Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Nouvelles de la Chine
Texte intégral de l'interview par écrit de Yang Jiechi accordée à Xinhua au terme de sa visite dans trois pays africains
2019/12/22

BEIJING, 21 décembre -- Yang Jiechi, membre du bureau politique du comité central du Parti communiste chinois (PCC) et directeur du bureau de la commission centrale pour les affaires étrangères a accordé vendredi une interview par écrit à Xinhua au terme de sa visite dans trois pays africains (Ouganda, République du Congo et Sénégal).

Voici le texte intégral de cette interview :

1. Au moment où la situation internationale traverse des changements complexes, les échanges de haut niveau entre la Chine et les pays africains sont intenses et les interactions à différents niveaux, actives et dynamiques. Ce qui témoigne de l'excellence des relations sino-africaines. Quelles sont vos attentes du développement des relations Chine-Afrique dans les nouvelles conditions ?

Yang Jiechi : Cette année marque les 70 ans de la diplomatie de la Chine nouvelle. Au cours des sept dernières décennies, l'amitié sino-africaine indestructible a résisté à l'épreuve du temps et des aléas internationaux, et s'est sans cesse renouvelée. Développer des relations d'amitié et de coopération avec les pays africains est une politique fondamentale constante et un choix stratégique ferme de la diplomatie chinoise. Entre la Chine et l'Afrique, il n'existe pas de fardeau de l'histoire, ni de fossé d'incompréhension. Les deux parties maintiennent depuis de longues années d'étroits échanges de haut niveau et d'intenses interactions entre les collectivités locales et entre les peuples. Voilà une illustration importante de l'amitié traditionnelle entre la Chine et l'Afrique et une caractéristique marquante de leurs relations d'amitié.

Depuis le 18e Congrès du PCC, le Comité central du PCC uni autour du camarade Xi Jinping accorde une haute importance au développement des relations sino-africaines. Le président Xi Jinping y a donné une impulsion personnelle. Depuis sa prise de fonctions, il a fait quatre déplacements en Afrique et a eu des rencontres et des entretiens avec la plupart des dirigeants africains. Il a avancé le principe dit "sincérité, résultats réels, amitié et franchise" à l'égard de l'Afrique et le principe de recherche du plus grand bien et des intérêts partagés, ce qui a permis de fixer les orientations à suivre pour le rayonnement de l'amitié entre la Chine et l'Afrique et le développement de leur coopération et d'y donner une forte impulsion.

Le Sommet de Beijing 2018 du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) a été un grand succès et a posé un jalon historique pour la solidarité et la coopération sino-africaines. Les deux parties sont convenues de construire une communauté de destin Chine-Afrique encore plus solide et de tracer les pistes pour le développement de leurs relations. Dans les nouvelles conditions, faire rayonner l'amitié traditionnelle est l'aspiration commune de la Chine et de l'Afrique, et approfondir la coopération est leur souhait partagé. La Chine et l'Afrique continueront d'avancer côte à côte et main dans la main, en partageant heur et malheur, afin de transmettre et de faire prospérer leur amitié tissée par les dirigeants chinois et africains d'anciennes générations.

Avec le lancement officiel de la Zone de libre-échange continentale africaine, la transformation et le développement de l'Afrique sont entrés dans une phase cruciale. Le temps s'annonce favorable pour la coopération entre la Chine et l'Afrique dans le cadre de l'initiative la Ceinture et la Route. Jusqu'ici, 44 pays africains et la Commission de l'Union Africaine (UA) ont signé avec la Chine des documents de coopération sur cette initiative. Une synergie plus approfondie s'est établie entre la coopération sino-africaine dans ce cadre, l'Agenda 2063 de l'UA, le Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies et les stratégies de développement des pays africains. La Chine entend travailler ensemble avec l'Afrique pour que leur coopération pragmatique gagne en qualité et en efficience pour le plus grand bénéfice des peuples chinois et africains, afin de donner un bel exemple de la coopération mutuellement bénéfique entre les pays en développement.

Le monde d'aujourd'hui traverse des changements jamais vus depuis un siècle. Un grand nombre de pays émergents et de pays en développement connaissent un développement rapide. Dans le même temps, l'unilatéralisme, le protectionnisme et les pratiques d'intimidation gagnent du terrain dans les affaires internationales, et les facteurs d'incertitudes et d'instabilités se multiplient. Comme l'a rappelé la Déclaration de Beijing--Construire une communauté de destin Chine-Afrique encore plus solide publiée l'année dernière au Sommet de Beijing du FCSA, la Chine, le plus grand pays en développement, et l'Afrique, le continent regroupant le plus grand nombre de pays en développement, ont toujours su se soutenir mutuellement et coordonner étroitement dans les affaires internationales.

Dans les nouvelles conditions, renforcer la coordination stratégique sino-africaine correspond aux intérêts communs des deux parties et surtout favorise la préservation du multilatéralisme, de l'équité et de la justice. Nous défendons fermement le système international centré sur l'ONU, l'ordre international basé sur le droit international et le système commercial multilatéral fondé sur les règles de l'OMC. Quels que soient les aléas internationaux, la Chine se tiendra toujours fermement aux côtés des pays africains pour préserver ensemble les droits et intérêts légitimes des pays en développement, défendre le multilatéralisme ainsi que l'équité et la justice internationales, et contribuer activement à la construction d'un nouveau type de relations internationales et d'une communauté de destin pour l'humanité. (à suivre)

2. Pourriez-vous nous donner des informations sur votre visite en Ouganda, en République du Congo et au Sénégal ?

Yang Jiechi : Lors de ma visite en Ouganda, en République du Congo et au Sénégal, j'ai fait l'objet d'un accueil chaleureux et amical de la part des gouvernements et des peuples des trois pays. J'ai eu des rencontres et des entretiens avec les chefs d'Etat et les ministres des Affaires étrangères des trois pays, et nous sommes parvenus à de larges consensus. J'ai transmis les salutations cordiales du président Xi Jinping aux dirigeants des trois pays et les félicitations pour les progrès réalisés par ces pays dans le développement et le redressement national. De leurs côtés, ils ont exprimé leurs meilleurs vœux pour le président Xi Jinping et ont hautement salué les grands succès obtenus par la Chine depuis la fondation de la Chine nouvelle il y a 70 ans. La Chine et les trois pays se sont félicités de la bonne dynamique du développement des relations bilatérales de ces dernières années, et sont convenues d'un commun accord de poursuivre les échanges de haut niveau et, en saisissant les opportunités offertes par la coopération dans le cadre de l'initiative la Ceinture et la Route et la mise en œuvre des acquis du Sommet de Beijing 2018 du FCSA, d'approfondir les échanges et coopérations dans différents domaines pour réaliser le développement commun par une coopération gagnant-gagnant.

La Chine et l'Ouganda sont liés par une amitié traditionnelle. Ces dernières années, la confiance politique mutuelle entre les deux pays n'a cessé de croître, et la coopération bilatérale dans différents domaines a connu un développement vigoureux. L'année dernière, le président Yoweri Kaguta Museveni s'est rendu en Chine pour participer au Sommet de Beijing du FCSA. Cette année, il a effectué une visite de travail en Chine, pendant laquelle il a eu un entretien fructueux avec le président Xi Jinping et assisté à la première Exposition économique et commerciale sino-africaine. Au cours de ma visite, j'ai eu des échanges de vues approfondis avec le président et le ministre des Affaires étrangères de l'Ouganda sur les relations bilatérales et les questions d'intérêt commun. Les deux parties ont exprimé leur engagement à développer les relations bilatérales avec une vision stratégique de long terme, et leur volonté de travailler, en tenant compte des atouts et des besoins de développement respectifs, à associer étroitement la coopération dans le cadre de l'initiative la Ceinture et la Route et la mise en œuvre des acquis du Sommet de Beijing à la "Vision Ouganda 2040", avec l'accent mis sur le renforcement de la coopération en matière d'économie, de commerce, de capacités de production, d'infrastructures et de parcs industriels, pour que le partenariat de coopération global sino-ougandais s'enrichisse sans cesse et que la coopération sino-ougandaise mutuellement bénéfique soit à l'avant-garde de la coopération entre la Chine et l'Afrique.

Cette année marque le 55e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la République du Congo. L'amitié sino-congolaise est ancienne et profonde. Le président Denis Sassou-N'Guesso a effectué trois visites d'Etat en Chine sur l'invitation du président Xi Jinping. Lors de son premier déplacement en Afrique en 2013, le président Xi Jinping s'est rendu en visite au Congo. Pendant ma visite, j'ai eu des rencontres et des entretiens avec les dirigeants congolais pour des échanges approfondis. La Chine a exprimé sa solidarité au Congo, touché récemment par de graves inondations. Les deux parties ont hautement apprécié leurs relations bilatérales et sont convenues de maintenir la dynamique des échanges de haut niveau, de renforcer leur amitié et leur confiance mutuelle, et de se soutenir mutuellement et fermement sur les questions touchant aux intérêts vitaux et aux préoccupations majeures de part et d'autre, pour démontrer l'excellence du partenariat de coopération stratégique global sino-congolais. La Chine continuera à soutenir, dans la mesure de ses possibilités, le développement économique et social du Congo. Les deux parties entendent travailler ensemble à promouvoir la coopération dans les domaines tels que la finance et l'aéronautique pour donner un bel exemple de la montée en gamme de la coopération sino-africaine.

Le Sénégal, actuellement coprésident africain du FCSA, est le premier pays d'Afrique de l'Ouest visité par le président Xi Jinping et le premier pays dans la sous-région à signer avec la Chine un document de coopération dans le cadre de l'Initiative la Ceinture et la Route. Au cours de ma visite, les deux parties ont eu des échanges approfondis sur les relations sino-sénégalaises et les questions d'intérêt commun, et ont souligné l'importance de considérer les relations bilatérales dans une optique stratégique. Elles sont convenues d'élargir la coopération dans le cadre de l'Initiative la Ceinture et la Route et du FCSA et de renforcer la coopération en matière d'infrastructures, et de construction et d'exploitation des parcs industriels. La Chine soutient le Sénégal dans ses efforts pour mettre en œuvre le "Plan Sénégal Emergent" et bien organiser les Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2022. Les deux parties œuvreront pour faire progresser sans cesse le partenariat de coopération stratégique global sino-sénégalais et donner un bel exemple de la coopération de qualité et durable. Elles assumeront effectivement leurs responsabilités en tant que coprésidents du FCSA et travailleront ensemble pour faire progresser la mise en œuvre des acquis du Sommet de Beijing et les relations sino-africaines, et défendre le multilatéralisme et les intérêts communs des pays en développement.

Lors de ma visite dans ces trois pays, j'ai présenté des informations sur la 4e Session plénière du Comité central du 19e Congrès du PCC et la Conférence centrale sur le travail économique. Les trois pays ont tous félicité la Chine pour le succès de ces réunions et hautement salué les réalisations qu'elle a accomplies dans la modernisation du système et de la capacité de gouvernance de l'Etat. Affirmant leur confiance dans les perspectives de développement de la Chine, ils ont tous exprimé leur soutien ferme à la Chine dans sa marche en avant sur la voie de développement adaptée à ses réalités nationales, et salué la contribution active qu'elle a apportée au progrès de l'humanité en faisant valoir la sagesse chinoise. Les trois pays sont tous d'avis que sur fond d'une économie mondiale morose, la Chine a fait preuve d'une détermination et d'un courage admirables en approfondissant la réforme et en élargissant l'ouverture. Ils sont convaincus qu'elle pourra sûrement saisir les opportunités et relever les défis pour remporter de plus grands succès dans son développement et apporter une contribution encore plus grande à la préservation de la paix mondiale et au développement de l'Afrique.

En résumé, ma visite a donné une impulsion nouvelle à la mise en œuvre des consensus importants réalisés par le président Xi Jinping et les dirigeants africains et des acquis du Sommet de Beijing du FCSA, et au renforcement de la compréhension mutuelle, de l'amitié et de la coopération mutuellement bénéfique entre la Chine et les pays concernés. Les objectifs prévus pour cette visite sont atteints.

3. Vous avez fait plusieurs déplacements en Afrique ces dernières années. Comment voyez-vous la situation actuelle en Afrique? La communauté internationale accorde une plus grande importance à l'Afrique. Bon nombre de pays œuvrent à approfondir leurs échanges et à élargir leur coopération avec l'Afrique. Qu'est-ce que vous en pensez, notamment après vos déplacements en Afrique cette année?

Yang Jiechi : Mes visites dans des pays africains m'ont permis de voir que l'Afrique est un continent de promesse, qu'elle a accompli des réalisations majeures dans le développement et qu'elle recèle d'énormes potentiels. L'Afrique maintient la paix et la stabilité dans son ensemble, et les pays africains poursuivent une forte dynamique de développement grâce à leurs efforts actifs visant à diversifier l'économie et à réaliser un développement autonome et durable. Le lancement officiel de la Zone de libre-échange continentale africaine est un grand pas en avant dans le processus d'intégration africaine et permet de libérer davantage le potentiel de développement du continent. Le poids collectif de l'Afrique dans les affaires internationales ne cesse d'augmenter, et le continent suscite un intérêt et un engagement croissants de la communauté internationale. Cela lui apporte plus de possibilités de coopération ainsi que des fonds et technologies dont elle a grand besoin et l'aidera à améliorer son environnement de développement et à réaliser plus rapidement l'industrialisation et le développement autonome et durable.

Dans sa coopération avec l'Afrique, la Chine agit toujours à la lumière de la pensée de Xi Jinping sur la diplomatie et selon le principe dit "sincérité, résultats réels, amitié et franchise" et celui de recherche du plus grand bien et des intérêts partagés. Elle reste attachée aux principes de ne pas s'ingérer dans les affaires intérieures africaines, de ne pas imposer sa volonté à l'Afrique, de ne pas assortir ses aides à l'Afrique de condition politique quelconque et de ne pas chercher des intérêts politiques égoïstes dans sa coopération en matière d'investissement et de financement avec l'Afrique. Elle soutient toujours fermement les pays africains dans la poursuite de voies de développement adaptées à leurs conditions nationales. La Chine participe activement aux opérations onusiennes de maintien de la paix en Afrique et entend renforcer davantage sa coopération avec l'Afrique en matière de paix et de sécurité sur le continent. Ces politiques et pratiques constantes ont gagné la confiance des gouvernements et des peuples africains et ont été hautement saluées par la communauté internationale.

La Chine est toujours d'avis que dans la coopération avec l'Afrique, il faut respecter la volonté des pays africains, se mettre à l'écoute des Africains et travailler dans un esprit ouvert, inclusif et gagnant-gagnant. La coopération de la Chine avec l'Afrique ne vise aucune tierce partie. Il y a des gens qui, ne voulant pas voir le développement des relations sino-africaines, fabriquent des thèses infondées pour dénigrer et attaquer la coopération sino-africaine. Ce genre d'actes irresponsables sont rejetés par la Chine, l'Afrique et tous ceux qui sont de bonne volonté dans le monde. Les faits sont plus éloquents que les mots et la vérité finira par prévaloir. Les tentatives de semer la discorde entre la Chine et l'Afrique ne trouvent aucun écho en Afrique, et toute manœuvre visant à saper l'amitié traditionnelle sino-africaine est vouée à l'échec.

En tant que bon ami, bon partenaire et bon frère des pays africains, la Chine continuera de soutenir fermement leurs efforts pour une Afrique unie et forte, d'accompagner leur développement économique et social et d'élargir la coopération amicale et pragmatique avec eux dans tous les domaines en vue du bénéfice mutuel. Nous sommes convaincus que l'Afrique aura un meilleur avenir. La Chine souhaite renforcer la coopération, valoriser la complémentarité et former une synergie avec les autres pays du monde pour contribuer conjointement à la cause de la paix et du développement en Afrique.

4. Le Sénégal que vous venez de visiter est le coprésident africain du FCSA. L'année 2020 marquera le 20e anniversaire de la création du Forum. Comment voyez-vous le chemin parcouru par le Forum, et quelles sont vos idées sur le développement des relations sino-africaines en l'année 2020?

Yang Jiechi : Le FCSA a été créé en octobre 2000. Depuis lors, grâce aux efforts conjugués de la Chine et de l'Afrique, sept conférences ministérielles et trois sommets ont été organisés dans le cadre du Forum, lequel est devenu aujourd'hui une plateforme importante de dialogue collectif et un mécanisme efficace de coopération pragmatique. Le Sommet de Beijing tenu en septembre 2018, couronné d'un grand succès, a posé un nouveau jalon dans le renforcement de la solidarité et de la coopération entre la Chine et l'Afrique et dans la promotion de leur développement commun, et confirmé le rôle d'entraînement important du FCSA dans la coopération internationale avec l'Afrique. Les 20 ans du Forum sont un parcours hors du commun :

Premièrement, conformément à la volonté de la Chine et de l'Afrique, les relations sino-africaines ne cessent d'être rehaussées, passant du partenariat de type nouveau au partenariat stratégique de type nouveau, puis au partenariat de coopération stratégique global. Lors du Sommet de Beijing 2018, le président Xi Jinping et les dirigeants africains sont convenus d'un commun accord de construire ensemble une communauté de destin Chine-Afrique encore plus solide, enrichissant encore davantage le partenariat de coopération stratégique global sino-africain.

Deuxièmement, les relations sino-africaines et les relations bilatérales entre la Chine et les pays africains se sont toujours développées à un niveau élevé. Comme l'illustre parfaitement le Sommet de Beijing 2018, auquel ont participé 50 chefs d'Etat et de gouvernement africains et le président de la Commission de l'UA. En marge du Sommet, le président Xi Jinping a eu des entretiens bilatéraux avec tous les dirigeants africains participants. Leurs échanges sur l'amitié et la coopération sino-africaines ont permis de porter l'amitié et la confiance mutuelle entre les deux parties à un niveau sans précédent et de promouvoir vigoureusement le développement des relations Chine-Afrique sur tous les plans.

Troisièmement, tous les sommets et conférences du FCSA ont donné des résultats concrets en faveur de la coopération sino-africaine. Attachée à ses engagements, la Chine a mis en œuvre tous les acquis du Forum. Après des années d'efforts, ces acquis sont palpables partout en Afrique et apportent des bénéfices réels aux peuples africains. Le Sommet de Beijing 2018 a avancé "huit initiatives majeures" qui sont mises en synergie avec la coopération sino-africaine dans le cadre de l'Initiative la Ceinture et la Route, la mise en œuvre de l'Agenda 2063 de l'UA, le Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies et les stratégies de développement des pays africains, ce qui est hautement salué par les pays africains. Les deux parties travaillent actuellement pour concrétiser de manière accélérée ces initiatives.

Quatrièmement, par le biais du FCSA, la Chine et l'Afrique ont fait entendre leur voix sur les grandes questions internationales et régionales, faisant retentir davantage la voix de la solidarité et de la coopération entre la Chine et l'Afrique et entre tous les pays en développement. Les acquis du Forum ne cessant de produire des effets positifs, la communauté internationale a prêté davantage attention à l'Afrique et de grandes puissances ont accru leur engagement en Afrique. Ceci a donné une énergie positive et un nouvel espoir dans une conjoncture internationale pleine d'incertitudes.

L'année 2020, qui marquera le 20e anniversaire de la création du FCSA, sera une année cruciale pour la mise en œuvre intégrale des acquis du Sommet de Beijing. Elle sera également l'occasion pour la Chine de fêter les 60 ans des relations diplomatiques avec le Ghana, le Mali et d'autres pays amis traditionnels. La Chine travaillera en étroite coopération avec le Sénégal, pays coprésident du Forum, et d'autres pays africains, en saisissant l'opportunité offerte par la célébration du 20e anniversaire de la création du Forum, pour poursuivre les intenses échanges de haut niveau, approfondir la coopération sino-africaine dans le cadre de l'Initiative la Ceinture et la Route, développer activement le mécanisme du Forum, innover les concepts de développement, explorer les modes de coopération, assurer ensemble la bonne mise en œuvre des acquis du Sommet de Beijing, rehausser sans cesse la coopération pragmatique sino-africaine et renforcer la coordination et la coopération dans les affaires internationales, de sorte à construire ensemble une communauté de destin Chine-Afrique encore plus solide et à réaliser la coopération gagnant-gagnant et le développement commun.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer