Page d'accueil Ambassade Service Consulaire Coopération Sino-Congolaise Thèmes spéciaux
    Page d'accueil > Nouvelles de la Chine
RÉFORMER ET AMÉLIORER LE SYSTÈME DE GOUVERNANCE MONDIALE ET CONSTRUIRE ENSEMBLE UNE COMMUNAUTÉ D'AVENIR PARTAGÉ POUR L'HUMANITÉ
2020/09/25

-Allocution de M. Wang Yi Représentant spécial du Président Xi Jinping,
Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères de la République populaire
de Chine au débat au sommet sur le thème « Maintien de la paix et de la sécurité
internationales : Gouvernance mondiale post-COVID-19 » du Conseil de Sécurité des Nations Unies

Monsieur le Président,
Monsieur le Secrétaire général,

Cette année marque le 75e anniversaire de la création de l'Organisation des Nations Unies. La Chine salue et soutient l'initiative du Président Issoufou Mahamadou de tenir ce débat au sommet du Conseil de Sécurité pour échanger nos vues sur la gouvernance mondiale post-COVID-19.

Il y a quelques jours, le Président Xi Jinping a participé à la Réunion de haut niveau pour commémorer le 75e anniversaire des Nations Unies et au débat général de la 75e session de l'Assemblée générale. Il a répondu, dans une optique stratégique de long terme et une vision historique large, aux questions majeures de savoir à quoi ressemblera notre monde, quelle sera la Chine de demain, et de quelle ONU nous avons besoin. Il a appelé les différentes parties à poursuivre fermement la voie du multilatéralisme, à défendre le système international centré sur l'ONU et à construire ensemble une communauté d'avenir partagé pour l'humanité et un nouveau type de relations internationales. Les dirigeants des autres pays ont, eux aussi, rappelé la vocation et la mission des Nations Unies, envoyé un message fort en faveur du multilatéralisme et démontré la volonté commune de vaincre la COVID-19 par la solidarité et de promouvoir la paix et le développement par la coopération.

Le monde fait face à une multitude de menaces et de défis planétaires. Il est urgent d'améliorer la gouvernance mondiale et de renforcer la coordination et la coopération. Dans le même temps, on assiste à l'émergence collective des pays en développement. Le système de gouvernance mondiale doit refléter cette réalité politique internationale et le processus de multipolarisation. Nous devons donc suivre le courant de notre époque et réformer et améliorer ce système en renforçant la planification globale. À cet égard, la Chine avance cinq propositions :

Premièrement, nous devons poursuivre le principe d'amples consultations, de contribution conjointe et de bénéfices partagés. Tous les pays, qu'ils soient grands ou petits, sont membres égaux de la communauté internationale. Les risques et défis majeurs ignorent les frontières et mettent en jeu l'avenir de chacun d'entre nous, d'où la nécessité de mobiliser les ressources à l'échelle mondiale, de mettre en commun la sagesse des uns et des autres et de former une grande synergie pour y faire face. Les affaires du monde doivent être discutées par tous, et le système de gouvernance doit être construit par tous et pour tous, de sorte que tous les pays deviennent acteurs, contributeurs et bénéficiaires de la paix et du développement dans le monde. Les pays en développement étant particulièrement confrontés à des difficultés, il faut écouter leurs avis, respecter leurs revendications et défendre leurs droits et intérêts. Il s'agit non seulement d'un besoin réel, mais aussi d'une exigence de la justice internationale.

Deuxièmement, nous devons répondre ensemble aux menaces sécuritaires non conventionnelles. Des attentats du 11 septembre à la COVID-19, en passant par la crise économique et financière internationale, l'humanité a dû affronter une succession de défis planétaires depuis le début du 21e siècle. Nous devons répondre de manière coordonnée aux menaces sécuritaires conventionnelles et non conventionnelles, et accorder à la santé publique et au changement climatique une place plus importante dans l'agenda international. Les menaces sécuritaires non conventionnelles touchent divers domaines et nécessitent une réponse globale et intégrée s'attaquant aux symptômes comme aux racines du mal. Le Conseil de Sécurité doit rester fidèle aux buts et principes de la Charte des Nations Unies et jouer un plus grand rôle dans ce sens.

Troisièmement, les grands pays doivent renforcer la concertation et la coopération. Pour améliorer la gouvernance mondiale, les grands pays doivent jouer un rôle exemplaire, en donnant l'exemple dans l'application de la Charte des Nations Unies, dans la fourniture de biens publics mondiaux et dans la contribution à la paix et au développement dans le monde. Au moment où le monde fait face à des risques et défis majeurs, les grands pays doivent avoir à cœur l'avenir de l'humanité, rejeter la mentalité de la guerre froide et les préjugés idéologiques, faire preuve de solidarité et y donner une réponse collective.

Quatrièmement, nous devons défendre le droit et les règles. Dans la construction du système de gouvernance mondiale, il est important d'instaurer le sens du droit et des règles. L'égalité souveraine, la non-ingérence dans les affaires intérieures, le règlement pacifique des différends et les autres normes fondamentales régissant les relations internationales sont à observer scrupuleusement. Les obligations souscrites et les engagements pris doivent être respectés pleinement. Nous devons nous opposer aux sanctions unilatérales et aux pratiques d'extraterritorialité, afin de défendre l'autorité et la rigueur du droit international. Les règles doivent aussi suivre l'évolution de notre temps. La communauté internationale doit promouvoir ensemble l'élaboration des règles dans les domaines émergents dont la mer profonde, les régions polaires, le cyberespace et l'espace extra-atmosphérique, afin que l'exploration des nouvelles frontières soit réglementée et apporte des bénéfices équitables à tous les pays.

Cinquièmement, nous devons faire valoir le rôle de l'ONU. Les risques et défis planétaires auxquels nous sommes confrontés sont multidimensionnels et appellent une réponse intégrée. L'ONU, organisation internationale la plus universelle, la plus représentative et dotée de la plus grande autorité, est mieux placée et plus apte que les États et les autres organisations internationales pour jouer un rôle leader. L'ONU a aussi besoin de se mettre en phase avec le temps. Elle doit augmenter la représentation et le droit à la parole des pays en développement, améliorer l'efficacité de son fonctionnement et ses capacités de réponse aux urgences, et moderniser son système de gouvernance et ses capacités de gouvernance.

Le Conseil de Sécurité qui se trouve au cœur du mécanisme de sécurité collective est une composante importante du système de gouvernance mondiale. Il assume la responsabilité au premier chef du maintien de la paix et de la sécurité internationales. Dans la nouvelle situation, le Conseil de Sécurité doit bien s'acquitter des responsabilités confiées par la Charte des Nations Unies afin d'apporter garantie à la paix mondiale, stabilité à l'ordre international, sécurité aux peuples des divers pays et espoir à la gouvernance mondiale.

La Chine est prête à travailler main dans la main avec les autres pays pour améliorer sans cesse le système de gouvernance mondiale et promouvoir ensemble la construction d'une communauté d'avenir partagé pour l'humanité.

Je vous remercie.



Envoyer ce lien à un ami
       imprimer