le changement climatique dans son programme de développement socio-économique de moyen et long terme, et affirmé la confiance et la détermination de réaliser les objectifs d'action sur le climat d'ici 2030 fixés dans les « contributions nationales », permettant de démontrer à la communauté internationale la sincérité de la Chine d'accomplir pleinement ses obligations et d'apporter davantage de contribution. Les différentes parties partagent le constat que le concept du développement vert de la Chine est à l'avant-garde de notre époque et que ses objectifs d'économie d'énergie et de réduction des émissions sont ambitieux, ce qui fait souffler « un vent frais » à la lutte mondiale contre les gaz à effet de serre.

Grâce aux efforts conjugués du Président Xi Jinping et des autres parties, la Conférence Paris Climat a réalisé un bon démarrage, marqué par une ambiance positive et pragmatique pour les négociations et une plus grande convergence de vues sur un large éventail de sujets, ce qui a créé des conditions favorables à la clôture avec succès de la COP21 et à l'aboutissement global et équilibré.

II. Ouvrir une nouvelle ère du développement global de la coopération sino-africaine

Le Sommet de Johannesburg s'est tenu à l'occasion du 15e anniversaire de la création du FCSA. Premier sommet Chine-Afrique organisé sur le continent africain, il a posé un jalon dans l'histoire de la coopération sino-africaine. Le Président Xi Jinping et le Président Jacob Zuma ont présidé ensemble ce sommet réunissant les dirigeants des pays et organisations régionales d'Afrique pour évoquer l'amitié et planifier le développement des relations sino-africaines, ouvrant ainsi une nouvelle ère de la coopération gagnant-gagnant et du développement commun entre la Chine et l'Afrique.

Le sommet a été un chœur pour chanter l'amitié et la solidarité sino-africaines. La coopération solidaire avec les pays africains constitue depuis toujours une base importante de la politique étrangère de la Chine et un choix stratégique ferme et de long terme de la Chine. Comme l'a souligné le Président Xi Jinping, quelles que soient les mutations du paysage international, la Chine et l'Afrique seront toujours liées par une fraternité basée sur l'égalité, la confiance réciproque et le soutien mutuel ; quelle que soit la conjoncture économique, la coopération gagnant-gagnant et le développement partagé resteront toujours le principe fondamental régissant les relations Chine-Afrique ; quelles que soient les évolutions de la société, la Chine et l'Afrique feront toujours preuve de compréhension et de coopération pour le progrès partagé ; quels que soient les défis et menaces, la Chine et l'Afrique seront toujours déterminées à partager heur et malheur. Cette déclaration solennelle sur le renforcement de l'amitié et de la coopération sino-africaines dans la nouvelle époque illustre notre plus grande détermination et sincérité pour développer nos relations avec l'Afrique et a reçu un écho chaleureux de la partie africaine. Beaucoup de dirigeants africains affirment que la Chine est une force œuvrant à la paix et au développement dans le monde d'aujourd'hui, et que le développement économique et militaire de la Chine n'est pas pour montrer ses muscles, mais pour aider les vulnérables, il n'est pas pour la guerre, mais pour la paix. Selon eux, la Chine n'a jamais colonisé l'Afrique, mais a contribué à la renaissance de ce continent. Elle était un camarade de lutte pour l'indépendance nationale et le mouvement de libération de l'Afrique, et elle est le partenaire le plus fiable et le plus sincère de l'Afrique dans son processus de développement. Les pays africains entendent avancer la main dans la main avec la Chine pour réaliser ensemble le rêve du renouveau national.

Les relations sino-africaines ont été portées à un niveau élevé. Les dirigeants chinois et africains ont été unanimes à décider de porter le partenariat stratégique sino-africain de type nouveau au niveau du partenariat de coopération stratégique global. Cette décision illustre une fois encore l'importance des relations sino-africaines. C'est un résultat naturel de l'élargissement de la coopération tous azimuts et un nouvel essor dans la définition des relations sino-africaines, permettant d'ouvrir de larges perspectives pour la coopération mutuellement bénéfique entre les deux parties dans de plus grandes dimensions, à des niveaux plus élevés et dans de plus larges domaines. La Chine et l'Afrique ont décidé d'œuvrer ensemble à renforcer et à consolider les « cinq piliers » que sont l'égalité et la confiance mutuelle sur le plan politique, la coopération gagnant-gagnant sur le plan économique, les échanges et l'inspiration mutuelle entre les civilisations, la solidarité et l'entraide sur le plan sécuritaire, ainsi que la coopération et la coordination dans les affaires internationales, afin de donner un appui agissant et une garantie solide au développement global des relations d'amitié et de coopération sino-africaines.

La montée en gamme de la coopération mutuellement bénéfique sino-africaine a été lancée. À l'heure actuelle, les pays africains travaillent activement à promouvoir l'industrialisation et la modernisation agricole et à réaliser le développement autonome et durable, tandis que la Chine œuvre à promouvoir l'approfondissement global de la réforme et la restructuration économique. Les deux parties, ayant besoin l'une de l'autre et possédant des atouts respectifs en matière de développement, font face à de précieuses opportunités historiques. Le Sommet de Johannesburg a été l'occasion d'avancer une série de nouvelles mesures pour associer les stratégies de développement de Chine et d'Afrique et de promouvoir sur tous les plans la montée en gamme de la coopération sino-africaine. Le Président Xi Jinping a annoncé au nom du gouvernement chinois les mesures majeures visant à développer les relations avec l'Afrique pour mettre en œuvre en priorité « dix programmes de coopération », à savoir l'industrialisation, la modernisation agricole, les infrastructures, la finance, le développement vert, la facilitation du commerce et de l'investissement, la réduction de la pauvreté et le bien-être social, la santé publique, les échanges culturels et humains ainsi que la paix et la sécurité. Ces dix domaines répondent grandement aux besoins du continent africain en matière de développement et correspondent pleinement à l'aspiration ardente des peuples africains. Promouvoir l'industrialisation, accélérer la modernisation agricole et établir le système de santé publique et de prévention d'épidémie aideront notamment à régler effectivement les trois problèmes de bien-être social auxquels l'Afrique fait face depuis de longues années, à savoir l'emploi, la nourriture et la santé. Cela contribuera à transformer rapidement le potentiel de ressources naturelles et humaines de l'Afrique en croissance économique et mieux-être de la population, et à introduire en Afrique davantage d'équipements, de technologies, de normes et de services chinois adaptés aux besoins de l'Afrique, de manière à refléter, à des niveaux plus élevés et dans de plus vastes dimensions, l'essentiel des relations sino-africaines basées sur l'égalité et le bénéfice réciproque.

Un nouveau sens a été donné à la coopération sino-africaine. La coopération sino-africaine avance avec le temps dans l'esprit d'entreprise et d'innovation et est toujours à l'avant-garde de la coopération internationale avec l'Afrique. Lors de ce sommet, le Président Xi Jinping a présenté les idées de la Chine sur sa coopération avec l'Afrique dans le nouveau contexte, souligné l'importance pour la Chine et l'Afrique de poursuivre la coopération mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant sur la base de l'égalité, la coopération multilatérale ouverte et inclusive, la coopération pragmatique orientée vers les capacités, le développement vert, bas carbone et durable ainsi que la coopération prioritaire dans les domaines majeurs. Ces idées illustrent la politique africaine de la Chine marquée par la sincérité, le pragmatisme, l'amitié et la franchise et la juste conception de la justice et des intérêts, aident à lever les obstacles au développement de l'Afrique tels que le sous-développement des infrastructures et le déficit en personnels qualifiés, correspondent au courant de l'époque qu'est le développement vert et durable, et permettent d'insuffler une plus grande vitalité aux relations sino-africaines. L'opinion publique internationale estime que la Chine adopte un esprit d'égalité, des mesures pragmatiques et des idées avancées dans sa coopération avec l'Afrique et qu'elle jouera un rôle pilote et inspirateur dans la coopération internationale avec l'Afrique.

Le Sommet de Johannesburg s'est tenu dans une ambiance chaleureuse et a porté des fruits abondants. C'était un grand rendez-vous historique pour renforcer la coopération et la solidarité entre la Chine et l'Afrique et guider l'avenir de leurs relations. Le sommet a examiné et adopté la Déclaration du Sommet de Johannesburg du Forum sur la Coopération sino-africaine et le Plan d'action de Johannesburg (2016-2018), deux documents majeurs réunissant la sagesse commune de la Chine et de l'Afrique et permettant d'orienter le développement des relations d'amitié et de coopération sino-africaines.

En marge du sommet, le Président Xi Jinping a rencontré la Présidente de la Commission de l'Union africaine Nkosazana Dlamini-Zuma et eu des entretiens bilatéraux et collectifs avec des dirigeants africains pour avoir des échanges de vues approfondis et dégager de larges consensus sur le développement des relations sino-africaines et la coopération pragmatique bilatérale dans divers domaines.

III. Porter les relations Chine-Zimbabwe et les relations Chine-Afrique du Sud à de nouveaux paliers

Le Zimbabwe et l'Afrique du Sud sont partenaires importants de la Chine en Afrique et leurs relations avec la Chine sont de portée stratégique. À l'heure actuelle, ces deux pays se trouvent dans une phase cruciale du développement national, et leur coopération avec la Chine a devant elle de vastes perspectives et des conditions favorables. La visite du Président Xi Jinping dans ces deux pays a permis de valoriser pleinement la confiance politique mutuelle et la complémentarité économique entre la Chine d'un côté et le Zimbabwe et l'Afrique du Sud de l'autre pour transformer davantage l'amitié traditionnelle en force motrice de coopération, porter les relations bilatérales à un niveau plus élevé et jouer un rôle pilote et d'entraînement dans le développement global des relations sino-africaines.

La visite permet de poursuivre la bonne dynamique des échanges de haut niveau et de consolider sans cesse la confiance politique mutuelle. Le Président zimbabwéen Robert Mugabe est un homme politique africain éminent qui s'en tient à l'esprit d'indépendance et à la poursuite de sa propre voie. Il entretient des échanges amicaux avec les dirigeants chinois depuis de longues années. L'année dernière, lors de sa visite en Chine, il a invité le Président Xi Jinping à effectuer le plus tôt possible une visite au Zimbabwe. Comme le dit un poème chinois, « Une fois la promesse faite, je parcourrai mille lis pour le rendez-vous ». Le Président Xi Jinping s'est alors rendu spécialement au Zimbabwe comme convenu et a été accueilli à son arrivée et salué à son départ par le Président Robert Mugabe à l'aéroport, ce qui illustre vivement l'amitié sincère entre les dirigeants chinois et africains. Durant les trois dernières années, le Président Xi Jinping a effectué deux visites d'État en Afrique du Sud, et le Président Jacob Zuma, une visite d'État en Chine. Et cette fois était leur cinquième rencontre depuis le début de cette année, établissant ainsi entre eux une solide confiance stratégique mutuelle. Les échanges intenses entre les dirigeants permettent de tenir fermement le cap des relations Chine-Zimbabwe et Chine-Afrique du Sud et de jeter une base solide au développement sain, régulier et de long terme des relations bilatérales.

La visite permet de planifier la coopération pragmatique et d'élargir continuellement les bénéfices mutuels. La visite du Président Xi Jinping a favorisé la coordination des stratégies de développement entre la Chine et le Zimbabwe et entre la Chine et l'Afrique du Sud, et fait une planification globale sur la coopération bilatérale à l'avenir. Selon le Président Xi Jinping, la Chine et le Zimbabwe doivent non seulement être de bons amis sur le plan politique, mais aussi de bons partenaires en matière de développement. Les deux pays sont convenus de renforcer leur coopération mutuellement bénéfique dans les secteurs agricole, minier, de l'industrie manufacturière, des infrastructures, de l'investissement et du financement, pour promouvoir le développement et la prospérité partagés. Il a souligné l'importance pour la Chine et l'Afrique du Sud de rester partenaires de l'égalité, du bénéfice mutuel et de la coopération gagnant-gagnant pour le développement. Les deux parties sont convenues d'accélérer la mise en œuvre du Plan stratégique de cinq à dix ans sur la coopération Chine-Afrique du Sud, et de promouvoir la coopération dans les six domaines prioritaires que sont les zones économiques spéciales, l'économie maritime, les capacités de production industrielle, les énergies, les infrastructures et la mise en valeur des ressources humaines, afin d'injecter de nouvelles vitalités au partenariat stratégique global entre les deux pays. La Chine a signé avec le Zimbabwe et l'Afrique du Sud des accords de coopération dans de nombreux domaines sur de grands projets d'intérêt vital pour l'économie nationale et le bien-être de la population, montrant les immenses potentialités de la coopération bilatérale.

La visite permet de raviver l'amitié entre les peuples et de resserrer considérablement les liens humains et culturels. La visite du Président Xi Jinping était très attendue par tous les milieux des pays concernés. Les gens ont chanté et dansé le long des rues pour l'accueillir, ce qui traduit pleinement leur affinité naturelle envers la Chine et montre une fois encore que l'amitié sino-zimbabwéenne et sino-sud-africaine est profondément enracinée dans les esprits. À Harare, le Président Xi Jinping s'est rendu au Carré des héros de la Nation et a rendu hommage au nationalisme africain. À Johannesburg, il a assisté à la clôture de l'Année de la Chine en Afrique du Sud et encouragé les peuples chinois et sud-africain à intensifier leurs échanges et à se rapprocher toujours davantage. Le Président Xi Jinping et les dirigeants de ces deux pays ont décidé de renforcer les échanges et coopérations bilatéraux en matière d'éducation, de culture, de tourisme, de jeunesse, de think tank et de médias, de soutenir l'enseignement du chinois au Zimbabwe et en Afrique du Sud et de tisser de nouveaux liens pour approfondir la connaissance mutuelle et l'amitié entre les peuples.

Durant la visite, Madame Peng Liyuan, épouse du Président Xi Jinping, a visité une association caritative et participé à un événement sino-africain de sensibilisation à la lutte contre le VIH/Sida pour marquer son vif intérêt aux œuvres sociales, jouant ainsi un rôle unique dans le renforcement de la connaissance mutuelle et de l'amitié entre les peuples chinois, zimbabwéen, sud-africain et africains, ce qui a été largement salué par les communautés locales.

IV. Interpréter le nouveau concept sur la construction du système de gouvernance mondiale

Le changement climatique et le déséquilibre de développement Nord-Sud sont deux défis planétaires majeurs aujourd'hui. À l'occasion de la Conférence Paris Climat et de la visite en Afrique, le Président Xi Jinping a avancé une vision importante sur la construction du système de gouvernance mondiale et mené des actions solides, illustrant pleinement l'engagement de la Chine à travailler avec les autres pays pour répondre ensemble aux questions planétaires et préserver les intérêts communs de l'humanité.

Le Président Xi Jinping a indiqué le cap de la construction du système de gouvernance mondiale. Partant de la gouvernance climatique mondiale, le Président Xi Jinping a exposé de manière pertinente les vues et propositions de la Chine sur le mode de gouvernance mondiale. Comme il l'a souligné, il faut créer un avenir où chacun peut jouer son rôle en vue d'une coopération gagnant-gagnant, rejeter la mentalité étriquée du « jeu à somme nulle », et accroître le sens de partage et de responsabilité ; il faut créer un avenir où prévalent le respect de la loi, l'équité et la justice, assurer le respect et l'application effectifs des règles internationales, rester fidèle à la démocratie, à l'égalité et à la justice, et préconiser la primauté du droit dans les relations internationales ; il faut créer un avenir marqué par la tolérance, l'inspiration mutuelle et le développement commun, préconiser l'harmonie dans la différence, et permettre à tous les pays de trouver les solutions les plus adaptées à leurs conditions nationales. Ces propositions, portant en elles la sagesse de la culture chinoise, s'inscrivent dans la même ligne que les concepts de la diplomatie chinoise appelant à bâtir une communauté de destin de l'humanité, à établir un nouveau modèle de relations internationales et à travailler dans l'esprit de consultation commune, de construction conjointe et de partage. Elles éveillent de profondes résonances des autres pays en développement et constituent le concept de la gouvernance mondiale aux caractéristiques chinoises.

Le Président Xi Jinping a apporté plus d'énergies positives à la construction du système de gouvernance mondiale. À la Conférence Paris Climat, le Président Xi Jinping a parlé en faveur de l'ensemble des pays en développement et appelé à promouvoir l'établissement d'un régime climatique mondial juste, rationnel et efficace. Lors de sa visite sur le continent africain où se regroupent le plus grand nombre de pays en développement, le Président Xi Jinping a émis au monde un signal fort de la coopération gagnant-gagnant et du développement partagé entre la Chine et l'Afrique et exprimé son souhait de voir un monde marqué par le développement équilibré, inclusif et durable. Il a dégagé avec les dirigeants africains d'importants consensus sur le renforcement de la solidarité et de la coopération sino-africaines et la réalisation de la démocratisation des relations internationales, ce qui aura une influence profonde et durable pour faire évoluer l'ordre international dans un sens plus juste et plus rationnel.

Cette tournée du Président Xi Jinping a envoyé un message clair : la Chine demeure le plus grand pays en développement, et le développement de la Chine apportera des opportunités aux autres pays en développement et à toute la communauté internationale. En s'appuyant sur les pays en développement dans sa politique étrangère, la Chine continuera de se tenir à leurs côtés, et de soutenir l'accroissement de la représentation et du droit de parole des pays en développement et notamment des pays africains dans le système de gouvernance mondiale.

Durant l'année écoulée, sous la ferme direction du Comité central du Parti communiste chinois ayant comme Secrétaire général le Camarade Xi Jinping, la diplomatie chinoise a fait preuve d'initiative sur tous les plans et remporté des résultats remarquables et remarqués. Nous avons sans cesse étendu les champs de la diplomatie tous azimuts, en procédant à l'interaction bénéfique avec les grands pays, au travail attentionné avec les pays voisins, à l'approfondissement et l'élargissement de nos relations avec les autres pays en développement, et à l'engagement actif dans les actions multilatérales. Nous avons organisé avec succès les commémorations du 70e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise et de la Guerre mondiale antifasciste, et participé activement aux événements multilatéraux comme les sommets célébrant le 70e anniversaire de la fondation des Nations Unies, marquant ainsi la grande synergie entre les actions diplomatiques en Chine et à l'étranger. Nos concepts de la diplomatie aux couleurs chinoises ont été largement salués, nos initiatives de coopération majeures comme le projet « Ceinture et Route » et la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures ont porté des fruits, et notre participation au règlement des questions d'actualité internationales et régionales a produit des effets remarquables. Dans le nouveau contexte, un tableau magnifique de la diplomatie de grand pays aux couleurs chinoises se déploie dans toutes les dimensions. Nous devons apprendre et mettre en œuvre consciencieusement les idées et pratiques diplomatiques du Président Xi Jinping et bien planifier l'action diplomatique de l'année prochaine afin de créer des conditions propices au bon démarrage du 13e Plan quinquennal et à la réalisation des objectifs des « deux centenaires » et du rêve chinois du grand renouveau de la nation, et d'apporter une plus grande contribution à la paix et au développement de l'humanité.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer