Conférence de presse du 22 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2020/12/22

Agence de presse Xinhua : Selon des reportages, la Chine, le Japon et la République de Corée ont conjointement dévoilé les villes culturelles de l'Asie de l'Est 2021. Shaoxing et Dunhuang en Chine, Kitakyushu au Japon, et Suncheon en République de Corée ont été élus. L'événement « Villes culturelles de l'Asie de l'Est » est un projet important dans la coopération sur le plan culturel entre les trois pays. Pourriez-vous nous présenter plus d'informations sur la coopération entre la Chine, le Japon et la République de Corée dans divers domaines dont la culture pendant l'épidémie ?

Wang Wenbin : Depuis le début de cette année, face à l'épidémie de COVID-19 survenue avec une grande soudaineté, la coopération pragmatique dans divers domaines entre la Chine, le Japon et la République de Corée a avancé sans cesse et a porté des fruits encourageants grâce aux efforts conjoints des trois pays. Nous avons successivement tenu la Réunion extraordinaire des Ministres des Affaires étrangères sur la COVID-19, la Réunion extraordinaire des Ministres des Transports et de la Logistique, la Réunion des Ministres des Finances et des Gouverneurs des Banques centrales, la Réunion des Directeurs chargés de la propriété intellectuelle, ainsi que deux Réunions des Ministres de la Santé, lors desquelles de nombreux consensus ont été dégagés sur le renforcement de la coopération antiépidémique, le maintien de la stabilité des chaînes industrielles et d'approvisionnement dans la région, et la promotion de la reprise économique. En même temps, des projets de marque tels que la sélection de « Villes culturelles de l'Asie de l'Est », le Forum sur les industries culturelles et le Concours de bande dessinée Wukong Cup pour les jeunes en Chine, au Japon et en République de Corée ont été mis en œuvre dans d'heureuses conditions comme prévu, ce qui a énergiquement favorisé les échanges et l'amitié entre les peuples des trois pays.

La coopération Chine-Japon-République de Corée constitue une composante importante et un moteur pour la coopération en Asie de l'Est. La Chine attache une grande importance à la coopération entre les trois pays et est prête à maintenir une communication étroite avec la République de Corée et le Japon pour promouvoir de nouveaux progrès dans la coopération tripartite, insuffler un nouvel élan à la reprise économique post-épidémique et apporter une nouvelle contribution à la paix, à la stabilité, au développement et à la prospérité de la région et du monde.

New York Times : Premièrement, en ce qui concerne les négociations sur l'Accord d'investissement Chine-UE (Union européenne), quels sont les objectifs diplomatiques plus larges que la Chine espère atteindre en concluant cet accord ? Cela fait-il partie de la quête de la Chine pour développer des liens sino-européens plus étroits ? Deuxièmement, concernant l'engagement déclaré du Président élu américain Joe Biden à améliorer les relations entre les États-Unis et l'UE, la Chine est-elle pressée de parvenir à un accord avec la partie européenne avant l'entrée en fonction de Joe Biden pour améliorer les relations Chine-UE ? Troisièmement, le Parlement européen et d'autres parties ont appelé la Chine à prendre des engagements sur les questions liées au « travail forcé » au Xinjiang, sinon, ils empêcheraient l'adoption de cet accord. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Concernant la première question, la Chine a déjà présenté sa position sur les questions liées aux négociations de l'Accord d'investissement Chine-UE que vous pouvez consulter. En ce qui concerne les relations Chine-UE, je peux vous dire qu'entre la Chine et l'UE, la coopération l'emporte de loin sur la concurrence et les consensus sont beaucoup plus nombreux que les divergences. La Chine et l'UE sont partenaires de coopération mutuellement bénéfique et les relations entre les deux parties possèdent une forte vitalité. Quelle que soit l'évolution de la situation internationale, la Chine et l'UE devront suivre la direction générale du dialogue et de la coopération ainsi que le principe général des avantages mutuels, et gérer adéquatement les divergences afin de promouvoir un développement solide et durable du partenariat stratégique global Chine-UE et d'injecter plus de stabilité dans le monde.

En ce qui concerne la deuxième question, je viens d'exposer la position de la Chine sur les questions liées aux relations Chine-UE, qui est claire et constante.

Quant à la troisième question, il n'y a point de « travail forcé » au Xinjiang. Les allégations concernées sont un dénigrement et des calomnies sans fondement. Hier, le Ministère des Affaires étrangères a tenu une conférence de presse de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang sur les questions liées au Xinjiang. Je vous propose de lire les reportages concernés.

Reuters : Human Rights Watch a publié aujourd'hui une lettre ouverte au Président du Comité international olympique (CIO), l'appelant à mener une enquête sur la situation des droits de l'homme en Chine, et a exprimé l'inquiétude sur la situation des droits de l'homme en Chine lorsque les Jeux Olympiques (JO) d'hiver de Beijing de 2022 auront lieu. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères là-dessus ?

Wang Wenbin : La politisation des sports va à l'encontre de l'esprit de la Charte olympique. La Chine la rejette fermement. Certaines prétendues organisations des droits de l'homme font du tapage autour de la prétendue question des droits de l'homme de la Chine en instrumentalisant les JO d'hiver de Beijing, ce qui sert simplement des fins politiques. Finalement, ce sont les JO internationaux et les intérêts des athlètes des différents pays qui seront compromis.

Je tiens à réitérer que les Jeux Olympiques et Paralympiques d'hiver de Beijing de 2022 seront une autre contribution importante de la Chine aux JO internationaux, et que les amateurs des sports d'hiver des JO de différents pays attendent impatiemment les JO d'hiver de Beijing. Actuellement, les préparatifs des JO d'hiver de Beijing se déroulent dans d'heureuses conditions, et ont été hautement appréciés par la communauté internationale, y compris le CIO. Nous continuerons de travailler avec les différentes parties pour faire du JO d'hiver de Beijing un grand événement olympique merveilleux, extraordinaire et excellent.

China Daily : Une visioconférence des Ministres des Affaires étrangères sur le Plan d'action global commun (PAGC-JCPOA) s'est tenue le 21 décembre. Pourriez-vous présenter les informations sur la participation chinoise à l'événement ? Quels sont les résultats importants obtenus à l'issue de la réunion ?

Wang Wenbin : Le 21 décembre, les parties prenantes au PAGC-JCPOA ont tenu une visioconférence des Ministres des Affaires étrangères, à laquelle le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a participé. L'événement est une réunion importante tenue au point critique de la situation nucléaire iranienne. Les Ministres des Affaires étrangères ont mené d'amples échanges sur la situation actuelle et la voie à suivre dans la prochaine étape du nucléaire iranien.

Le Conseiller d'État Wang Yi a avancé lors de la visioconférence une proposition en quatre points à l'égard de la remise sur les rails du PAGC-JCPOA. Premièrement, nous avons à défendre inébranlablement le PAGC-JCPOA. Les différentes parties doivent s'opposer sans la moindre ambiguïté à la pression extrême imposée par l'administration Trump, et préserver plus activement le PAGC-JCPOA. Elles doivent être plus proactives dans la coordination avec les parties concernées pour gagner du temps et de l'espace à l'amélioration de la situation. Deuxièmement, nous avons à promouvoir le retour rapide de la partie américaine au PAGC-JCPOA. Les États-Unis doivent revenir au PAGC-JCPOA dans les meilleurs délais et sans condition, et lever les sanctions imposées à l'Iran ainsi qu'aux entités et individus tiers. Sur cette base, l'Iran devra reprendre totalement l'application de ses engagements dans le domaine nucléaire. La partie chinoise propose aux parties prenantes d'engager rapidement des consultations en la matière et, après la conclusion d'un consensus, d'envisager de tenir une conférence internationale entre les parties prenantes de l'accord et les États-Unis pour ouvrir le processus du retour des États-Unis au PAGC-JCPOA. Troisièmement, nous avons à résoudre de manière impartiale et objective les différends autour de l'accomplissement des engagements. La réduction par l'Iran de ses engagements a eu lieu pour des raisons. Toutes les parties doivent rester unies, gérer les divergences et assurer les intérêts économiques légitimes de l'Iran. Quatrièmement, nous avons à traiter adéquatement les questions de sécurité régionale. La Chine appelle à établir une plateforme de dialogue multilatéral dans la région du Golfe pour discuter des questions de sécurité régionale dont se préoccupent les différentes parties à condition de préserver le PAGC-JCPOA, afin de fédérer les esprits en commençant par des points moins épineux.

Toutes les parties sont d'avis qu'il faut promouvoir un retour rapide des États-Unis au PAGC-JCPOA et une reprise de la mise en œuvre de leurs engagements dans le cadre de l'accord, et qu'aucune condition préalable ne doit être imposée à cet égard. À l'issue de la conférence, les Ministres des Affaires étrangères ont publié une déclaration conjointe. Ils ont réitéré leur engagement de préserver le PAGC-JCPOA pour en assurer une application intégrale et efficace. Ils ont exprimé leur regret face au retrait des États-Unis de l'accord, et souligné que la résolution 2231 du Conseil de Sécurité demeurait totalement valide. Les différentes parties ont reconnu les perspectives du retour des États-Unis à l'accord et sont convenues de déployer des efforts conjoints pour y répondre activement. La Chine continuera d'intensifier la coopération avec les parties prenantes de l'accord, de mettre en œuvre activement la déclaration conjointe des Ministres des Affaires étrangères, de s'efforcer de stabiliser la situation du nucléaire iranien et de favoriser la remise sur les rails du PAGC-JCPOA afin de sauvegarder la paix et la stabilité au Moyen-Orient.

Associated Press de Pakistan : La semaine dernière, l'entreprise chinoise chargée de la construction de l'autoroute Sukkur-Multan, le plus grand projet d'infrastructures de transport réalisé dans le cadre du Corridor économique Chine-Pakistan (CECP), a livré ce projet à la partie pakistanaise. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Wang Wenbin : J'ai remarqué cette bonne nouvelle. L'autoroute Peshawar-Karachi est l'un des projets de récolte précoce et le plus grand projet d'infrastructures de transport dans le cadre du CECP. La Section Sukkur-Multan de ce projet a été récemment achevée et officiellement livrée à la partie pakistanaise.

Ce projet d'autoroute relie deux villes importantes du Pakistan, à savoir Sukkur et Multan, réduisant le temps du trajet de 11 heures à environ 4 heures. D'après des informations, quelque 29 000 emplois ont été créés pour les habitants locaux pendant l'exécution du projet. Le projet traverse les principales zones de production de cultures industrielles du Pakistan et donne une impulsion directe au développement socio-économique le long de son tracé. L'entreprise chinoise chargée de la construction a également mis en œuvre des projets de bien-être social tels que la construction d'écoles, de routes, de ponts, de puits et de canaux qui facilitent la vie des habitants dans les villages le long de la route.

La livraison avec succès du projet est un exemple parfait de l'édification du CECP en surmontant l'impact de la COVID-19. La Chine est disposée à travailler avec la partie pakistanaise pour mettre pleinement en œuvre le consensus des dirigeants des deux pays et, tout en poursuivant les projets existants, à mettre davantage l'accent sur la coopération dans des domaines tels que le bien-être du peuple, l'industrie et l'agriculture, de manière à faire du CECP un projet de démonstration de la coopération de qualité dans le cadre de « la Ceinture et la Route » et à apporter davantage de bénéfices aux peuples des deux pays et de la région.

AFP : Selon des reportages, l'« activiste pro-démocratie » de Hong Kong Nathan Law Kwun-chung, a affirmé avoir demandé l'asile auprès du gouvernement britannique. Il a déclaré avoir quitté Hong Kong en raison de la mise en œuvre de la nouvelle Loi sur la sécurité nationale. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine est un État de droit, et Hong Kong une société de droit, tous les droits et intérêts des Hongkongais sont pleinement protégés en vertu de la loi. Toutefois, dans le même temps, tout acte illégal ou criminel sera sûrement puni par la loi. La personne mentionnée par les médias concernés est un suspect criminel recherché par la police hongkongaise. Nous nous opposons fermement à ce que tout pays, organisation ou individu s'immisce de quelque manière que ce soit dans les affaires de Hong Kong, s'ingère dans les affaires judiciaires hongkongaises ou abrite des délinquants criminels à des fins politiques. Quels que soient les moyens auxquels les perturbateurs antichinois à Hong Kong recourent pour demander un refuge extérieur, ils ne finiront que d'une seule façon : la défaite totale.

Bloomberg : Première question, le Département du Commerce des États-Unis a ajouté 58 entreprises chinoises dans une liste d'entreprises qui ont « des liens avec l'armée chinoise », en affirmant que toute entité doit obtenir une autorisation avant de leur vendre des articles destinés à des fins militaires. Quels sont vos commentaires à ce sujet ? Deuxième question, le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a annoncé des restrictions supplémentaires de visas américains pour les officiers chinois, en affirmant que ceux-ci étaient considérés comme responsables de violations des droits de l'homme ou soupçonnés d'y avoir participé. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : Concernant votre première question, depuis quelque temps, les États-Unis ont recouru au pouvoir d'État, généralisé le concept de sécurité nationale et abusé continuellement des mesures telles que le contrôle des exportations afin de réprimer et de contraindre des entreprises spécifiques d'autres pays. Il s'agit d'une violation grave des règles du libre-échange, d'une menace sérieuse contre la sécurité des chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales, et d'une atteinte grave au bien-être et aux intérêts des peuples de tous les pays, y compris les États-Unis. La Chine y exprime sa ferme opposition et exhorte les États-Unis à mettre fin immédiatement à leur pratique erronée et à offrir un traitement équitable aux entreprises de tous les pays, dont celles de la Chine. La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour défendre résolument les droits et intérêts légaux des entreprises chinoises.

Concernant votre deuxième question, au cours des quatre dernières années, sur ordre de M. Pompeo, la partie américaine a transformé leur politique de visa en une « arme », et imposé constamment des sanctions de visa au personnel chinois sous prétexte de prétendues questions liées à Hong Kong, au Xinjiang, au Tibet, à la religion et aux droits de l'homme. Les actes concernés constituent une interférence grave dans les affaires intérieures de la Chine, entravent les échanges normaux entre les peuples des deux pays et nuisent aux relations sino-américaines. La Chine s'y oppose résolument et le condamne fortement.

En réponse à la pratique erronée américaine, la Chine a pris des contre-mesures réciproques sur les Américains qui portent les responsabilités principales de l'ingérence dans les affaires intérieures de la Chine, de l'atteinte aux intérêts de la Chine et des dommages aux relations sino-américaines ces derniers jours, ainsi que sur leur famille. La Chine exhorte les États-Unis à corriger leurs erreurs et à lever les prétendues sanctions de visa visant le personnel chinois. La Chine continuera de prendre les mesures légitimes et nécessaires en fonction des démarches des États-Unis et de défendre résolument ses intérêts légitimes.

NHK : Le Congrès américain a adopté un projet de loi de financement global pour l'exercice fiscal 2021 et un projet de loi d'allègement de la COVID-19, qui contiennent des contenus sur les droits de l'homme et la liberté religieuse au Tibet. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine a remarqué les reportages concernés. Nous nous opposons fermement aux projets de loi concernés que le Congrès américain a approuvés qui avaient des contenus négatifs liés à la Chine. Les questions liées au Tibet, à Taiwan, à Hong Kong concernent la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine, et relèvent purement des affaires intérieures de la Chine, dans lesquels aucune ingérence des forces étrangères ne peut être tolérée. La détermination du gouvernement chinois à sauvegarder la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement du pays est inébranlable. Nous exhortons la partie américaine à cesser de profiter des questions concernées pour s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine, de signer ou d'appliquer les contenus et les dispositions négatifs visant la Chine et nuisant aux intérêts chinois dans les projets de loi concernés, pour éviter de compromettre davantage l'intérêt général de la coopération et des relations sino-américaines.